tab 1 FERMER
Un hiver en Floride

Lise et moi avons repris la route, cette fois pour la Floride. Après avoir parcouru l'Amérique du Nord pendant un an et demi, à bord de notre Grande bleue, nous voulons explorer le royaume des «snowbirds», que nous connaissons peu. Joignez-vous à nous pour ce nouveau périple.
Articles récents
Archives
le 13 février,2016
Bye, bye, Florida !
le 6 février,2016
Record de pluie et docteur $US
le 30 janvier,2016
Un mois au même endroit
le 23 janvier,2016
Trois excellents romans
le 16 janvier,2016
Soixante et onze ans
le 9 janvier,2016
Premières impressions de Naples
le 2 janvier,2016
Enfin aux Keys !
le 26 décembre,2015
Le plaisir de lire en voyage
le 19 décembre,2015
Le pauvre dollar canadien
le 12 décembre,2015
Alligators, pythons et pluie
le 5 décembre,2015
Le choc de Miami
le 28 novembre,2015
Un village québécois en Floride
le 20 novembre,2015
Un astronouille chez les astronautes
le 14 novembre,2015
Savannah la magnifique!
le 7 novembre,2015
Le charme de la route
le 31 octobre,2015
Vivement le Sud !
le 18 octobre,2015
Au royaume des «snowbirds»
le 9 mai,2015
Les voyages forment la vieillesse
le 2 mai,2015
Revivre à Montréal
le 25 avril,2015
La «route des pionniers»
le 18 avril,2015
Une journée perdue !
le 10 avril,2015
Une semaine texane
le 4 avril,2015
Déjà-vu et découverte
le 27 mars,2015
Sur le chemin du retour
le 21 mars,2015
Indian Wells : retour au tennis
le 14 mars,2015
État de grâce à Borrego
le 7 mars,2015
Le bonheur est à l’épicerie
le 20 février,2015
Le caravaning zen
le 14 février,2015
Adios Los Barriles !
le 7 février,2015
Les habitués de Martin Verdugo’s
le 31 janvier,2015
Nos adieux à la caravane
le 24 janvier,2015
Sous le chaud tropique du Cancer
le 19 janvier,2015
Le choc de la Baja California
le 10 janvier,2015
Eh oui ! 70 ans déjà !
le 1 janvier,2015
La côte et la civilisation
le 27 décembre,2014
L’éternité sous les palmiers
le 19 décembre,2014
Perdus dans le canyon
le 12 décembre,2014
Pépés tranquilles, enfants criards
le 6 décembre,2014
Une pause bienvenue
le 29 novembre,2014
De Silicon Valley à Big Sur
le 22 novembre,2014
San Francisco sans magie
le 15 novembre,2014
Les grands parcs : Yosemite, Kings Canyon et Sequoia
le 8 novembre,2014
Le coût de la vie à Napa et Sonoma
le 1 novembre,2014
Retrouvailles à Reno
le 27 octobre,2014
La côte Ouest sous la pluie
le 17 octobre,2014
Presque en panne sèche
le 11 octobre,2014
Plein sud !
le 4 octobre,2014
Pluie, soleil et vertige
le 27 septembre,2014
Retour dans la vallée de l’Okanagan
le 20 septembre,2014
Un an déjà !
le 13 septembre,2014
Vancouver, prise 2
le 6 septembre,2014
Vancouver sous la pluie et le soleil
le 30 août,2014
Jours heureux à Victoria
le 23 août,2014
Pour soigner ma tourismophobie
le 16 août,2014
Long Beach : au bout du mythe
le 9 août,2014
Repos à Nanaimo
le 2 août,2014
Beau et chaud !
le 26 juillet,2014
Quelques jours en Alaska
le 20 juillet,2014
Marche avec les ours
le 12 juillet,2014
Premières impressions du Yukon
le 4 juillet,2014
Direction : Yukon
le 28 juin,2014
Les Rocheuses quasi inchangées
le 21 juin,2014
Une petite déprime
le 14 juin,2014
Le charme discret de Kelowna
le 7 juin,2014
Marché, soleil et factures
le 31 mai,2014
Un jour de bonheur !
le 23 mai,2014
Déceptions, découvertes et plaisirs
le 17 mai,2014
Le coup de foudre, enfin !
le 10 mai,2014
Besoin d’une pause
le 3 mai,2014
La boucle est bouclée
le 26 avril,2014
Bryce Canyon, la merveille !
le 19 avril,2014
Zion : beau et bondé
le 12 avril,2014
La bonne humeur de retour
le 4 avril,2014
Seuls avec la poisse
le 28 mars,2014
De retour à Sedona
le 21 mars,2014
De retour de la Vallée de la Mort
le 16 mars,2014
Voir Las Vegas et partir
le 6 mars,2014
Bye-bye Arizona !
le 28 février,2014
Je voulais voir Yuma…
le 22 février,2014
Dans un village de retraités
le 14 février,2014
L’Arizona tient promesse
le 6 février,2014
L’Arizona, enfin!
le 1 février,2014
Le sud du Texas
le 24 janvier,2014
Bye, bye Florida !
le 18 janvier,2014
69 ans dans les sources chaudes
le 9 janvier,2014
35 ans d’amour et d’humour
le 4 janvier,2014
Un Jour de l’An sans Skype
le 27 décembre,2013
Noël en Floride
le 20 décembre,2013
Drôle de cadeau de Noël
le 14 décembre,2013
Floride 2, Texas 0
le 7 décembre,2013
La douce chaleur du Sud
le 30 novembre,2013
À la guerre comme à la guerre
le 23 novembre,2013
Demain l’hiver, je m’en fous…
le 16 novembre,2013
À la veille du grand départ
le 9 novembre,2013
À demi rassurés
le 26 octobre,2013
En attendant le Sud
le 17 octobre,2013
Pépins et autres pépins (2)
le 15 octobre,2013
Pépins et autres pépins (1)
le 10 octobre,2013
Caravaning automnal et bipolaire
le 8 octobre,2013
L’appart est loué pour… 20 mois
le 2 octobre,2013
Notre vie sur la route
le 29 septembre,2013
Le choix d’une autocaravane
le 25 septembre,2013
Le tour de l’Amérique du Nord
le 24 janvier,2015

Sous le chaud tropique du Cancer

Voilà, nous venons d'atteindre le tropique du Cancer.
Voilà, nous venons d’atteindre le tropique du Cancer.

Nous avons de nouveau séjourné sur une plage de la Baja California, cette fois à Playa Tecolote, près de La Paz. Ce fut agréable, mais ce ne fut pas magique comme à Playa Santispac, quelques jours plus tôt. Il ventait fort, le ciel était couvert de nuages et le temps était frais. Il était toutefois bien agréable de faire de longues randonnées sur la grève. Il y avait aussi, tout près, un piton rocheux, que nous avons eu le plaisir d’escalader, Lise et moi, en compagnie de nos amis Daniel et Lise. La montée n’était pas particulièrement ardue, mais certains passages demandaient une bonne maîtrise du vertige. J’étais bien fier d’avoir dominé ma peur des hauteurs. La décennie de mes 70 ans commence bien.

Plus tôt, nous avions séjourné à Loreto, jolie petite ville où nous avons pu faire plus ample connaissance avec les Mexicains. Comment sont-ils? Dans l’ensemble, ils nous ont semblé bon enfant, simples et plutôt sympathiques.

Cependant, nombreux sont les commerçants qui nous regardent avec des signes de piastre, ou plutôt de peso, dans les yeux. Dans le centre historique de San José del Cabo, au demeurant plutôt coquet, il était difficile de marcher sans que les boutiquiers ne tentent de nous convaincre d’entrer. Sur les plages de Cabo San Lucas, nous avons rapidement été envahis par une nuée de Mexicains venus vous vendre, qui des bijoux, qui des sculptures, qui des t-shirts, qui des couvertures, qui des plats de service, qui des robes, qui des coffrets, et j’en oublie.

Dans les lieux touristiques d’Italie ou de France, les vendeurs essaient aussi de vous refiler leur camelote, mais ils le font généralement de façon plus discrète. En Baja California, on se montre volontiers envahissant. Sans doute est-ce un trait culturel. Au début, je le trouvais agaçant. Mais je suis plus tolérant depuis que j’ai appris que l’ouragan de l’automne dernier avait fait fuir les touristes par milliers.

L’ennui, en fait, c’est que notre relation avec les Mexicains est trop touristique. Cela tient évidemment au fait que nous parcourons la Baja California en groupe. Mais cela vient aussi de ce que nous ne parlons pas espagnol.

Bien sûr, chaque fois que je peux, je baragouine dans la langue de Cervantès. Je sors sans hésitation les quelques phrases que j’ai apprises et j’y ajoute à l’occasion quelques mots d’italien. C’est de l’italospagnol, un patois assez répandu en Amérique du Sud, me dit-on. Ici, c’est moins connu, mais apparemment, on me comprend.

Le problème, c’est que la clientèle est presque entièrement composée de gringos, de sorte que la plupart des Mexicains vous abordent en anglais, ce que je trouve frustrant. En Italie, il arrive aussi que l’on vous parle english, même quand vous ne le souhaitez pas. Mais j’ai trouvé une parade : je dis que je ne parle pas anglais. J’aimerais bien faire la même chose ici, mais mon espagnol est trop rudimentaire. Malgré tout, je m’entête. D’ici la fin du voyage, ma maîtrise de la langue devrait être meilleure.

Un autre élément éminemment touristique m’irrite : les prix sont souvent des prix de gringos. Leur hauteur ne cesse de me surprendre.

En revanche, j’ai tout à fait perdu la peur de voyager au Mexique. Dans les petites villes et les villages que nous traversons, nous nous sentons en sécurité. On est bien loin de Tijuana, de ses gangs et de sa violence.

Par contre, la réputation de désorganisation des Mexicains me paraît jusqu’ici bien justifiée. Il y a quelques jours, par exemple, nous nous sommes arrêtés dans une station-service ; les pompes ne fonctionnaient pas. C’était pourtant une grande station, tenue par le géant Pemex. Un autre jour, dans un restaurant, nous avons redemandé du vin rouge ; il n’y en avait plus, le patron ayant déjà épuisé les trois bouteilles de rouge de sa cave. Il y avait, par contre, du vin blanc. Cette pénurie inattendue nous a fait sourire.

Quelques jours plus tard, nous avons ri, jaune cette fois, quand il a fallu plus de deux heures à certains d’entre nous pour être servis au Caffe Triunfo. Notre guide nous avait dit : «It’s good food, but it’s not fast food.» Tout de même, deux heures! La commande avait été perdue…

Malgré tout, nous avons décidé de prolonger notre séjour en Baja California. Ce n’est assurément pas un endroit où l’on se fera envoyer le reste de nos valises. Mais en ce mois le plus froid de l’hiver dans l’hémisphère nord, il est bon de se retrouver sous les chauds rayons du tropique du Cancer. Disons les choses franchement : j’aime mieux me retrouver à +27 à Cabo San Lucas qu’à -27 à Montréal.

Lise vous fait ses amitiés. On se revoit samedi en huit, à condition bien entendu qu’un Wi-Fi soit disponible, ce qui reste bien aléatoire dans ce pays.

 

4 réponses à Sous le chaud tropique du Cancer

  • Je me demandais si l’ouragan de l’automne passé est très apparent?
    Vous êtes effectivement mieux là-bas qu’ici côté température!
    On ne s’y fera pas envoyer le reste de nos valises, très comique!

  • Ysabelle Lusignan dit :

    J’avais bien hâte de vous lire surtout pour vous entendre parler de la vie en »caravane » … A la queue leu leu… Mais pas un mot… Je sais que vous êtes un peu mal placé… Mais, laissez vous aller … Mais j’y pense, je ne voudrais pas cependant vous faire perdre votre emploi auprès de la FCCQ qui elle fait la promotion de ses voyages en groupe! Donc, je devrai rester sur ma faim….

  • Paul Roux dit :

    Vous n’aurez pas à rester sur votre faim, car je parlerai du groupe la semaine prochaine. Disons, pour être bref, que ni Lise ni moi n’avons été enthousiasmés par l’expérience, même si le groupe est sympathique et même si les guides sont très attentionnés.

  • Paul Roux dit :

    Les effets de l’ouragan sont surtout visibles dans l’extrême sud de la péninsule, notamment à Cabo San Lucas. De nombreux hôtels sont encore fermés ; ce sont surtout les toitures qui ont souffert. Beaucoup de palmiers ont aussi été étêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *