Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 27 novembre 2020

Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi

Presque au bout de notre route le long du lac Supérieur, le parc provincial Sleeping Giant est considéré comme l’un des plus spectaculaires en Ontario et même, au Canada. Chose certaine, il semble l’un des préférés des campeurs et marcheurs ontariens.

De très grands emplacements de camping.
De très grands emplacements de camping.

Il occupe le cœur de la longue péninsule Sibley entre la baie Thunder et le lac Supérieur, face à la ville de Thunder Bay. On s’y installe au milieu de l’immense camping, sur un très grand emplacement ensoleillé, mais sans service, à deux minutes de marche de la rive du lac Marie-Louise. Une plage qui doit grouiller de monde par temps chaud et qui s’avère des plus agréables au coucher de soleil. C’est véritablement un magnifique camping boisé avec beaucoup d’intimité.

Coucher de soleil sur le lac Marie-Louise.
Coucher de soleil sur le lac Marie-Louise.

Sea Lion

Le départ des sentiers de randonnées se situe à environ 2 km de l’entrée du camping et on s’y rend facilement à vélo. Nous réservant pour une journée complète de marche le long sentier vedette qui grimpe sur le sommet du Géant endormi, nous nous engageons plutôt sur le court sentier privilégié par tous les visiteurs puisqu’il fait à peine un kilomètre et les amène directement à la formation rocheuse emblématique nommée Sea Lion. C’est le Rocher Percé de la place. Une avancée rocheuse très mince ornée de deux ouvertures dont une à son extrémité qui la fait aujourd’hui ressembler à un éléphant alors que, au tournant du XXe siècle, avant l’effondrement d’une partie de la paroi, on lui trouvait plus de ressemblance avec un lion de mer au poitrail bien gonflé. Le point de vue est d’autant plus remarquable qu’on y observe simultanément le fameux rocher et l’ensemble de la mesa du Sleeping Giant, un long massif rocheux avec sa tête et tout son corps étendu sous le ciel. C’est là que nous grimperons prochainement…

Sea Lion et le Sleeping Giant en arrière.
Sea Lion et le Sleeping Giant en arrière.

Anecdotes

Deux petites anecdotes… En s’engageant dans le sentier vers le Sea Lion, Joanne aperçoit un ours qui traverse le sentier environ 150 mètres devant nous. Un peu plus et elle s’en retourne au camping et c’en est fini du parc. Heureusement, deux femmes qui avancent en sens inverse on aussi vu la bête, mais n’ont d’autre choix que d’avancer sur le sentier, ce qui encourage suffisamment Joanne pour qu’elle continue. Toutefois, au retour, elle m’assure avoir aperçu l’ours en forêt, à la même hauteur. Il l’a moins effrayée cette fois, mais elle restera méfiante.

Ensuite, au retour, nous explorons à vélo un peu plus loin sur la route, à la recherche d’un endroit où mettre notre kayak à l’eau sur le lac Supérieur. Le constat est nul jusqu’à ce que nous arrivions à une ancienne marina et à son vieux magasin général que des gens de la place sont en train de retaper. Les nouveaux quais de même que la rampe de mise à l’eau sont remarquables et le vieux magasin, avec sa grande terrasse sur le lac, aura certainement énormément de charme une fois restauré. Nous croisons un homme très impliqué dans toutes ces initiatives. Un monsieur super sympathique et extrêmement jasant qui nous invite à mettre à l’eau sur place et nous raconte avec enthousiasme toute la genèse de leur projet des plus prometteurs qui vise à redonner vie à la petite communauté de villégiateurs de Silver Islet.

Autre petite anecdote pour le même prix. Une niaiserie à vrai dire. Comme il nous arrive de le faire, nous avons fait un petit lavage rapide, à la main, au retour au VR. Le buanderies des campings étaient fermées partout. On étend notre linge sur la corde, dont une paire de bobette. Imaginez qu’un écureuil particulièrement gourmand (et gourmet) est venu bouffer mes petites culottes. Rien d’autre… Faut le faire !

Journée de kayak

La seconde journée sera effectivement dédiée au kayak de mer pour un première excursion sur le mythique lac Supérieur. Nous retournons donc à Silver Islet pour utiliser leur nouvelle rampe de mise à l’eau (5 $) tout en laissant le VR aux abords de la descente puisque nous en avons eu la permission hier. À ce moment de l’avant-midi, le soleil nous réchauffe bien et le ciel est plein bleu. Kayaker sur la grande mare nécessite tout l’équipement requis en mer, sur le fjord ou l’estuaire du Saint-Laurent. L’eau est d’ailleurs à la même température que celle du Saint-Laurent à la hauteur de la Côte-Nord, soit 4 °C. Les soubresauts du climat peuvent s’avérer aussi soudains et aussi radicaux que sur le fleuve. Et, quand le Supérieur se choque, il peut vite devenir terrifiant. La très longue liste des naufrages et les histoires d’horreur en témoignent. La combinaison isothermique est donc de mise.

La couleur émeraude de l’eau enchante même si elle est moins prononcée que sur la Baie-Georgienne. Dès les premiers coups de pagaie, nous accédons à ce qui fait la majesté et la magie du lac Supérieur. Son immensité assurément. Tout le caractère sauvage de ses rivages escarpés. Les falaises ne nous étourdissent pas comme celles du fjord du Saguenay, mais elles exaltent une sérénité fascinante malgré la fragilité de ses parois rocailleuse que le gel, la glace et les tempêtes sculptent sans relâche. Nous naviguons tout près du fameux Sea Lion et nous approchons au point de nous risquer à passer sous son arche étroite. Ce qui se fait sans aucune difficulté et sans recevoir de pierre sur la tête. C’est juste amusant.

Nous contournons les caps et longeons les baies à la recherche d’une plage où manger. Au détour d’un avancé rocheux, nous voilà subitement face à face avec un impressionnant pygargue juché sur un rocher pointant hors de l’eau. Avec son regard perçant et fustigeant, il nous examine en démontrant une certaine indifférence. Presque du mépris. Se laisse approcher sans autre réaction que de tourner la tête à gauche. Puis à droite. Sous le coup de l’émotion, je le mitraille de ma caméra. Puis il me donne le temps d’approcher mon regard au point d’admirer les dégradés de son plumage et son port altier qui donne une grande noblesse à ce grand pêcheur, mais, aussi, un charognard que les Américains se sont donné comme emblème. Puis il s’envole lentement pour aller se percher sur une longue branche sèche où je pourrai encore le contempler à satiété. Les canards noirs sont également très nombreux ainsi que les Becsies qui se baladent en petit groupe. Ça manque de baleines !

 

Un pygargue nous attendait au détour.
Un pygargue nous attendait au détour.

Nous débarquons sur une rive couverte de galets qui n’est pas sans me rappeler Anticosti avec le cliquetis de l’eau qui se retire au retrait de la vague. Le plus bel endroit au monde où faire la sieste.

2Lunch sur la plage de galets..
Lunch sur la plage de galets.

Nous poursuivons jusqu’à la baie de Tee Harbour et son campement rustique extrêmement agréable. J’aurais bien aimé pousser l’audace jusqu’aux nombreuses îles au large, dont une dont on aperçoit le phare. Mais le vent s’élève, comme il semble le faire chaque après-midi. Nous jouons donc de prudence pour revenir tranquillement au havre puis au camping. La rando sera pour demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *