tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 25 novembre 2021
La tournée Alantique : Grand Manan et l’Acadie
le 10 novembre 2021
LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)
le 21 octobre 2021
La tournée Atlantique : de Forillon à Percé (2)
le 12 octobre 2021
La tournée Atlantique
le 30 septembre 2021
Un bonheur simple, mais une expérience inoubliable
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 10 novembre 2021

LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)

DE LA MONOTONIE À L’ÉMERVEILLEMENT

À quelques minutes de Miguasha, nous sautons sur un petit traversier qui nous mène en quinze minutes au Nouveau-Brunswick, à Dalhousie. De là, nous commettons la grande erreur du voyage, celle de traverser la province par le centre pour nous diriger le plus rapidement possible vers l’extrême sud avec comme objectif: l’île de Grand Manan. Sur cette très très longue route qui nous fait passer par Chatam et Fredericton, les services sont rares à moins qu’on ne soit dévot à l’extrême. Restaurants, stations-service et dépanneurs sont au moins vingt fois moins nombreux que les églises. La route semble si longue et monotone qu’on en vient à se demander si les distances ne sont pas indiquées en milles plutôt qu’en kilomètres. En contrepartie, les campings sont tous impeccables, peu chers, localisés dans des boisés tranquilles et bien aménagés. L’accueil est toujours empressé et empreint de curiosité, surtout avec les deux grands kayaks de mer que nous transportons sur le toit et qui ne laissent personne indifférent. La vallée de la rivière Miramichi fait oublier certaines longueurs du paysage forestier. Il s’agit véritablement d’une région de prédilection pour les amateurs de pêche au saumon. Fredericton, capitale plutôt coquette, s’avère être une petite ville superbe, fort agréable et détendue. Ses vieilles maisons victoriennes lui donnent un cachet bien « British » alors que ses nombreuses boutiques, ses bons restaurants et son parc linéaire longeant l’extraordinaire fleuve Saint-Jean traduisent une qualité de vie certaine. Plus loin, nous campons au parc Woolastook, près de l’impressionnant fleuve Saint-Jean qui éblouit Samuel de Champlain en 1604 lorsqu’il arriva: « À l’embouchure d’une rivière des plus grandes et profondes qu’eussions encore vues, que nommâmes la rivière Saint-Jean, pour que ce fût ce jour-là que nous y arrivâmes ».

Excursion sur la Miramichi
Maisie’s Kitchen sur la Miramichi

La baie de Fundy

Le troisième jour de notre intrusion au Nouveau-Brunswick, nous rejoignons enfin la partie la plus septentrionale de la province, sur la baie de Fundy. Le village de St-Stephen, à la frontière du Maine, nous attire, mais nous déçoit. Outre la chocolaterie Ganong, où l’on inventa la tablette de chocolat, cette municipalité frontalière désolée n’a rien d’intéressant. À une heure de route de là, nous tombons heureusement sur la révélation du voyage: St-Andrews-by-the-Sea. Ce village historique me fait un peu penser à Tadoussac avec son grand hôtel vieillot, ses vestiges, ses boutiques, ses terrasses, son ambiance et le contact omniprésent de la mer. Juste avant d’arriver à St-Stephen, on peut apercevoir un des hauts-lieux de l’histoire de l’Amérique du Nord. L’île Sainte-Croix, sur la rivière du même nom, est le tout premier site d’hivernement de Champlain en 1604 et le premier établissement européen sur le continent. Des dizaines d’hommes y périrent du scorbut et y passèrent un hiver misérable. Aujourd’hui St-Andrews est un vrai paradis pour la famille. L’Algonquin Resort offre l’hébergement luxueux et le golf au bord de mer. Au coeur du village, le Shiretown Inn et plusieurs gîtes (plus de 250 édifices sur 550 au total) sont plus que centenaires. Du camping de la baie de Passaquoddy, on explore St-Andrews à pied ou en vélo, on fait une excursion en kayak à partir du quai, on va à la pêche ou on se tient penaud sur la terrasse d’un café. St-Andrews, qui accueille les villégiateurs depuis plus de 200 ans, a du caractère, du charme et de l’atmosphère. Il nous a retenus plus longtemps que prévu et s’est inscrit sur notre liste de projets futurs.

Algonquin Resort

Aventure dans les îles

La baie de Fundy, caractérisée par les plus hautes marées au monde, compte de nombreuses îles, grandes et petites, dans l’estuaire de la rivière Saint-Louis. Sur un coup de tête heureux, nous nous dirigeons vers L’Etete pour l’embarquement sur un traversier rouillé conduit par un cowboy qui fonce dans les quais. Destination: Deer Island, une découverte emballante. Une île infiniment pittoresque avec du vrai monde et peu de touristes. Chaque baie compte quelques maisons modestes et un quai vétuste. Les gens, d’abord distants et timides, viennent quand même nous parler quand nous mettons nos kayaks à l’eau à marée haute puisque les baies se vident au baissant. La marée fluctue ici a un rythme effarant. On la voit véritablement s’avancer, emportant les espadrilles laissées par les marcheurs ou encerclant les enfants qui jouent sur les pierres. En arrivant au camping du bout de l’île, on découvre l’attrait majeur de Deer Island: Old Sow. Il s’agit du plus grand remous au monde. Il tournoie pendant quatre heures entre les marées, à la rencontre des grands courants de la baie de Fundy et de la rivière Sainte-Croix. Des milliers d’oiseaux marins s’y retrouvent pour profiter du marnage. Sur cette île de pêcheurs de homard, impossible d’en trouver du frais en août puisque la saison de pêche se déroule tout au début de l’été. Les restaurants locaux servent en consolation le traditionnel « lobster roll », la poutine des Maritimes, composé de chaire de homard et d’une mayonnaise servie dans un pain avec des frites. Ma foi… ce n’est pas si mauvais! À côté du camping accoste un minuscule traversier: un bateau de pêche modifié qui pousse une dizaine de voitures sur une barge, au-delà des forts courants, jusqu’à l’île voisine: Campobello. Bien que reliée au Maine par un pont, près de Lubec, cette île magnifique est canadienne mais, du Canada, on y accède uniquement de Deer Island par ce bateau-passeur qui grimpe sur la plage comme les barges militaires lors des débarquements. Campobello doit sa réputation à la famille de l’ex-président américain Franklin D. Roosevelt qui y avait sa maison de campagne. On peut d’ailleurs visiter cette résidence de rêve encore pleine de souvenirs, entourée de quelques autres riches chalets d’été dont l’éblouissante maison Hubbard datant de 1890. Le tout fait partie du Parc international Roosevelt qui occupe tout le sud de l’île. C’est l’armée américaine qui y a aménagé des dizaines de kilomètres de sentiers agréables et faciles, praticables à pied, en vélo et en auto.

Excursion sur la Miramichi
Le traversier vers Deer-Island
Île Saint-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *