A comme amour. On emmène ses enfants en camping parce qu’on les aime et qu’on veut leur faire vivre une expérience dans la nature. Lorsque, par un bon matin, la pluie s’abattra sur votre tente, sous les hurlements du petit dernier et les cris colériques de l’ainée, ce sera le moment de vous en souvenir !

B comme bébé. Certains n’hésitent pas à partir en camping avec leur nourrisson, d’autres préfèrent attendre qu’il ait l’âge de la propreté. Si vous choisissez la première option, vous devrez prendre certaines précautions, notamment vous assurer que bébé n’a pas froid et qu’il est bien protégé des moustiques. Sachez que les bébés s’adaptent bien aux diverses situations qu’on leur propose en autant que leurs habitudes ne soient pas complètement bouleversées.

C comme classiques. Les enfants d’aujourd’hui ne sont si pas différents d’autrefois. Les traditionnels jeux de tic-tac-toe, de Battleship et de Mastermind ont encore la cote. En version de poche, ils sont parfaits pour les trajets sur la route.

D comme DVD. L’apparition de lecteurs DVD portables ou pour voiture a fait la joie de bien des enfants… et surtout de leurs parents ! Pour une centaine de dollars, vous aurez le calme à bord…s’ils sont d’accord sur le film !

E comme économies. Par rapport aux hôtels et motels, le camping est assurément le mode d’hébergement le moins cher, en plus d’assurer l’expérience la plus dépaysante.

F comme faune. Les animaux fascinent les enfants. Le camping est pour eux une occasion en or d’observer de nouvelles bestioles. De nombreux parcs nationaux au Québec, au Canada et aux États-Unis possèdent des centres d’interprétation de la nature où ils pourront s’instruire sur les petits habitants de la forêt.

G comme glacière. C’est un indispensable de l’équipement de camping. Électrique, à gaz, sur roulettes, rigide, souple, les modèles sont nombreux. Portez attention à leur capacité, leur ergonomie, leur système de fermeture. C’est la fraicheur de vos aliments qui est en jeu !

H comme Huttopia. Sans équipement, point de camping ? Plus maintenant grâce au concept des tentes Huttopia, offertes en location dans 13 parcs nationaux du Québec. Entièrement meublées et équipées (table, chaises, réchaud, réfrigérateur, lits, oreillers, vaisselle, etc.), leur confort et leur fonctionnalité plairont aux petites comme aux grandes familles.

I comme intempéries. Bottes de pluie, imperméables et, surtout, bâche pour protéger la tente ou la table de pique nique d’un éventuel déluge… Avez-vous tout ce qu’il faut pour affronter la pluie en camping ?

J comme jeux. Tous les campings se targuent de posséder un ou des terrains de jeux pour enfants. Cependant, des installations minimales ou vétustes, parfois plus ou moins sécuritaires, côtoient des terrains de jeux modernes et très bien organisés. Un conseil : avant de partir, informez-vous sur l’état des installations récréatives du camping où vous comptez planter votre tente. Une visite du site web de l’établissement pourrait vous permettre d’en voir des photos et de vous en faire une meilleure idée.

K comme karaoké. Pour amuser toute la famille en voiture, un CD de karaoké – il en existe une variété – est un choix gagnant. Sinon, il suffit de baisser puis de remonter le volume de son disque préféré pour jouer à la chanson arrêtée. Bien sûr, la modération a bien meilleur gout !

L comme lunch. Cuisiner en camping peut relever de la corvée, mais ça peut aussi être une partie de plaisir ! Profiter de ses visites de la journée pour se procurer des spécialités locales est une avenue à considérer. Et, curieusement, en plein air, les enfants semblent plus enclins à participer à la préparation des repas !

comme mal des transports. Beaucoup d’enfants âgés de 3 à 12 ans en souffrent. La lecture, le dessin ou même le visionnement d’un DVD (bref, tout ce qui nécessite de concentrer leur attention en un point) leur sont déconseillés. Partir l’estomac vide est aussi à éviter. Dans certains cas, la prise d’un antihistaminique demeure le seul remède.  

 

N comme nuit. Sous la tente, la nuit peut être la source de toutes les peurs pour les enfants craignant l’obscurité. Une astuce : munissez les d’une lampe de poche, grâce à laquelle ils pourront prendre le contrôle de la lumière.

O comme oubli. C’est (presque) inévitable. En voyage, on finit par constater qu’on a oublié quelque chose : une pompe, un ouvre-boite, un briquet… Bien sûr, bon nombre de campings ont un dépanneur, mais rappelez-vous que les campeurs sont aussi connus pour leur entraide et leur solidarité…

comme planification. Voyager avec des enfants demande de la préparation. Il faut prévoir l’inéluctable (ennui, petits bobos) et être prêt à affronter les surprises (bris mécaniques, mauvais temps). Collations, jeux, repas, visites, tout cela devrait préalablement avoir fait l’objet d’une certaine planification. Cela dit, pas besoin d’être militaire ! La spontanéité a aussi ses bons côtés.

Q comme Québec. Avec ses quelque 840 campings classifiés comptant au total au-delà de 100 000 emplacements, le Québec n’est certainement pas une destination camping à sous-estimer.

R comme réserver. Ce n’est pas un mythe : l’été, particulièrement pour les longues fins de semaine et les vacances de la construction, il vaut mieux réserver son emplacement à l’avance dans les campings des parcs de la Sépaq et, dans une moindre mesure, dans les campings privés. C’est la meilleure et l’unique façon d’avoir l’embarras du choix.

S comme stop. Faire des arrêts fréquents, voilà la clé du succès au cours de longs trajets avec les enfants. Permettez aux enfants de courir, de se dégourdir. Oui, un déplacement de cinq heures peut s’étirer sur une journée, mais l’humeur sur le siège arrière n’en sera qu’améliorée…

T comme trousse de premiers soins. C’est une excellente chose d’en transporter une en camping. Des kits à la fois ultra-compacts et très complets se vendent quelques dizaines de dollars. Si vous possédez une trousse depuis quelque temps déjà, vérifiez sa date d’expiration. Vous vous éviterez de mauvaises surprises.

U comme unanimité. Selon un sondage maison (sans prétention scientifique !) effectuée par l’équipe de Camping Caravaning, les enfants sont unanimes : le camping est le type d’hébergement qu’ils préfèrent pour passer leurs vacances !

V comme véhicule. Avant de vous lancer à l’assaut des routes du Québec ou d‘en passer les frontières, vous êtes-vous assuré que votre véhicule est en bonne condition ? Et avez-vous vérifié qu’il offre la capacité nécessaire pour transporter la montagne de bagages que vous avez préparés ?

W comme weekend. Pour une première sortie en camping en famille, un séjour d’une nuit ou deux est idéal. Il permettra autant aux enfants qu’à leurs parents de se familiariser avec ce mode d’hébergement atypique qui comporte son lot de nouveautés et nécessite un certain nombre d’ajustements.

X comme… cocher. C’est le truc des voyageurs et campeurs les mieux organisés : préparer une liste du matériel à apporter. Au moment du départ, il suffit de cocher chaque élément pour s’assurer que, dans ses bagages, tout y est !

Y comme yourte. Autre concept de camping clés en main proposé par la Sépaq, la yourte, une tente ronde tout équipée de 6 m (20 pi) de diamètre, promet une expérience à la fois rustique et… douillette, 12 mois par année.

comme ZZZZZ. Dans certaines régions, l’abondance de moustiques peut littéralement gâcher un séjour de camping. Un bon chasse-moustiques s’impose alors. Attention : pour les enfants de moins de 12 ans, on conseille l’utilisation d’un produit ne contenant pas plus de 10 % de DEET. Il va sans dire que tout DEET est à bannir chez les poupons de moins de 6 mois.

Par Guillaume Denault
Magazine Camping Caravaning (numéro hors série, spécial « Plein air en famille », mars/avril 2009.

À lire aussi
● Une famille à la conquête du Canada
● Sous la tente en famille