tab 1 FERMER
Un hiver en Floride

Lise et moi avons repris la route, cette fois pour la Floride. Après avoir parcouru l'Amérique du Nord pendant un an et demi, à bord de notre Grande bleue, nous voulons explorer le royaume des «snowbirds», que nous connaissons peu. Joignez-vous à nous pour ce nouveau périple.
Articles récents
Archives
le 13 février,2016
Bye, bye, Florida !
le 6 février,2016
Record de pluie et docteur $US
le 30 janvier,2016
Un mois au même endroit
le 23 janvier,2016
Trois excellents romans
le 16 janvier,2016
Soixante et onze ans
le 9 janvier,2016
Premières impressions de Naples
le 2 janvier,2016
Enfin aux Keys !
le 26 décembre,2015
Le plaisir de lire en voyage
le 19 décembre,2015
Le pauvre dollar canadien
le 12 décembre,2015
Alligators, pythons et pluie
le 5 décembre,2015
Le choc de Miami
le 28 novembre,2015
Un village québécois en Floride
le 20 novembre,2015
Un astronouille chez les astronautes
le 14 novembre,2015
Savannah la magnifique!
le 7 novembre,2015
Le charme de la route
le 31 octobre,2015
Vivement le Sud !
le 18 octobre,2015
Au royaume des «snowbirds»
le 9 mai,2015
Les voyages forment la vieillesse
le 2 mai,2015
Revivre à Montréal
le 25 avril,2015
La «route des pionniers»
le 18 avril,2015
Une journée perdue !
le 10 avril,2015
Une semaine texane
le 4 avril,2015
Déjà-vu et découverte
le 27 mars,2015
Sur le chemin du retour
le 21 mars,2015
Indian Wells : retour au tennis
le 14 mars,2015
État de grâce à Borrego
le 7 mars,2015
Le bonheur est à l’épicerie
le 20 février,2015
Le caravaning zen
le 14 février,2015
Adios Los Barriles !
le 7 février,2015
Les habitués de Martin Verdugo’s
le 31 janvier,2015
Nos adieux à la caravane
le 24 janvier,2015
Sous le chaud tropique du Cancer
le 19 janvier,2015
Le choc de la Baja California
le 10 janvier,2015
Eh oui ! 70 ans déjà !
le 1 janvier,2015
La côte et la civilisation
le 27 décembre,2014
L’éternité sous les palmiers
le 19 décembre,2014
Perdus dans le canyon
le 12 décembre,2014
Pépés tranquilles, enfants criards
le 6 décembre,2014
Une pause bienvenue
le 29 novembre,2014
De Silicon Valley à Big Sur
le 22 novembre,2014
San Francisco sans magie
le 15 novembre,2014
Les grands parcs : Yosemite, Kings Canyon et Sequoia
le 8 novembre,2014
Le coût de la vie à Napa et Sonoma
le 1 novembre,2014
Retrouvailles à Reno
le 27 octobre,2014
La côte Ouest sous la pluie
le 17 octobre,2014
Presque en panne sèche
le 11 octobre,2014
Plein sud !
le 4 octobre,2014
Pluie, soleil et vertige
le 27 septembre,2014
Retour dans la vallée de l’Okanagan
le 20 septembre,2014
Un an déjà !
le 13 septembre,2014
Vancouver, prise 2
le 6 septembre,2014
Vancouver sous la pluie et le soleil
le 30 août,2014
Jours heureux à Victoria
le 23 août,2014
Pour soigner ma tourismophobie
le 16 août,2014
Long Beach : au bout du mythe
le 9 août,2014
Repos à Nanaimo
le 2 août,2014
Beau et chaud !
le 26 juillet,2014
Quelques jours en Alaska
le 20 juillet,2014
Marche avec les ours
le 12 juillet,2014
Premières impressions du Yukon
le 4 juillet,2014
Direction : Yukon
le 28 juin,2014
Les Rocheuses quasi inchangées
le 21 juin,2014
Une petite déprime
le 14 juin,2014
Le charme discret de Kelowna
le 7 juin,2014
Marché, soleil et factures
le 31 mai,2014
Un jour de bonheur !
le 23 mai,2014
Déceptions, découvertes et plaisirs
le 17 mai,2014
Le coup de foudre, enfin !
le 10 mai,2014
Besoin d’une pause
le 3 mai,2014
La boucle est bouclée
le 26 avril,2014
Bryce Canyon, la merveille !
le 19 avril,2014
Zion : beau et bondé
le 12 avril,2014
La bonne humeur de retour
le 4 avril,2014
Seuls avec la poisse
le 28 mars,2014
De retour à Sedona
le 21 mars,2014
De retour de la Vallée de la Mort
le 16 mars,2014
Voir Las Vegas et partir
le 6 mars,2014
Bye-bye Arizona !
le 28 février,2014
Je voulais voir Yuma…
le 22 février,2014
Dans un village de retraités
le 14 février,2014
L’Arizona tient promesse
le 6 février,2014
L’Arizona, enfin!
le 1 février,2014
Le sud du Texas
le 24 janvier,2014
Bye, bye Florida !
le 18 janvier,2014
69 ans dans les sources chaudes
le 9 janvier,2014
35 ans d’amour et d’humour
le 4 janvier,2014
Un Jour de l’An sans Skype
le 27 décembre,2013
Noël en Floride
le 20 décembre,2013
Drôle de cadeau de Noël
le 14 décembre,2013
Floride 2, Texas 0
le 7 décembre,2013
La douce chaleur du Sud
le 30 novembre,2013
À la guerre comme à la guerre
le 23 novembre,2013
Demain l’hiver, je m’en fous…
le 16 novembre,2013
À la veille du grand départ
le 9 novembre,2013
À demi rassurés
le 26 octobre,2013
En attendant le Sud
le 17 octobre,2013
Pépins et autres pépins (2)
le 15 octobre,2013
Pépins et autres pépins (1)
le 10 octobre,2013
Caravaning automnal et bipolaire
le 8 octobre,2013
L’appart est loué pour… 20 mois
le 2 octobre,2013
Notre vie sur la route
le 29 septembre,2013
Le choix d’une autocaravane
le 25 septembre,2013
Le tour de l’Amérique du Nord
le 28 février,2014

Je voulais voir Yuma…

lise-yuma

Depuis trois ans, je rêvais de voir Yuma, la ville où il ne pleut pas, ou si peu. Selon les stats, il fait soleil 339 jours sur 364 dans cette ville du sud-ouest de l’Arizona. D’après mes calculs, c’est 164 jours d’ensoleillement de plus qu’au Québec. Et je ne tiens même pas compte des jours où le ciel reste désespérément gris chez nous.

Je rêvais de voir Yuma donc. Eh bien, c’est fait. Nous y avons passé cinq jours agréables. Sans pluie, bien entendu. Tout au plus a-t-on eu quelques nuages en altitude et parfois un ciel un peu voilé.

Côté température, rien à redire non plus. Le mercure a avoisiné les 27 degrés, ce qui est à peu près normal pour la fin de février. Les mois les plus froids sont ceux de décembre et de janvier, où la température atteint quand même 21 degrés en moyenne. Elle grimpe à 24 en février et à 27 en mars. Puis, de mai à septembre, le thermomètre s’affole, avoisinant presque chaque jour les 40 degrés. Le record, je crois, est de 49. Je veux bien croire que c’est très sec; c’est quand même un peu chaud.

Mais cette semaine, on était loin de cette canicule. La température était plutôt agréable. Mes compagnons de randonnée, qui tiennent moins du chameau que moi, ont toutefois peiné dans le sentier des Télégraphes. Écrasés par le soleil, ils cherchaient l’ombre, mais il n’y en a pas beaucoup sous les cactus. Pour une fois, ce n’est pas moi qui traînais la patte.

Les Américains prétendent que Yuma est la ville la plus ensoleillée au monde. Allez savoir. Ils affirment aussi qu’elle est la capitale mondiale de la salade. Mais là, vous allez croire que je vous raconte des salades. Convenons que c’est la ville la plus ensoleillée des États-Unis, ce qui est déjà pas mal.

Ce n’est toutefois pas la plus jolie. Les méchantes langues affirmeront même que Yuma est laide. Je dirai pour ma part que, malgré le soleil qui l’a fait briller, elle n’a pas beaucoup de charme.

Nous avons demandé à notre GPS de nous mener à son centre-ville. Il nous a conduits dans une sorte de Laval du Sud-Ouest américain. On s’est dit : cette ville n’a pas de centre. Le lendemain cependant, on a fini par en trouver un en demandant «Main Street» à notre Tom-Tom. Non, ne me félicitez pas. C’est Lise qui en a eu l’idée. Ce centre est tout petit, on en a vite fait le tour, mais on y trouve quelques jolies boutiques et quelques beaux immeubles.

Dans l’ensemble donc, il n’y a pas grand-chose à voir ou à faire à Yuma. Mais les 100 000 retraités qui viennent y réchauffer leurs vieilles articulations chaque hiver ne semblent pas s’en préoccuper. Les gens que j’ai croisés au West Wind, très caractéristique des «

Une chapelle écrasée par deux gros réservoirs.
Une chapelle écrasée par deux gros réservoirs.

» des alentours, paraissaient contents de leur vie. Ils sont nombreux à jouer chaque jour, qui au golf, qui au volleyball, qui au schuffleboard, qui au billard, qui aux boules. Ils vont à la piscine, fréquentent le gym, font du vélo, jouent aux cartes, se font des amis. «An another day in paradise!» nous a lancé un retraité à la piscine.

Et le prix de ce paradis est abordable, moins cher notamment que Mesa, autre grand refuge de retraités, dont le climat est pourtant moins exceptionnel.

Avis toutefois aux Québécois qui doivent se mettre à quatre pour former une phrase complète en anglais : les francophones sont peu nombreux à Yuma, qui accueille surtout, outre des Américains, des Canadiens de l’Ouest. Dans cette ville proche de la frontière mexicaine, la langue seconde, c’est n’est pas le français, c’est l’espagnol.

… et on a vu Quartzsite

Comme on aime bien les contrastes, après Yuma, on a mis le cap sur Quartzsite, haut lieu du boondocking. Là, il n’y a pas le moindre service. Pas même un point d’eau. Pas de câble donc, pas de wi-fi, pas d’électricité, pas de buanderie, pas d’égout, rien. Juste un grand désert, avec vue sur les montagnes, où l’on peut s’installer pour 14 jours sans qu’il en coûte un sou. Nous n’y sommes pas restés deux semaines d’ailleurs. C’était juste pour l’expérience.

lise-paul-desertNous nous attendions à ce qu’il y ait foule. Le lieu était plutôt désert. Vous allez me dire que dans le désert, c’est bien normal. Il y avait bien quelques dizaines d’autocaravanes, mais dispersées sur plusieurs kilomètres, elles avaient l’air esseulées.

Nous avions prévu une animation terrible. Nous avons plutôt trouvé le silence et le calme. Nous avons garé La grande bleue à côté du Campignol de nos amis Lise et Daniel et pris l’apéro en leur compagnie. Nous avons préparé le souper à la lumière du coucher de soleil sur les montagnes de l’ouest. Puis en soirée, nous sommes sortis admirer les étoiles. Il y a longtemps qu’on n’en avait pas vu autant.

Ce bref passage à Quartzsite restera parmi les beaux souvenirs de ce voyage.

Lise vous fait ses salutations. À samedi prochain!

2 réponses à Je voulais voir Yuma…

  • Stéphane dit :

    Bonjour Paul, je vois que sur votre dernière photo avec la grande bleu, vous ne tracter pas de youyou.Vos déplacement avec la grande bleu pour visiter,ne vous donne pas trop de misère à stationner votre véhicule.Car j’ai fait l’achat d’un motorisé similaire l’automne dernier et je me demandais si durant mes vacances annuelles je tracterais un youyou pour visité.

    Bonne route.

  • Paul Roux dit :

    Stéphane, je répondrai à vos interrogations dans le prochain carnet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *