Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 25 janvier 2021

Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances

Après avoir craint de ne plus pouvoir quitter le camping d’Agawa Bay à cause d’un problème de batterie, l’espoir renaît au matin.

Partira, partira pas...
Partira, partira pas…

Le miracle se produit et le moteur s’active comme à l’habitude. Notre principal objectif dans ce parc était la visite d’un site où l’on peut admirer de nombreux pictogrammes préhistoriques observables sur le rocher Agawa depuis un court sentier de randonnée. Toutefois, dans notre situation mécanique, pas question de n’arrêter nulle part avant d’avoir trouvé un garage où faire inspecter le VR… On annule notre réservation et on file droit devant sur la Transcanadienne. Mais il faudra bien arrêter pour faire le plein et, là encore, le moteur repart comme si de rien n’était. La confiance nous regagne peu à peu alors que nous nous rapprochons de la ville et des milieux plus urbanisés. Si bien que Joanne repère sur Google Map une plage sur une baie qui a l’air sublime.

À quelques pas de la plage.
À quelques pas de la plage.

Le bonheur est à Harmony

Harmony Bay nous fait effectivement tomber sous le charme au premier coup d’œil. Il y aurait bien quelques endroits extraordinaires où squatter, mais presque tous les arbres sont placardés d’affiches interdisant le camping avec promesse d’amende pouvant atteindre le ridicule montant de 10 000 $.

Des campings pour la famille et la plage.
Des campings pour la famille et la plage.

Au milieu de tout ça, le camping Harmony Beach trône de l’autre côté de la rue et c’est là que nous nous retrouvons sur l’un des rares sites offerts aux passants. Il s’agit définitivement de la journée la plus chaude de tout le voyage, environ 25º C, et le vent se tient tranquille. Si bien que Joanne décide de gonfler sa planche à pagaie pour la première fois et revêt sa combinaison de néoprène pour aller se balader sur les eaux transparentes du grand lac. Un très beau moment pour elle alors que je lézarde sur la plage. Nous pourrons même manger dehors pour la seule fois en trois semaines. Le lendemain, notre vieux VR nous reste fidèle et fait ronronner son moteur au premier tour de clef pour nous mener sur la route du retour.

Joanne sur sa planche devant l'immensité.
Joanne sur sa planche devant l’immensité.
Le rideau tombe sur le lac Supérieur.
Le rideau tombe sur le lac Supérieur.

Une conclusion s’impose

Finalement, plusieurs concluront après ce récit que le lac Supérieur nous a réservé plusieurs moments inoubliables et qu’il faut absolument mettre cette destination à votre agenda. Oui et non !

Avec tout près de 4000 km ajoutés au compteur, notre conclusion peut se résumer à : « Dans la région du lac Supérieur, la seule chose qu’il y a d’intéressante, à quelques exceptions près, c’est le lac Supérieur. »

La chose la plus déprimante, tout au long du voyage, est la succession ininterrompue de cabanes délabrées entourées de cours à ferraille. De vieux motels défraîchis. De commerces barricadés et de villages en piteux états. À l’exception de Marathon, où la mine induit un niveau de vie plus élevé, et de Nipigon, qui est loin d’être un beau village, mais qui semble au moins s’être résolument pris en main, il n’y a absolument rien qui soit digne de mention. Oubliez les charmants petits villages pittoresques de la Nouvelle-Angleterre, des Mille-Îles ou de la vallée du Niagara, ou bien des Cantons-de-l’Est. Ça n’existe tout simplement pas ici. Oubliez les bons restaurants et les produits du terroir. Outre le poisson blanc fumé, c’est le néant. L’idée de raffinement, sous quelque forme que ce soit, est inexistante. Dans toute cette grande région, le tourisme a toujours été fondé sur la pêche et la chasse, en plus de la motoneige en hiver. Chasse et pêche sont en déclin, du moins sous leur forme traditionnelle, et les entreprises qui les offrent semblent complètement dépassées sur tous les plans. Quant aux principales villes, Sault-Sainte-Marie est doté de quelques attraits et Thunder Bay fait dur, si ce n’est des chutes Kakabeka et du canyon Ouimet à quelques dizaines de km de la ville.

Durant tout ce périple. On croise quelques réserves autochtones qui n’ont trouvé rien de mieux pour attirer le tourisme que quelques cabanes de revendeurs de cigarettes. Le plus important « poste de traite » sur tout le circuit, à l’entrée du parc Lake Superior, n’a sur ses comptoirs que les pires quétaineries pseudo-indiennes : capteurs de rêve fait en Chine, peaux d’ours polaire en fourrure de je ne sais quoi et T-shirts à tête d’aigle fabriqués on ne sait où ? On dirait qu’ils font exprès pour se tirer dans le pied. Peut-être est-ce ce qui plaît encore à leur clientèle ? Mais le monde change… Et sans eux !

Certains prétextent la crise du bois d’œuvre et la situation difficile dans l’industrie minière, mais, si je compare avec ce que je connais, le Saguenay–Lac-Saint-Jean a vécu une situation tout à fait semblable dans les secteurs de la forêt et de l’aluminium sans qu’aucun village ne se transforme en zone de guerre, sauf Val-Jalbert. Et encore… On a réussi à faire quelque chose avec.

Heureusement, les parcs provinciaux viennent rehausser l’offre en mettant en valeur les attraits du lac Supérieur… Mais encore ! N’apportez pas vos vélos pour rien comme nous l’avons fait. Je n’ai jamais vu une région aussi dépourvue à ce chapitre. Les propositions de randonnées pédestres sont nombreuses, mais les sentiers que nous avons faits, dont un de 21 km et un de 14 km, n’avaient qu’un point de vue à offrir sur tout leur parcours. Les sentiers eux-mêmes se sont avérés de peu d’intérêt et, dans le parc Neys, mal entretenus.

Quant au positif, puisqu’il y en a, il faut mentionner la gentillesse des gens et leur accueil agréable partout où nous sommes allés. La route transcanadienne, bien que longue à n’en plus finir, peut être très belle et plaisante à parcourir. « C’est 1000 km de parc des Laurentides (à voie simple) », comme disait ma blonde. Ça monte et ça descend sans arrêt avec, très souvent, des points de vue à couper le souffle sur le lac Supérieur. Lorsque les vents ne sont pas trop violents, le lac devient un véritable paradis pour les adeptes de kayak. Cependant, toutes les plus belles sorties ont leurs points de départ en dehors des parcs provinciaux. Ceci parce que les kayakistes comme nous recherchent les endroits où se trouvent des îles et des falaises qui, d’un, nous protègent du vent et, de deux, sont visuellement intéressantes à longer. Alors que les campings des parcs se situent sur des plages ouvertes sur le large ou sur un lac intérieur puisque, apparemment, leur clientèle est là principalement pour la plage.

Conséquemment, vaut-il la peine de rouler 3000 ou 4000 km pour ce constat ? Personnellement, j’ai adoré le lac Supérieur et je suis très heureux d’y être allé. C’est coché ! Si jamais je voulais y retourner, j’ai l’assurance que ce serait seul. Je vous laisse juger quant à vous, selon vos intérêts.

Un spectacle somptuaire en finale.
Un spectacle somptuaire en finale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *