tab 1 FERMER
Un hiver en Floride

Lise et moi avons repris la route, cette fois pour la Floride. Après avoir parcouru l'Amérique du Nord pendant un an et demi, à bord de notre Grande bleue, nous voulons explorer le royaume des «snowbirds», que nous connaissons peu. Joignez-vous à nous pour ce nouveau périple.
Articles récents
Archives
le 13 février,2016
Bye, bye, Florida !
le 6 février,2016
Record de pluie et docteur $US
le 30 janvier,2016
Un mois au même endroit
le 23 janvier,2016
Trois excellents romans
le 16 janvier,2016
Soixante et onze ans
le 9 janvier,2016
Premières impressions de Naples
le 2 janvier,2016
Enfin aux Keys !
le 26 décembre,2015
Le plaisir de lire en voyage
le 19 décembre,2015
Le pauvre dollar canadien
le 12 décembre,2015
Alligators, pythons et pluie
le 5 décembre,2015
Le choc de Miami
le 28 novembre,2015
Un village québécois en Floride
le 20 novembre,2015
Un astronouille chez les astronautes
le 14 novembre,2015
Savannah la magnifique!
le 7 novembre,2015
Le charme de la route
le 31 octobre,2015
Vivement le Sud !
le 18 octobre,2015
Au royaume des «snowbirds»
le 9 mai,2015
Les voyages forment la vieillesse
le 2 mai,2015
Revivre à Montréal
le 25 avril,2015
La «route des pionniers»
le 18 avril,2015
Une journée perdue !
le 10 avril,2015
Une semaine texane
le 4 avril,2015
Déjà-vu et découverte
le 27 mars,2015
Sur le chemin du retour
le 21 mars,2015
Indian Wells : retour au tennis
le 14 mars,2015
État de grâce à Borrego
le 7 mars,2015
Le bonheur est à l’épicerie
le 20 février,2015
Le caravaning zen
le 14 février,2015
Adios Los Barriles !
le 7 février,2015
Les habitués de Martin Verdugo’s
le 31 janvier,2015
Nos adieux à la caravane
le 24 janvier,2015
Sous le chaud tropique du Cancer
le 19 janvier,2015
Le choc de la Baja California
le 10 janvier,2015
Eh oui ! 70 ans déjà !
le 1 janvier,2015
La côte et la civilisation
le 27 décembre,2014
L’éternité sous les palmiers
le 19 décembre,2014
Perdus dans le canyon
le 12 décembre,2014
Pépés tranquilles, enfants criards
le 6 décembre,2014
Une pause bienvenue
le 29 novembre,2014
De Silicon Valley à Big Sur
le 22 novembre,2014
San Francisco sans magie
le 15 novembre,2014
Les grands parcs : Yosemite, Kings Canyon et Sequoia
le 8 novembre,2014
Le coût de la vie à Napa et Sonoma
le 1 novembre,2014
Retrouvailles à Reno
le 27 octobre,2014
La côte Ouest sous la pluie
le 17 octobre,2014
Presque en panne sèche
le 11 octobre,2014
Plein sud !
le 4 octobre,2014
Pluie, soleil et vertige
le 27 septembre,2014
Retour dans la vallée de l’Okanagan
le 20 septembre,2014
Un an déjà !
le 13 septembre,2014
Vancouver, prise 2
le 6 septembre,2014
Vancouver sous la pluie et le soleil
le 30 août,2014
Jours heureux à Victoria
le 23 août,2014
Pour soigner ma tourismophobie
le 16 août,2014
Long Beach : au bout du mythe
le 9 août,2014
Repos à Nanaimo
le 2 août,2014
Beau et chaud !
le 26 juillet,2014
Quelques jours en Alaska
le 20 juillet,2014
Marche avec les ours
le 12 juillet,2014
Premières impressions du Yukon
le 4 juillet,2014
Direction : Yukon
le 28 juin,2014
Les Rocheuses quasi inchangées
le 21 juin,2014
Une petite déprime
le 14 juin,2014
Le charme discret de Kelowna
le 7 juin,2014
Marché, soleil et factures
le 31 mai,2014
Un jour de bonheur !
le 23 mai,2014
Déceptions, découvertes et plaisirs
le 17 mai,2014
Le coup de foudre, enfin !
le 10 mai,2014
Besoin d’une pause
le 3 mai,2014
La boucle est bouclée
le 26 avril,2014
Bryce Canyon, la merveille !
le 19 avril,2014
Zion : beau et bondé
le 12 avril,2014
La bonne humeur de retour
le 4 avril,2014
Seuls avec la poisse
le 28 mars,2014
De retour à Sedona
le 21 mars,2014
De retour de la Vallée de la Mort
le 16 mars,2014
Voir Las Vegas et partir
le 6 mars,2014
Bye-bye Arizona !
le 28 février,2014
Je voulais voir Yuma…
le 22 février,2014
Dans un village de retraités
le 14 février,2014
L’Arizona tient promesse
le 6 février,2014
L’Arizona, enfin!
le 1 février,2014
Le sud du Texas
le 24 janvier,2014
Bye, bye Florida !
le 18 janvier,2014
69 ans dans les sources chaudes
le 9 janvier,2014
35 ans d’amour et d’humour
le 4 janvier,2014
Un Jour de l’An sans Skype
le 27 décembre,2013
Noël en Floride
le 20 décembre,2013
Drôle de cadeau de Noël
le 14 décembre,2013
Floride 2, Texas 0
le 7 décembre,2013
La douce chaleur du Sud
le 30 novembre,2013
À la guerre comme à la guerre
le 23 novembre,2013
Demain l’hiver, je m’en fous…
le 16 novembre,2013
À la veille du grand départ
le 9 novembre,2013
À demi rassurés
le 26 octobre,2013
En attendant le Sud
le 17 octobre,2013
Pépins et autres pépins (2)
le 15 octobre,2013
Pépins et autres pépins (1)
le 10 octobre,2013
Caravaning automnal et bipolaire
le 8 octobre,2013
L’appart est loué pour… 20 mois
le 2 octobre,2013
Notre vie sur la route
le 29 septembre,2013
Le choix d’une autocaravane
le 25 septembre,2013
Le tour de l’Amérique du Nord
le 4 janvier,2014

