tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 15 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard / Circuit côtier North Cape
le 2 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 26 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 17 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 20 avril 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 31 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 16 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 10 février 2022
Nouveau-Brunswick / Fundy… Une baie avec vues
le 27 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 12 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 9 décembre 2021
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 25 novembre 2021
La tournée Alantique : Grand Manan et l’Acadie
le 10 novembre 2021
LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)
le 21 octobre 2021
La tournée Atlantique : de Forillon à Percé (2)
le 12 octobre 2021
La tournée Atlantique
le 30 septembre 2021
Un bonheur simple, mais une expérience inoubliable
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 31 mars 2022

Nouveau-Brunswick

St John : la ville des Loyalistes

La filiation entre St John et la baie de Fundy est plus qu’étroite, mais, ce qui frappe le voyageur, tout comme les milliers de croisiéristes qui y font escale, c’est le charme discret de cette ville qui a farouchement préservé la tradition loyaliste malgré ses origines françaises.

D’abord occupée par les nations Micmacs et Malécites, la région à l’embouchure du fleuve Saint-Jean a aussi été fréquentée par les pêcheurs Basques, Bretons et Normands puis par les explorateurs Gomez et Champlain. Par la suite, les Français s’y sont installés en 1631 et ont établi les fondations de la future ville en élevant le Fort La Tour, du nom de son maitre d’œuvre. Une histoire plus que rocambolesque s’en suit, marquée par les conflits entre Français pour le contrôle de l’Acadie. Le traité d’Utrecht cède ensuite l’Acadie à l’Angleterre en 1713, mais Saint John reste possession française malgré cela. La ville est repeuplée par les Acadiens à partir de 1730. On connait la suite. Les Acadiens sont déportés en 1755, dispersés dans le monde. Les Acadiens du fort Saint-Jean connaitront le même sort après la prise de la ville par Robert Monckton, en 1758. En 1783, à la suite de la Révolution américaine, 3000 Loyalistes débarquent et s’installent dans la région. Ils seront suivis, au 19e siècle, par des milliers d’Écossais et d’Irlandais qui fuient la grande famine.

Le Musée du Nouveau-Brunswick présente d’impressionnants exibits sur les mammifères marins.

Les traces de l’histoire

En raison de sa situation, de son port ouvert toute l’année et de ses chemins de fer, la cité joua un rôle important dans le commerce triangulaire entre l’Amérique du Nord britannique, l’Angleterre et ses colonies dans les Caraïbes.

La première banque du Canada, la Banque du Nouveau-Brunswick, y est fondée en 1820. Le premier musée public du Canada y ouvre ses portes, en 1842. Connu à l’origine sous le nom Musée Gesner, d’après l’inventeur de kérosène, Abraham Gesner, il est maintenant devenu le Musée du Nouveau-Brunswick. Saint-John est aussi la plus ancienne ville incorporée au Canada (1785).

Après avoir été le moteur industriel des provinces maritimes et une plaque tournante économique dans l’est du continent, l’économie de Saint-John décline progressivement à partir de l’entrée du Nouveau-Brunswick dans la Confédération. Heureusement, une prise de conscience survient dans les années 1970 et une renaissance du centre-ville est amorcée par la suite, sauvant une bonne part du patrimoine architectural et urbain. En 1982, un grand nombre de bâtiments du centre-ville sont classés monuments historiques et le tourisme alimente un important regain de fierté.

À voir et à faire

Aujourd’hui, Saint-John se présente comme une ville tout à fait charmante malgré la façade industrielle de son port et les fumées de l’horrible moulin à papier de la société Irving du nom de la famille qui garde la main haute sur l’économie locale.

De configuration escarpée, la ville épouse les dénivellations de nombreuses collines et ses rues semblent former un dédale inextricable pour les visiteurs. Tout le vieux quartier, à l’est et au nord-ouest de la rue King, présente des trésors d’architecture victorienne qui ont été magnifiquement restaurés. Les superbes résidences de la rue Germain sont particulièrement attrayantes. La brique rouge utilisée en revêtement extérieur assure cette ambiance typiquement anglaise et une belle uniformité de style. On y dénombre plusieurs galeries d’art et une foule de pubs pittoresques ou de restaurants conviviaux. Les églises anglicanes Trinity, avec son unique clocher, et unie St Andrew-St David, sont des monuments qui mettent en valeur la région par les matériaux utilisés, particulièrement intéressants dans les détails de leurs finitions.

Les deux parcs du secteur ont un petit quelque chose d’irrésistible, celui du vieux cimetière avec ses pierres tombales énigmatiques, de même que celui de Kings Square avec son kiosque musical à deux étages.

Le Vieux Marché de 1876 serait le plus ancien d’Amérique du Nord.

Il ne faut pas oublier le très agréable Vieux Marché de 1876 qui serait le plus ancien d’Amérique du Nord. Il faut dire que les gens de St John ont une forte propension à s’affirmer les plus ceci et les plus cela, mais il y a habituellement des petites nuances. La plus ancienne ville au Canada = La plus ancienne ville « incorporée » au Canada. Le plus ancien marché = Le plus ancien marché « en opération continue » par exemple. Ce n’est pas grave. Mais, il faut le savoir. Nous sommes allés au marché au petit déjeuner, un moment idéal pour avoir la tête en l’air et admirer la structure de l’édifice dont le toit évoque une quille de bateau renversée. Au moment de monter leurs étales, les marchands sont particulièrement disponibles, jasants et heureux de montrer certains produits régionaux.

La zone portuaire abrite le Musée du Nouveau-Brunswick qui présente d’excellentes expositions sur l’histoire, sur la baie de Fundy ainsi que des pièces d’exposition impressionnantes sur les mammifères marins qui la fréquentent.

Plus à l’intérieur de la ville, St John possède également un parc urbain exceptionnel, Rockwood Park, qui dispose de 55 segments de sentiers pédestres et cyclistes, de nombreux lacs canotables et baignables. Ils ouvrent une perspective sur la topographie, la géographie et le charme naturel exceptionnels du parc qui se prolonge en quelque sorte dans la baie de Fundy grâce à son intégration au parc Stonehammer, premier membre canadien du réseau des géoparcs de l’UNESCO. De plus, il est doté d’un grand camping qui n’a malheureusement pas beaucoup d’attrait sauf une vue imprenable sur la ville et le fait qu’il soit au milieu du seul parc naturel d’amusement du Nouveau-Brunswick.

L’expérience en jet boat vous fait littéralement sortir l’adrénaline par les oreilles.

Finalement, St John offre le spectacle vraiment stupéfiant du choc des Titans alors que les eaux de la baie de Fundy repoussent celles du fleuve Saint-Jean loin dans les terres à chaque cycle de marée. Sur le site des chutes réversibles, l’expérience en jet boat vous fait littéralement sortir l’adrénaline par les oreilles. La rencontre de l’eau douce et de l’eau de mer provoque des remous d’une puissance effarante, dans lesquels un petit bateau surmotorisé se plonge, se submerge et ressort dans les cris de délire des passagers. Une croisière d’interprétation plus tranquille est aussi proposée en français, à la découverte du port et des vestiges de l’époque de la construction navale.

Puis, si on veut se rendre à la source même de la baie de Fundy, on terminera ce périple à Moncton qui se trouve aux abords de la rivière Petitcodiac qu’on appelle aussi « Chocolate river » puisqu’elle déverse des quantités phénoménales de boue rouge dans la baie de Fundy.

Les commentaires sont fermés.