Untitled Document
tab 1 FERMER
Rénover son VR, pourquoi pas ?

Accueil

Il n’y a pas que la cuisine, la salle de bain ou le sous-sol qui peuvent faire l’objet de rénovations majeures. L’intérieur d’un VR peut, lui aussi, changer d’allure. Plusieurs caravaniers passent à l’action pour s’offrir le VR de leur rêve, d’autres le font tout simplement pour avoir un meilleur espace de vie. Dans tous les cas, les VR revampés deviennent des produits complètement uniques.

En achetant un modèle de caravane Airstream 1990, vendu 20 000 $ sur le site du Wally Byam Airstream Club (WBCCI) section Québec, Marie Josée Vallières et son conjoint André s’attendaient à bricoler un peu. Juste un peu, pour mettre l’intérieur du VR au gout du jour. « Nous étions tellement contents de notre découverte que nous sommes allés chercher le VR chez son propriétaire à Chicoutimi en plein mois de décembre 2017. On n’a même pas pris le temps d’analyser la structure », raconte la caravanière qui habite la Rive-Sud de Québec.

Au retour à la maison, surprise, le couple s’est rendu compte que le plancher commençait à pourrir. « Au lieu de nous décourager, cela nous a motivés à revoir l’intérieur du VR de A à Z. Les murs, le mobilier, le revêtement de sol, on a tout changé pour mettre ça à notre gout. D’ailleurs, les travaux manuels ne nous faisaient pas peur », souligne la caravanière qui a dû investir 5 000 $ de plus pour réaliser l’ensemble des travaux.

Des regrets ? Aucun, répond vivement la campeuse qui déjà, en famille, a fait le tour de l’Île-du-Prince-Édouard à bord de son VR rénové. « Jamais nous n’aurions pu nous offrir ce type de VR, qui vaut plus de 100 000 $ à l’état neuf », soutient-elle.

Une économie majeure

C’est également par souci d’économie que Vincent Roy et sa conjointe Mélanie ont opté pour une autocaravane de classe C de 15 ans d’âge, qui comptait seulement 29 000 kilomètres à l’odomètre. « Neuf, ce même VR m’aurait couté tout près de 150 000 $ avec taxes », indique ce caravanier de Beauceville. Prêt à faire quelques travaux, le couple a trouvé son bonheur en investissant 30 000 $. Achat du VR et rénovations intérieures inclus.

« À l’exception de la suspension arrière, la mécanique du VR était en très bon état. Il ne restait qu’à revoir l’habitacle pour le décorer à notre gout », raconte Vincent Roy. Au départ, le couple souhaitait peindre les murs. « Ce que nous a fortement déconseillé la désigneure d’intérieur à qui nous avons demandé conseil. Compte tenu de l’étroitesse de l’habitacle, c’est la première chose que nous allions abimer, nous a-t-elle avertis », mentionne le caravanier.

La désigneure leur a plutôt recommandé d’ajouter ou de modifier des éléments pouvant rendre l’habitacle plus spacieux et plus moderne. « Le VR est devenu notre maison de campagne roulante. Nous avons posé des dosserets autocollants au look de céramique au-dessus d’un nouvel évier acheté chez IKEA. Nous avons changé le comptoir et le revêtement des banquettes. Nous avons également installé de nouveaux stores qui coupent la lumière à 100 % », explique-t-il. Sur le coup, ces nouveaux stores, qui ont couté 1 800 $, leur ont paru chers. La famille a toutefois constaté qu’ils permettaient de garder l’habitacle au frais même en plein été.

Vincent Roy et sa conjointe auraient aimé aussi changer les panneaux d’armoire. Mais compte tenu de leur solidité, ils les ont gardés. « On a seulement changé les poignées, et déjà elles apportent un air plus moderne à l’espace cuisine », dit-il.

Le caravanier, qui a effectué les travaux de rénovation pendant l’hiver, conseille de ne pas tout arracher d’un seul coup. « C’est un projet qui demande du temps et de l’énergie, sans oublier de l’argent, insiste-t-il. Nous avons réussi nos rénovations parce que nous avons pris le temps de bien les faire et de savourer chacune de nos petites victoires. »

Pensez aussi à l’extérieur

Cette famille beauceronne a d’ailleurs attendu l’année suivante pour retaper l’extérieur du véhicule de 9,15 m (30 pi). Un autre investissement d’un peu plus de 1 500 $. Mais ça en a valu le coup, insiste Vincent Roy. Ce qui était au départ une dépense par souci esthétique s’est révélé pratique lors des déplacements chez les voisins du Sud. « L’été dernier, avec notre VR à l’allure modernisée, les douaniers américains étaient plus enclins à nous laisser passer », observe le caravanier. Il y a deux ans, au volant du même VR, Vincent Roy a dû se ranger et passer plus d’une trentaine de minutes dans un poste frontalier afin de répondre à des questions supplémentaires. « Le look extérieur du VR, qui était un peu abimé, donnait l’impression que tout le véhicule était en mauvais état », estime-t-il.  

 

Le caravanier Jean-Denis Allaire, qui adore camper avec ses deux fillettes près des plages du Nord-Est américain, croit, lui aussi, que des rénovations extérieures aident à faciliter le passage aux douanes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a investi plus de 5 000 $ afin de revoir la mécanique et le revêtement de la coquille de son véhicule récréatif acheté d’occasion. C’est presque autant que ce que lui a couté ce modèle de VR tracté Travel Air 1988 acquis auprès d’un ami il y a deux ans. Et l’intérieur ? « J’ai seulement changé les haut-parleurs et le téléviseur », indique ce campeur du Saguenay.

Faire de l’habitacle son chez-soi

Une recherche sur Google permet de constater que la tendance du RV Make Over prend de l’ampleur auprès des jeunes qui transforment leur VR en un abri à temps plein. Le couple de blogueurs Emily et Hudson Crider en est un bel exemple.

En 2016, ces deux professionnels du marketing ont quitté leur travail respectif dans le Maryland pour partir à la conquête de l’Amérique du Nord. Ils ont consacré une année à visiter 49 des 50 États américains et 8 des 10 provinces canadiennes. Pour faire leur voyage, ils ont acheté une autocaravane de classe A Fleetwood Bounder 2000. « Le VR était en très bonne condition. Nous aurions pu facilement voyager sans effectuer aucune rénovation. En fait, je voulais simplement repeindre les murs. Mais puisque le VR nous servirait de maison pendant plus d’un an, nous avons décidé de faire “quelques” retouches pour transformer l’intérieur de 29 m2 (312 pi2) à notre gout », nous a indiqué Emily Crider par courriel. Les armoires, le sofa, le meuble-lavabo, les rideaux, la literie, le microonde, le revêtement de sol, plusieurs éléments ont été modifiés. Byebye les motifs fleuris. Tout a été remplacé par des couleurs plus claires d’allure plus contemporaines.

Il est d’ailleurs possible de suivre les transformations du VR sur le site web du couple ainsi que sur YouTube.

Combien leur ont couté les rénos ? Motus et bouche cousue. Emily refuse de nous dévoiler l’aspect financier du projet. Une longue liste de partenaires (Ballard Designs, Sherwin-Williams, Mineral Tiles…) publiée sur le site du couple laisse toutefois présumer que les matériaux ont été en bonne partie commandités.

Tant qu’à faire

Michel Quintal et sa conjointe ne prévoyaient pas de refaire l’intérieur de leur autocaravane de classe A. Après tout, achetée en 2014, elle était encore neuve. Seule une usure prématurée du revêtement des sièges avant embêtait le couple. En consultant Refacing VR, une entreprise qui se spécialise depuis deux ans dans les rénos de VR, le couple s’est laissé convaincre d’en faire un peu plus. « En plus de réparer nos sièges, l’équipe de cette entreprise nous a suggéré plusieurs modifications pour rendre l’habitacle plus spacieux. On a changé le revêtement de sol, le papier peint, les rideaux, ainsi que l’éclairage qui est passé aux DEL. Au total, les rénos nous ont couté 11 000 $. »

Est-ce cher payé ? « Je dirais que c’est presque une aubaine. Nous avons maintenant un intérieur de VR complètement unique et surtout tellement plus agréable à vivre », conclut le caravanier Quintal.

Texte : Claudine Hébert
Photos : Refacing VR
Magazine Camping Caravaning, vol. 25 no 5, aout 2019

À lire aussi
 Créer une ambiance feutrée
● Un peu de déco ?
● Acheter un VR usagé sans se tromper● Transformation : un VR au cœur de l’enquête
● Même caravane – nouvelle vocation : convertir une chambre en garage
● Le service après-vente :  ses splendeurs et ses misères
● Le homestaging – Rendez votre VR irrésistible
● Vendre ou restaurer ?

Les commentaires sont fermés.

Des pros de la réno

Pourquoi devrait-on se résigner à camper dans les sempiternels aménagements que proposent les manufacturiers de VR ? Depuis deux ans, Nathalie Tremblay souhaite renouveler le genre avec son entreprise Refacing VR Signé N, à Mascouche.

Cette ex-directrice financière, qui a longtemps travaillé chez des concessionnaires de VR, est devenue une professionnelle du désign intérieur pour autocaravanes. « Au départ, il s’agissait d’un passetemps. Rapidement, j’ai réalisé le plaisir que j’avais à le faire et le plaisir que j’offrais à mes clients venus faire rénover l’intérieur de leur VR », raconte l’entrepreneure. L’an dernier, l’entreprise a effectué plus d’une quarantaine de transformations.

Selon cette experte, le principal défi est de trouver les bons matériaux qui résistent au climat nord-américain. « Ce n’est pas pour rien que les manufacturiers posent du prélart et du tapis à profusion. Ces derniers résistent bien au froid. Je me suis tout de même donné comme défi de trouver des solutions de rechange aussi efficaces que jolies à l’oeil », explique l’entrepreneure. Un des produits qu’elle a d’ailleurs testés l’hiver dernier est un revêtement en époxy qu’elle a installé dans une autocaravane Mandalay.

Quel est le projet dont elle est le plus fière ? Elle cite notamment le cas d’un couple qui, depuis quatre ans, avait laissé son autocaravane de classe C à l’abandon dans sa cour. « L’habitacle était devenu trop étroit pour les propriétaires qui souffraient à divers degrés de mobilité réduite. On a allongé la rallonge, changé les sièges, introduit des portes coulissantes et même agrandi la douche », indique-t-elle. Résultat : le couple a recommencé à voyager avec son VR.

PROMOTION ABONNEMENT
Premier voyage en VR