Un Jour de l’An sans Skype

 

Au cœur de l’hiver, il y a des fleurs partout en Floride. La photo a été prise par Lise dans la roseraie du musée Ringling.
Au cœur de l’hiver, il y a des fleurs partout en Floride. La photo a été prise par Lise dans la roseraie du musée Ringling.

Nous n’aurions sans doute pas entrepris un aussi long voyage sans l’internet. Pas de Toile, pas de courriels, pas de Skype, pas de conversations vidéo avec les enfants, les petits-enfants ou les amis, pas d’accès à nos comptes de banque, à nos dossiers d’impôts, à nos fournisseurs de services, pas d’accès aux bibliothèques, aux sites des journaux, à Wiki, aux dictionnaires en ligne, et bien entendu, pas d’accès à des sites disons moins intellos. Bref, le web permet de rester informés et reliés où que l’on soit.

Nous savions, grâce à notre voyage d’il y a trois ans dans le Sud-Ouest, que la plupart des campings américains offrent un accès wi-fi. Le hic, c’est que cet accès, partagé par trop de caravaniers, n’est pas conçu pour un usage aussi intensif. Conséquemment, il est généralement lent. Télécharger une photo peut prendre un temps fou et il est difficile, voire impossible, de skyper.

C’est pourquoi nous avons acheté une antenne VJB-NS2. Comme nous partions avec un ordinateur et deux tablettes, nous nous sommes aussi procuré un routeur. Était-ce un bon choix? Je ne sais pas encore. On verra à l’usage.

Chez J.B., à Laval, on vous demande environ 300$ pour l’antenne et un routeur. Si vous faites fixer cette antenne sur celle de votre motorisé, ce qui peut améliorer son efficacité, il faut évidemment payer l’installation, coût qui varie selon le véhicule. Sur le nôtre, ce montage n’était pas possible. En revanche, l’utilisation de l’antenne ne coûte rien par la suite, à condition de pouvoir se brancher à un réseau gratuit, ce qui n’est pas toujours le cas.

Le système fonctionne-t-il bien? Tout dépend du réseau et de son utilisation. S’il est bon et si on n’est pas trop nombreux à s’y brancher, la réception est correcte, car l’antenne multiplie le signal par trois. C’est le cas en ce moment, au Turtle Beach Campground. Mais juste avant, au camping de Fort de Soto, l’antenne n’était d’aucune utilité tant le signal était faible. La VJB-NS2 peut donc être utile, mais ce n’est pas une panacée.

fleursLe point d’accès

Nous avons ensuite ajouté un point d’accès (hotspot en anglais) à notre panoplie. Ce petit bidule, vendu par toutes les sociétés de téléphonie, vous permet d’accéder à l’internet partout où il y a une couverture cellulaire (donc sur la route et non seulement sur un camping).

J’ai acheté un point d’accès de Rogers, au coût de 200$, avant de quitter le Canada, où je l’ai testé pendant quelques jours. Il fonctionnait remarquablement bien. On peut y connecter notre ordinateur et nos deux tablettes puisque le point d’accès fait aussi office de routeur. De plus, c’est un accès sécurisé.

L’ennui, c’est qu’aux États-Unis, il faut faire affaire avec un autre fournisseur. J’ai donc fait l’acquisition du «hotspot» de AT&T, qui marchait lui aussi très bien. J’emploie le passé, car je l’ai retourné au bout de 12 jours. Pourquoi? Parce que ces machins sont très gourmands en données. Et chez AT&T, cette gourmandise coûtait les yeux de la tête.

Soit dit en passant, si vous comptez acheter un point d’accès aux États-Unis, ne comptez pas trop sur les vendeurs pour vous guider dans votre choix. Celui que j’ai subi à Pensacola n’a rien compris à ce que je voulais. Il a passé presque une heure à marmonner derrière son ordinateur, sans rien expliquer. Il a fini par en sortir un contrat auquel je n’ai pas compris grand-chose. Ce n’est que revenu à l’autocaravane, la tête reposée, que j’ai saisi qu’il m’avait vendu un Go de données pour 50$. Mes besoins étant d’au moins 3 Go par mois, c’était évidemment beaucoup trop cher.

Une semaine plus tard, mes données étaient d’ailleurs déjà épuisées. J’ai aussitôt tenté d’obtenir en ligne un forfait mensuel de 3 Go, au coût de 30$, forfait offert sur le site de AT&T. Impossible!

En désespoir de cause, je téléphone à une représentante d’AT&T. Elle se montre très compréhensive, mais la réponse est niet! Ou je continue à acheter des forfaits prépayés au coût dément de 50$ du Go ou je m’abonne à un forfait de deux ans, solution qui est aussi insensée que la première.

Je décide donc de retourner le point d’accès, comme me le permet le contrat. La téléphoniste me donne l’adresse d’une boutique à Tallahassee. C’est à deux heures de route. Je m’y rends, heureux à l’idée de me débarrasser de mon dispendieux machin. Mais surprise, le gérant ne veut pas reprendre l’appareil. Il a été acheté, m’explique-t-il, non pas dans une boutique AT&T mais chez un concessionnaire AT&T.

Là, j’ai explosé. Je lui ai dit qu’il travaillait pour la pire compagnie au monde. L’affirmation a semblé le secouer. Certes, il ne voulait toujours pas reprendre le point d’accès. Mais il a téléphoné lui-même à la boutique où j’avais acheté le produit. On lui a donné l’adresse d’un magasin à Destin, où je pourrais enfin retourner mon truc. Je lui ai demandé de téléphoner à cette boutique pour s’assurer qu’on ne me dirait pas de nouveau non. Un certain Matt lui a dit : «Pas de problème.» Et de fait, il n’y en a pas eu.

Le jour même, je me suis rendu dans un Walmart, où j’ai acheté pour la modique somme de 80$ un point d’accès de Straight Talk Wireless. Je me suis du même coup procuré  une carte de données prépayée au coût de 40$ pour 4 Go.

Le système de Straight Talk est de troisième génération plutôt que de quatrième. Ce 3G ne me paraît pas aussi rapide que le 4G de Rogers, notamment quand nous sommes deux à l’utiliser. Mais au total, il fonctionne bien, ne coûte pas trop cher et n’oblige pas à un contrat mensuel. Je m’en accommoderai d’ici la fin de ce voyage aux États-Unis.

Lise a fêté pour la première fois son anniversaire dans le Sud.
Lise a fêté pour la première fois son anniversaire dans le Sud.

Une panne au mauvais moment

Cela dit, j’ai beau être «full equipped», comme diraient les jeunes, j’ai été incapable de me servir de Skype au Jour de l’an, jour qui ne marque pas seulement le début de l’année, mais aussi et surtout, l’anniversaire de ma chère Lise.

Même si le wi-fi fonctionne super bien au camping, impossible de me brancher à Skype avec mon ordinateur, qui me renvoyait inlassablement le même plat message : «L’accueil de Skype n’est pas disponible, Veuillez réessayer plus tard.» Ce que je n’ai pas manqué de faire, mais le message n’était pas plus réjouissant.

Pas de problème, me suis-je dit, il y a l’iPad. Mais sur la tablette de Lise, le Skype était aussi aux abonnés absents.

C’est peut-être le réseau wi-fi du camping qui bloque Skype. Pas de souci, me suis-je encore dit. Je suis «full equipped», passons au point d’accès. Mais le «hot spot» de Straight Talk, que je viens tout juste de vous vanter, était lui aussi aux abonnés absents.

Avais-je épuisé mes données? Je me suis branché à mon compte pour savoir où j’en étais. Mais le site me renvoyait sans cesse un message d’erreur. Au bout de cinq ou six fois, c’était devenu un message d’horreur.

J’ai voulu acheter des données en ligne. Mais sans adresse américaine, mission impossible.

Pendant tout ce temps, Lise cherchait à m’aider. Mais ses questions me tapaient sur les nerfs. Bref, la moutarde commençait à me monter au nez, et c’était de l’ultra forte.

J’ai envoyé un mot à Étienne pour lui dire qu’il ne serait pas possible, comme prévu, de se faire un Skype. Il m’a conseillé de désinstaller le logiciel et de le réinstaller. Ce que j’ai fait, mais avec le même succès que mes tentatives précédentes. J’ai essayé et réessayé avec l’ordinateur, essayé et réessayé avec la tablette. Je me suis entêté pendant des heures. Résultat : zéro.

Je me suis couché frustré et découragé. Lise, elle, était surtout peinée de ne pouvoir faire un Skype avec ses fils le jour de son anniversaire. On a très mal dormi tous les deux. On se sentait au bout du monde.

Le lendemain matin, je me suis demandé : qu’est-ce qu’on faisait avant Skype? Eh bien, on se servait du téléphone. J’ai acheté des minutes d’itinérance de Rogers, de sorte que nous avons pu parler à Antoine et Jasmine, à Étienne et Marie-France, de même qu’à nos amis Daniel et Louise. En soirée, Lise a aussi pu joindre son frère Jean-Guy, dont la famille fêtait les 50 ans de mariage.

Ces coups de fil nous ont fait un bien énorme. Nous avons retrouvé notre bonne humeur et vécu un Jour de l’An merveilleux. Nous nous sommes souhaité une année 2014 extraordinaire, riche d’aventures et de découvertes. Lise se joint à moi pour vous souhaiter, à vous aussi, la plus belle des années.

À samedi prochain.

14 réponses à Un Jour de l’An sans Skype

  • virgilou dit :

    Ouf… tout est bien qui finit bien! Bonne année à vous et votre douce M. Roux!

  • Bourges dit :

    Dans tout cet embroglio de langage informatique, j’en perds mon latin et je me demande si Lise a bien reçu nos voeux d’anniversaire?

    La France croule sous la canicule hivernale +12°c à Paris Tempêtes violentes et fortes marées ont
    plongé la Bretagne sous les flots.

    On vous embrasse

  • Dan dit :

    Bonne année Paul!

  • Paul Roux dit :

    Bonne année à toi, cher Daniel. Je te souhaite bien des victoires de Djokovic, surtout contre Nadal.

  • Paul Roux dit :

    Lise vient de vérifier. Elle n’a pas reçu vos vœux. On vous embrasse aussi. On a beau être sur un «road trip», on n’oublie pas nos amis parisiens.

  • Paul Roux dit :

    Bonjour Virgilou. Merci de ces vœux de bonne année qui me rappellent de si beaux souvenirs. Malgré le voyage, je jetterai un œil aux résultats de notre favori, Roger Federer, en lui souhaitant quelques grandes victoires.

  • Guy Gibo dit :

    Bonne année à vous deux et surtout bonne route!!! Paul c’est toujours très agréable de vous lire… même à la retraite… Lolllllll!

    En effet je me demande souvent ce qu’était notre vie avant Internet… Il n’y a pas si longtemps pourtant. Quelque chose comme en 1996 si je me souviens bien, du moins dans mon cas et c’était un enfer bien sûr tellement c’était lent. Quand je pense à ma mère de 94 ans qui me disait lors de mon dernier passage à Montréal qu’en 1944 il fallait patienter plus d’un mois pour recevoir des nouvelles de son fiancé alors au Royaume-Uni… Un autre mois pour qu’il recoive la réponse.

    J’espère que ce texte sera repris dans la revue. Elle répondait à l’une de mes questions et répondra sûrement aux interrogations de plusieurs voyageurs, dont certains de mes amis du Québec. J’aimerais bien que quelqu’un du côté européen fasse le même travail. Peut-être que je vais regarder la chose si j’ai le temps entre le travail et le tennis bien sûr.

    N’en déplaise à cette chère Virgilou, première victoire pour Nadal dans un tournoi officiel en 2014. Je ne vous apprend rien j’en suis persuadé. Ça promet pour l’Australian Open car il semble en forme malgré quelques passages à vide dans chacun de ses matchs.

  • ClaudeL dit :

    Ça l’air tellement facile quand on lit Paul Laquerre:
    adresse américaine secondaire avant de partir inscrite chez Accès D
    achat chez AT&T en arrivant aux Etats, sachant qu’au Canada, ça ne fonctionne pas de la même façon, d’un bidule mi-fi hotspot mobile, avec un retrait au mois dans son compte et il arrête les retraits quand il rentre au Canada

    et quand on vous lit, c’est compliqué.
    Je ne sais plus qui croire.

  • Je viens de lire d’un trait vos billets, vous avez une belle plume! Je vais continuer de vous lire tout le long de ce périple, c’est sûr! Bonne route!

  • Céline Roy dit :

    Belle et joyeuse année 2014 à vous deux Lise et Paul en profitant des instants qui s’offrent à vous en toute simplicité volontaire. Pierre et moi sommes dépassés par toutes ces difficultés technologiques mais nous étions contents de lire que finalement vous avez encore réussis à vous en sortir assez bien.
    Pierre aurait intitulé ton billet: « Par 4 chemins ». Bon temps à vous

  • Paul Roux dit :

    L’autre Paul a une grande expérience, que de toute évidence je n’ai pas. Cela peut expliquer la facilité dont vous parlez.
    Cela dit, il n’utilise pas un point d’accès, mais un iPad. Or AT&T offre de meilleurs forfaits pour l’iPad que pour les points d’accès.

  • Guy Labelle dit :

    Bonjour j’aime bien lire vos blogues, j’ai un VR semblable au votre sprinter château citation B+ 2011 mais cette année nous allons tirer notre véhicule pour pouvoir mieux visiter les endroit plus restreint. Pour l’Internet j’utilise « Internet on the go » acheter chez Wallmart ça fonctionne très bien et de plus on ce branche dans les stationnement des Lowe’s vitesse très rapide pour une durée de 2 hrs mais on peut se rebrancher a l’infini. Bonne route au plaisirs de croisee je qui ce jeudi pour un séjour de deux mois et demie en Floride.

  • gerald dit :

    je vient de vous lire et j ai devorer vos peripecie depuis le debut ,bonne annee continuer a nous faire voir du pays lol

  • Martin Bilodeau dit :

    M. Roux, à vous et votre femme Lise, je vous souhaite la plus belle des années 2014, un « road trip » trippant, sans être trop encombrant ni trop de désagréments, et la santé, primordiale, pour poursuivre votre belle aventure étasunienne totalement folle et réjouissante!
    Les Internationaux de tennis d’Australie battent leur plein, nous en sommes à la ronde des 16, les matchs commenceront à être intéressants à suivre, et Murray et Federer dans la même portion que Nadal, ce dernier devra bien se lever et braver la chaleur épuisable australienne pour, si les choses se déroulent normalement, rencontrer soit Murray, soit Federer, soit Tsonga en demi-finale. Djokovic, lui, pendant ce temps-là, dans sa portion, aussi bien dire qu’il s’amuse…

    p.-s. Mon père m’a commandé pour Noël la 3e édition des difficultés de la langue française dont vous m’avez parlé. Bien hâte d’en prendre connaissance…

    Au plaisir, Martin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *