tab 1 FERMER
Un hiver en Floride

Lise et moi avons repris la route, cette fois pour la Floride. Après avoir parcouru l'Amérique du Nord pendant un an et demi, à bord de notre Grande bleue, nous voulons explorer le royaume des «snowbirds», que nous connaissons peu. Joignez-vous à nous pour ce nouveau périple.
Articles récents
Archives
le 13 février,2016
Bye, bye, Florida !
le 6 février,2016
Record de pluie et docteur $US
le 30 janvier,2016
Un mois au même endroit
le 23 janvier,2016
Trois excellents romans
le 16 janvier,2016
Soixante et onze ans
le 9 janvier,2016
Premières impressions de Naples
le 2 janvier,2016
Enfin aux Keys !
le 26 décembre,2015
Le plaisir de lire en voyage
le 19 décembre,2015
Le pauvre dollar canadien
le 12 décembre,2015
Alligators, pythons et pluie
le 5 décembre,2015
Le choc de Miami
le 28 novembre,2015
Un village québécois en Floride
le 20 novembre,2015
Un astronouille chez les astronautes
le 14 novembre,2015
Savannah la magnifique!
le 7 novembre,2015
Le charme de la route
le 31 octobre,2015
Vivement le Sud !
le 18 octobre,2015
Au royaume des «snowbirds»
le 9 mai,2015
Les voyages forment la vieillesse
le 2 mai,2015
Revivre à Montréal
le 25 avril,2015
La «route des pionniers»
le 18 avril,2015
Une journée perdue !
le 10 avril,2015
Une semaine texane
le 4 avril,2015
Déjà-vu et découverte
le 27 mars,2015
Sur le chemin du retour
le 21 mars,2015
Indian Wells : retour au tennis
le 14 mars,2015
État de grâce à Borrego
le 7 mars,2015
Le bonheur est à l’épicerie
le 20 février,2015
Le caravaning zen
le 14 février,2015
Adios Los Barriles !
le 7 février,2015
Les habitués de Martin Verdugo’s
le 31 janvier,2015
Nos adieux à la caravane
le 24 janvier,2015
Sous le chaud tropique du Cancer
le 19 janvier,2015
Le choc de la Baja California
le 10 janvier,2015
Eh oui ! 70 ans déjà !
le 1 janvier,2015
La côte et la civilisation
le 27 décembre,2014
L’éternité sous les palmiers
le 19 décembre,2014
Perdus dans le canyon
le 12 décembre,2014
Pépés tranquilles, enfants criards
le 6 décembre,2014
Une pause bienvenue
le 29 novembre,2014
De Silicon Valley à Big Sur
le 22 novembre,2014
San Francisco sans magie
le 15 novembre,2014
Les grands parcs : Yosemite, Kings Canyon et Sequoia
le 8 novembre,2014
Le coût de la vie à Napa et Sonoma
le 1 novembre,2014
Retrouvailles à Reno
le 27 octobre,2014
La côte Ouest sous la pluie
le 17 octobre,2014
Presque en panne sèche
le 11 octobre,2014
Plein sud !
le 4 octobre,2014
Pluie, soleil et vertige
le 27 septembre,2014
Retour dans la vallée de l’Okanagan
le 20 septembre,2014
Un an déjà !
le 13 septembre,2014
Vancouver, prise 2
le 6 septembre,2014
Vancouver sous la pluie et le soleil
le 30 août,2014
Jours heureux à Victoria
le 23 août,2014
Pour soigner ma tourismophobie
le 16 août,2014
Long Beach : au bout du mythe
le 9 août,2014
Repos à Nanaimo
le 2 août,2014
Beau et chaud !
le 26 juillet,2014
Quelques jours en Alaska
le 20 juillet,2014
Marche avec les ours
le 12 juillet,2014
Premières impressions du Yukon
le 4 juillet,2014
Direction : Yukon
le 28 juin,2014
Les Rocheuses quasi inchangées
le 21 juin,2014
Une petite déprime
le 14 juin,2014
Le charme discret de Kelowna
le 7 juin,2014
Marché, soleil et factures
le 31 mai,2014
Un jour de bonheur !
le 23 mai,2014
Déceptions, découvertes et plaisirs
le 17 mai,2014
Le coup de foudre, enfin !
le 10 mai,2014
Besoin d’une pause
le 3 mai,2014
La boucle est bouclée
le 26 avril,2014
Bryce Canyon, la merveille !
le 19 avril,2014
Zion : beau et bondé
le 12 avril,2014
La bonne humeur de retour
le 4 avril,2014
Seuls avec la poisse
le 28 mars,2014
De retour à Sedona
le 21 mars,2014
De retour de la Vallée de la Mort
le 16 mars,2014
Voir Las Vegas et partir
le 6 mars,2014
Bye-bye Arizona !
le 28 février,2014
Je voulais voir Yuma…
le 22 février,2014
Dans un village de retraités
le 14 février,2014
L’Arizona tient promesse
le 6 février,2014
L’Arizona, enfin!
le 1 février,2014
Le sud du Texas
le 24 janvier,2014
Bye, bye Florida !
le 18 janvier,2014
69 ans dans les sources chaudes
le 9 janvier,2014
35 ans d’amour et d’humour
le 4 janvier,2014
Un Jour de l’An sans Skype
le 27 décembre,2013
Noël en Floride
le 20 décembre,2013
Drôle de cadeau de Noël
le 14 décembre,2013
Floride 2, Texas 0
le 7 décembre,2013
La douce chaleur du Sud
le 30 novembre,2013
À la guerre comme à la guerre
le 23 novembre,2013
Demain l’hiver, je m’en fous…
le 16 novembre,2013
À la veille du grand départ
le 9 novembre,2013
À demi rassurés
le 26 octobre,2013
En attendant le Sud
le 17 octobre,2013
Pépins et autres pépins (2)
le 15 octobre,2013
Pépins et autres pépins (1)
le 10 octobre,2013
Caravaning automnal et bipolaire
le 8 octobre,2013
L’appart est loué pour… 20 mois
le 2 octobre,2013
Notre vie sur la route
le 29 septembre,2013
Le choix d’une autocaravane
le 25 septembre,2013
Le tour de l’Amérique du Nord
le 23 janvier,2016

Trois excellents romans

Attention! Si vous n’avez pas lu le dernier opus de Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie, ne lisez pas ce qui suit, car vous perdriez du plaisir à lire ce livre. Et ce serait bien dommage, car il y a longtemps que je n’ai pas connu un tel bonheur de lecture. Sautez plutôt à La septième fonction du langage ci-dessous.

delphine-de-vigan-photo«Je suis presque certaine, écrit la romancière française en réponse à un lecteur, que vous, nous, lecteurs, tous autant que nous sommes, pouvons être totalement dupes d’un livre qui se donnerait à lire comme la vérité et ne serait qu’invention, travestissement, imagination.» Ce défi lancé à ses lecteurs, je soupçonne de Vigan de l’avoir relevé brillamment dans D’après une histoire vraie.

Elle multiplie les effets de réel, à commencer par le titre, pour faire croire que ce qu’elle raconte a bel et bien eu lieu. Elle utilise son propre nom, de même que celui de son conjoint et de ses enfants. Elle parle abondamment de son livre précédent, Rien ne s’oppose à la nuit, sur le suicide de sa propre mère et des réactions, parfois hostiles, qu’il a suscitées. Tout cela est vrai.

Je ne crois pas en revanche que le personnage de L., cette étrange amie qui peu à peu en vient à régir l’existence de l’auteure pendant des mois, ait réellement existé, du moins sous une forme aussi achevée. Pourtant, j’y ai cru jusqu’à la fin. Ce n’est qu’après être arrivé au mot FIN que j’ai compris m’être fait mener en bateau. Cela dit, dans ce livre brillantissime, il n’est jamais facile de démêler le vrai du faux!

Très rapidement, on se laisse embarquer dans ce thriller psychologique. C’est de Vigan qui prend possession de nos vies le temps de dévorer les quelque 300 pages de sa nouvelle œuvre. Il est probable que vous n’y mettrez pas plus de deux jours, voire un seul, tellement c’est captivant et passionnant.

Il est évidemment encore trop tôt pour crier au chef-d’œuvre. Il faudra relire D’après une histoire vraie dans quelques années pour voir si ce livre a bien vieilli. Pour la grande œuvre donc, on attendra. Mais en attendant, lisez-la. Je serais étonné que vous soyez déçus.

La septième fonction du langage

Autre roman brillant, quoique d’un tout autre genre, La septième fonction du langage. Laurent Binet a imaginé que la mort de Roland Barthes, le 25 février 1980, n’était pas naturelle. Le célèbre sémiologue aurait plutôt été assassiné parce qu’il «transportait un document sur la septième fonction du langage, une fonction qui permet de convaincre n’importe qui de n’importe quoi».

Le commissaire Jacques Bayard, accompagné d’un jeune prof, Simon Herzog, enquête parmi le gratin du milieu intellectuel français et italien. C’est ainsi qu’on voit apparaître le romancier Philippe Sollers et le philosophe Bernard-Henry Lévy, dans des rôles qui ne leur plaisent sans doute pas, ainsi que l’écrivain Umberto Eco et le cinéaste Luchino Visconti. On croise aussi François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing, sur le point de s’affronter pour la présidence de la France et tous deux très intéressés par le document volé à Barthes.

C’est fou, imprévisible, plein de rebondissements, complètement déjanté, très loufoque, souvent drôle, toujours intelligent et toujours maîtrisé. Et en prime, on a droit à une leçon de sémiologie pour les nuls, gracieuseté d’un auteur érudit mais excellent vulgarisateur et pas prétentieux pour deux sous. Le Figaro a d’ailleurs qualifié ce roman de «polar sémiologique».

Il y a bien, çà et là, quelques longueurs. Mais peut-être est-ce juste l’attention du lecteur, en l’occurrence moi-même, qui avait baissé un peu, car, il faut bien le dire, ce roman demande une attention soutenue. Rassurez-vous toutefois : votre vigilance sera largement récompensée.

Americanah

Je termine ce carnet par un troisième roman, Americanah, tout aussi fort que les deux premiers, mais plus traditionnel. Son auteure, Chimamanda Ngozi Adichie, se situe dans la grande tradition du roman social. Elle nous raconte l’histoire d’une jeune Nigériane, Ifemelu, allée étudier aux États-Unis, et de son petit ami, Obinze, resté au Nigéria. Le récit couvre une longue période, mais il n’est pas linéaire, Adichie nous promenant sans cesse entre le présent et le passé.

Cette jeune écrivaine a un sens remarquable de la narration, mais plus encore de l’observation. À travers l’histoire de ses deux héros, c’est un portrait des États-Unis et du Nigéria qu’elle peint avec précision et finesse. Et c’est en prime une belle histoire d’amour, romantique mais sans eau de rose. On suit Ifemelu et Obinze pendant plus de 500 pages et quand on les quitte, on se sent un peu triste.

Lise vous fait ses amitiés. On se revoit samedi prochain.

P.-S. Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous ou m’écrire à paul.roux@live.ca. Je n’ai pas toujours le temps de répondre, mais je prends toujours le temps de vous lire.

 

Une réponse à Trois excellents romans

  • Merci pour ces suggestions. Comme j’ai déjà lu –et adoré, même si cette histoire de chercher ce qui est vrai ou non m’était complètement indifférent, j’ai aimé l’histoire, le style et c’était bien suffisant– D’après une histoire vraie, je vais me laisser tenter par La septième fonction du langage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *