Que ce soit pour échanger ou pour pourvoir à tout ce qui touche le quotidien d’un voyageur, les raisons d’ajouter une langue à son arc sont nombreuses. Grâce à la technologie, certaines méthodes proposent un apprentissage à l’endroit et au moment désiré : en ligne ou avec une application mobile. Coup d’oeil sur les plus populaires auprès des internautes.

« Comme chaque personne a sa propre motivation pour tâter d’une nouvelle langue et que les besoins, le bagage linguistique et les champs d’intérêts sont très variés, il n’y a pas une méthode pouvant répondre à tous les gouts », mentionne Suzanne Gardiner, professeur retraitée d’anglais langue seconde au niveau collégial. « Ce que veut connaitre de l’espagnol un touriste à sa première visite à Cuba peut être très différent de ce que recherche une personne passant tous ses hivers au Mexique. Chacun doit bien établir jusqu’où il veut se rendre avant de choisir sa ou ses méthodes. »

On doit toutefois avoir des attentes réalistes, mentionne Mme Gardiner. Il faut tenir compte de l’habileté et du niveau de connaissances de chaque personne. Pour un francophone, il y a une énorme différence entre apprendre l’espagnol ou l’italien et apprendre le chinois ou l’arabe. Sans suivre de cours, sans même acheter de livres, on peut se mettre à écouter les nouvelles, des telenovelas, ou un match de soccer en espagnol ou en italien afin de se faire l’oreille. Il en va tout autrement avec une langue d’origine totalement différente dans une écriture différente.

Selon l’ex-prof, les méthodes demandant de reproduire des mots ou des phrases donnent de meilleurs résultats que celles demandant seulement de reconnaitre ou d’identifier les objets ou situations proposés. « Dans la vraie vie, on ne vous offre pas le choix de quatre réponses, vous devez trouver vous-même le bon mot ou la bonne expression », précise-t-elle.

La spécialiste de l’anglais ajoute que si le but est de bien parler la langue, il faudra une connaissance minimum de la grammaire alors que pour fonctionner minimalement – acheter des billets, commander un repas, etc. – il est possible de s’en tirer sans connaissance des bases grammaticales. Dans ce cas, un dictionnaire en ligne ou une application de traduction pour cellulaire peuvent être d’une grande utilité.

Coup de pouce en ligne

L’appli Google translate se démarque parmi toutes les propositions de traducteurs en ligne. En dictant oralement ou par écrit un mot, une phrase ou une expression, on obtient une traduction très pertinente, par écrit et prononcée. Attention, il est facile de céder à la tentation de faire parler l’appareil à sa place et ainsi de miner l’effort de mémorisation de la langue. Mais avouons qu’il est bien utile de l’avoir au bout des doigts, d’autant plus qu’elle est gratuite !

Sur le site loecsen.com, on vous invite à mémoriser de petites phrases de la vie courante adaptées au voyage, ainsi que des expressions propres à une situation donnée. C’est gratuit, sauf si vous voulez télécharger un fichier mp3 vous permettant de poursuivre vos leçons sans être connecté. Un bon petit exercice à faire avant de partir vers de nouveaux cieux.

Plus loin avec Babbel, Basuu, Duolingo, etc.

Il suffit de taper « apprentissage de langues » sur son téléphone ou son ordinateur et voilà qu’apparaissent une multitude de sites : Babbel, Busuu, Duolinguo, Mosalingua, etc. Toutes ces méthodes se ressemblent énormément. Certaines offrent un éventail plus large de langues à apprendre. Par contre, il faut s’assurer que l’enseignement prodigué s’adresse bien à des élèves francophones, ce qui n’est pas le cas pour plusieurs applications qui ont souvent l’anglais comme langue d’accueil.  

 

Avec toutes ces applications, l’élève apprend seul en interaction avec son ordi, son téléphone mobile ou sa tablette. Malgré des interfaces différentes, leur fonctionnement se ressemble beaucoup. Néanmoins, la plupart des plateformes possèdent des particularités. Busuu, par exemple, propose une façon originale de tester ses habiletés langagières en mettant en contact les étudiants en ligne. Un « natif » peut corriger les erreurs (de prononciation notamment) d’un étudiant. Et se faire offrir le même service dans la langue de l’autre !

Vous voulez apprendre dans le bus ou le métro en allant au travail ? Avec Babbel, il est possible de télécharger les leçons pour ensuite les visionner sans connexion wifi. On doit toutefois souscrire un abonnement afin d’avoir accès à cette option.

Vous limitez les dépenses avant le voyage ? Duolingo est la seule application totalement gratuite. Par contre, attendez-vous à une façon de faire plus statique, voire robotique, et plus répétitive. Mais comme il n’y a rien à débourser…

Un autre site d’apprentissage, Mosalingua, demande les coordonnées bancaires de l’utilisateur avant même qu’il puisse en faire l’essai. Un peu rébarbatif comme approche !

Combien ça coute ?

Si quelques-uns annoncent la gratuité de leur méthode, il ne faut pas s’emballer trop vite, car ce qui est gratuit reste très limité. À part la méthode Duolingo, les autres fonctionnent par abonnement (mensuel, biannuel, annuel ou plus). Après des cours d’essai sans frais, permettant à la fois d’évaluer votre niveau et d’apprécier la méthode, l’abonnement payant vous est rapidement suggéré.

Les prix varient en fonction de la durée de l’abonnement. Plus la période d’adhésion est longue, moins le tarif mensuel est élevé. Par exemple, Babbel propose un abonnement d’un mois à 13 $ US, alors que son abonnement annuel coute 7 $ US par mois. (Prêtez attention aux devises, elles diffèrent d’une application à l’autre.) Un conseil : attendez un peu avant de vous commettre, car dès que vous démontrez un peu d’intérêt pour une solution, vous vous verrez offrir de nombreuses réductions très alléchantes allant jusqu’à 50 % du prix initial !

On essai ?

Apprendre une nouvelle langue demande surtout une grande assiduité. La plupart des méthodes affirment qu’il faut accorder entre 15 et 30 minutes par jour pour arriver à des résultats probants. Comme elles sont, somme toute, peu dispendieuses et assez ludiques, elles pourront, à défaut de vous rendre parfaitement bilingue ou multilingue, stimuler vos neurones, vous donner des bases, vous faire réviser des notions connues et vous inciter à pousser un peu plus loin le voyage linguistique ! Try them out !

Par Hélène Giroux
Magazine Camping Caravaning, vol. 24 no 2, mai 2018

À lire aussi
● Camper aux États-Unis, oui ça se fait ! Sans équipement et sans parler anglais
● Apprendre une langue pour voyager