tab 1 FERMER
Un hiver en Floride

Lise et moi avons repris la route, cette fois pour la Floride. Après avoir parcouru l'Amérique du Nord pendant un an et demi, à bord de notre Grande bleue, nous voulons explorer le royaume des «snowbirds», que nous connaissons peu. Joignez-vous à nous pour ce nouveau périple.
Articles récents
Archives
le 13 février,2016
Bye, bye, Florida !
le 6 février,2016
Record de pluie et docteur $US
le 30 janvier,2016
Un mois au même endroit
le 23 janvier,2016
Trois excellents romans
le 16 janvier,2016
Soixante et onze ans
le 9 janvier,2016
Premières impressions de Naples
le 2 janvier,2016
Enfin aux Keys !
le 26 décembre,2015
Le plaisir de lire en voyage
le 19 décembre,2015
Le pauvre dollar canadien
le 12 décembre,2015
Alligators, pythons et pluie
le 5 décembre,2015
Le choc de Miami
le 28 novembre,2015
Un village québécois en Floride
le 20 novembre,2015
Un astronouille chez les astronautes
le 14 novembre,2015
Savannah la magnifique!
le 7 novembre,2015
Le charme de la route
le 31 octobre,2015
Vivement le Sud !
le 18 octobre,2015
Au royaume des «snowbirds»
le 9 mai,2015
Les voyages forment la vieillesse
le 2 mai,2015
Revivre à Montréal
le 25 avril,2015
La «route des pionniers»
le 18 avril,2015
Une journée perdue !
le 10 avril,2015
Une semaine texane
le 4 avril,2015
Déjà-vu et découverte
le 27 mars,2015
Sur le chemin du retour
le 21 mars,2015
Indian Wells : retour au tennis
le 14 mars,2015
État de grâce à Borrego
le 7 mars,2015
Le bonheur est à l’épicerie
le 20 février,2015
Le caravaning zen
le 14 février,2015
Adios Los Barriles !
le 7 février,2015
Les habitués de Martin Verdugo’s
le 31 janvier,2015
Nos adieux à la caravane
le 24 janvier,2015
Sous le chaud tropique du Cancer
le 19 janvier,2015
Le choc de la Baja California
le 10 janvier,2015
Eh oui ! 70 ans déjà !
le 1 janvier,2015
La côte et la civilisation
le 27 décembre,2014
L’éternité sous les palmiers
le 19 décembre,2014
Perdus dans le canyon
le 12 décembre,2014
Pépés tranquilles, enfants criards
le 6 décembre,2014
Une pause bienvenue
le 29 novembre,2014
De Silicon Valley à Big Sur
le 22 novembre,2014
San Francisco sans magie
le 15 novembre,2014
Les grands parcs : Yosemite, Kings Canyon et Sequoia
le 8 novembre,2014
Le coût de la vie à Napa et Sonoma
le 1 novembre,2014
Retrouvailles à Reno
le 27 octobre,2014
La côte Ouest sous la pluie
le 17 octobre,2014
Presque en panne sèche
le 11 octobre,2014
Plein sud !
le 4 octobre,2014
Pluie, soleil et vertige
le 27 septembre,2014
Retour dans la vallée de l’Okanagan
le 20 septembre,2014
Un an déjà !
le 13 septembre,2014
Vancouver, prise 2
le 6 septembre,2014
Vancouver sous la pluie et le soleil
le 30 août,2014
Jours heureux à Victoria
le 23 août,2014
Pour soigner ma tourismophobie
le 16 août,2014
Long Beach : au bout du mythe
le 9 août,2014
Repos à Nanaimo
le 2 août,2014
Beau et chaud !
le 26 juillet,2014
Quelques jours en Alaska
le 20 juillet,2014
Marche avec les ours
le 12 juillet,2014
Premières impressions du Yukon
le 4 juillet,2014
Direction : Yukon
le 28 juin,2014
Les Rocheuses quasi inchangées
le 21 juin,2014
Une petite déprime
le 14 juin,2014
Le charme discret de Kelowna
le 7 juin,2014
Marché, soleil et factures
le 31 mai,2014
Un jour de bonheur !
le 23 mai,2014
Déceptions, découvertes et plaisirs
le 17 mai,2014
Le coup de foudre, enfin !
le 10 mai,2014
Besoin d’une pause
le 3 mai,2014
La boucle est bouclée
le 26 avril,2014
Bryce Canyon, la merveille !
le 19 avril,2014
Zion : beau et bondé
le 12 avril,2014
La bonne humeur de retour
le 4 avril,2014
Seuls avec la poisse
le 28 mars,2014
De retour à Sedona
le 21 mars,2014
De retour de la Vallée de la Mort
le 16 mars,2014
Voir Las Vegas et partir
le 6 mars,2014
Bye-bye Arizona !
le 28 février,2014
Je voulais voir Yuma…
le 22 février,2014
Dans un village de retraités
le 14 février,2014
L’Arizona tient promesse
le 6 février,2014
L’Arizona, enfin!
le 1 février,2014
Le sud du Texas
le 24 janvier,2014
Bye, bye Florida !
le 18 janvier,2014
69 ans dans les sources chaudes
le 9 janvier,2014
35 ans d’amour et d’humour
le 4 janvier,2014
Un Jour de l’An sans Skype
le 27 décembre,2013
Noël en Floride
le 20 décembre,2013
Drôle de cadeau de Noël
le 14 décembre,2013
Floride 2, Texas 0
le 7 décembre,2013
La douce chaleur du Sud
le 30 novembre,2013
À la guerre comme à la guerre
le 23 novembre,2013
Demain l’hiver, je m’en fous…
le 16 novembre,2013
À la veille du grand départ
le 9 novembre,2013
À demi rassurés
le 26 octobre,2013
En attendant le Sud
le 17 octobre,2013
Pépins et autres pépins (2)
le 15 octobre,2013
Pépins et autres pépins (1)
le 10 octobre,2013
Caravaning automnal et bipolaire
le 8 octobre,2013
L’appart est loué pour… 20 mois
le 2 octobre,2013
Notre vie sur la route
le 29 septembre,2013
Le choix d’une autocaravane
le 25 septembre,2013
Le tour de l’Amérique du Nord
le 14 juin,2014

Le charme discret de Kelowna

kelo-parc

Ce sont les soins exigés par notre Grande bleue qui nous ont amenés à Kelowna. Autrement, nous serions passés sans doute rapidement dans ce chef-lieu de la vallée de l’Okanagan. En caravaning, en effet, on préfère les petites villes ou la campagne, voire la forêt. C’eût été bien dommage toutefois, car Kelowna a beaucoup à offrir à ses 110 000 habitants ainsi qu’aux touristes de passage.

Comme Ossoyoos, Penticton ou Peachland, elle est construite le long d’un lac. J’adore les villes qui donnent sur un lac, en particulier celles qui n’ont pas laissé les riverains les plus fortunés envahir les rives, comme c’est le cas en Italie du Nord, par exemple. À Kelowna au contraire, le centre-ville est bordé d’une grande et belle promenade, parsemée de plages et de parcs. Ici, tout le monde à accès au lac Okanagan.

Le quartier attenant est bien beau. On y trouve de jolies boutiques, de coquettes demeures et juste ce qu’il faut d’animation. On y trouve aussi un centre culturel francophone, bien situé et apparemment très actif. Rien d’étonnant, car la ville compterait 6000 francophones.

On a même déniché un café où l’on se sent en Italie et où l’espresso est presque aussi bon que dans la Grande Botte. Son nom, Giobeans, n’est pas très italien, j’en conviens. Mais le proprio est un authentique Italo. J’ai échangé quelques mots d’italien avec lui. Nous en étions tous les deux ravis.

Si on pousse la promenade un peu au nord du centre, on accède au mont Knox, qui est en quelque sorte leur mont Royal, en plus haut. La vue sur l’agglomération et sur le lac est magnifique. Le sentier Apex, qui mène au sommet, permet de travailler le cardio; Paul’s Tomb, qui longe le lac, l’endurance. On peut parcourir les deux sentiers en environ deux heures, une sortie idéale pour nous.

La première fois, nos vieilles jambes et nos vieux cœurs ont regimbé un peu. Pas surprenant puisque, depuis notre retour des canyons, nous marchons fréquemment, mais sur le plat. Dès la deuxième randonnée toutefois, nous avions retrouvé une bonne partie de notre forme de l’Arizona et de l’Utah. Certes, de beaux jeunes nous dépassaient parfois en courant. Mais ça ne me frustre pas; c’est de leur âge. Ça me fâche d’autant moins qu’on doublait sans mal la plupart des «vieux». Vous voyez, pour être heureux, suffit de choisir à qui l’on se compare.

La vie est si agréable à Kelowna qu’on pourrait y vivre. Je ne dis pas qu’on est prêts à faire envoyer nos valises. Mais c’est assurément le genre de lieu où l’on s’installerait volontiers, Lise et moi. Du moins au centre-ville, où l’on peut vivre à pied. En banlieue, les autos sont nombreuses et la circulation peut devenir agaçante.

En revanche, la campagne n’est pas bien loin. Ainsi, nous avons passé plus d’une semaine dans un petit camping, le Orchard Valley, situé à peine à six kilomètres du centre-ville, et pourtant, nous étions entourés de vergers.

Sur la rive ouest de Kelowna, c’est plutôt la vigne qui pousse. On y trouve quelques-uns des plus beaux vignobles de la région. Nous nous sommes arrêtés notamment au Mission Hill Family. L’endroit est très beau, impressionnant même. De toute évidence, les proprios ont voulu qu’il ait de la classe. Mais il fait un peu trop snobinard à notre goût. La dégustation, en particulier, outre qu’elle coûte 8$, est trop formelle. D’autant que la préposée était froide, voire glaciale. Quant au restaurant, il est bon, mais le prix des vins y est nettement exagéré.

Nous avons de beaucoup préféré l’atmosphère du Quail’s Gate, à deux pas de là. Mais on a sauté la dégustation, car je commençais à m’inquiéter de mon taux d’alcoolémie. Bien sûr, on peut recracher le vin, comme on le fait volontiers en France. Mais ici, ça paraît presque inconvenant.

Le carnet du caravanier

La grande bleue est enfin guérie de presque toutes ces cicatrices. Non seulement les traces des deux petits accrochages ont disparu chez le carrossier du coin, qui a fait un excellent travail, mais on a même fait enlever les égratignures qui déparaient le haut arrière quand nous avons acheté notre autocaravane. Et la porte du chauffe-eau, que nous avions dû changer, a perdu sa vilaine blancheur pour se fondre dans l’éclatant bleu de l’ensemble. Lise est de nouveau fière de son autocaravane.

Elle vous fait ses amitiés. À samedi prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *