Untitled Document
tab 1 FERMER
Ils ont visité l'Europe en circuit-caravane

Accueil

Que fait un caravanier lorsqu’il a parcouru le continent nord-américain d’un bout à l’autre ? Il rêve à d’autres destinations ! À l’Europe, par exemple… Pour admirer les monuments historiques, visiter les musées, goûter à la cuisine locale et contempler les paysages, certains ont osé une formule novatrice : le circuit-caravane.

Guylaine et Denis : la France et l’Italie

C’est justement ce qu’ont décidé de faire la caravanière Guylaine Marois et son conjoint Denis Martel, un couple de grands voyageurs résidant dans les Cantons-de-l’Est. Ces caravaniers de longue date ont ainsi passé 28 jours en Italie et sur les côtes de la Méditerranée à l’automne 2017. Propriétaires d’une caravane à sellette, ils ont opté pour cette formule après avoir minutieusement étudié toutes les options offertes. « Pour profiter au maximum de notre découverte du Vieux Continent, nous aimions bien l’idée de prendre part à un voyage organisé. Nous avons jugé que, pour pouvoir admirer l’arrière-pays, les paysages et les routes, la cabine d’un camping-car était beaucoup mieux que les fenêtres d’un autocar », se souvient Guylaine, qui joue avec plaisir le rôle de copilote. Comme Denis a l’habitude de conduire des camions, passer derrière le volant d’un petit camping-car à transmission manuelle ne le stressait pas du tout.

Guylaine et Denis n’ont que de bons mots à propos de leur circuit-caravane. Ils ont été épatés par la beauté des campings où ils se sont arrêtés (« de vrais villages ! », commente Guylaine), la qualité des visites incluses dans le forfait et le rythme juste assez soutenu du voyage, dans le cadre duquel ils ont  parcouru 2 500 km, une distance qui leur parait raisonnable. Leurs coups de coeur : Monaco et son accès direct à la Méditerranée, Venise et ses canaux et les vignobles de la Toscane.

Ce qui leur a plu par-dessus tout, toutefois, c’est le confort qu’offre cette formule. « Nous avons adoré le fait d’avoir eu à défaire notre valise dans le camping-car au début du voyage et de ne la refaire qu’à la toute fin. » Et le fait de voyager en groupe pendant aussi longtemps ? Là aussi, un vrai charme. « C’est sûr que, comme dans n’importe quel groupe, on s’entend mieux avec certaines personnes qu’avec d’autres. C’est normal. Mais la vie de groupe n’est pas étouffante dans ce type de voyage. Une fois la séance d’information sur le déroulement de la journée du lendemain terminée, nous avions la soirée pour nous. »

Daniel et Diane : sur les routes de l’Islande

Pour son baptême de l’Europe, l’an dernier, le couple Daniel Carrier et Diane Comeau a plutôt choisi de se lancer à la découverte de l’Islande. « Nous sommes allés à la séance d’information sur les circuits-caravanes organisés par Voyages FQCC et c’est à ce moment que nous avons eu un coup de coeur pour le circuit en Islande », racontent ces caravaniers amateurs de grande nature. « On a aimé que le circuit nous fasse faire un tour complet du pays. La plupart des tours guidés en autocar se concentrent sur la partie sud uniquement », explique Daniel, un denturologiste à la retraite dont l’idée du bonheur consiste à camper avec sa conjointe, en Beauce, sur un terrain appartenant à des amis. Aucun service d’eau ni d’électricité, juste la sainte paix !

Volcans, lagons, lacs, icebergs, sources d’eau thermale : les beautés naturelles abondaient tout au long de leur séjour de trois semaines sur cette ile du Nord aux paysages sauvages à couper le souffle… et au vent décoiffant. Le couple confie que s’il a eu le sentiment d’avoir pleinement profité de son voyage, c’est en partie grâce aux deux accompagnateurs, un Français et une Canadienne de la côte ouest, qui connaissaient très bien le territoire. Ces derniers ont même pris l’initiative d’ajouter au programme la visite d’attraits moins connus. « Ils nous ont donné beaucoup d’information sur les particularités du pays. C’était vraiment apprécié, entre autres, parce que l’islandais n’est vraiment pas une langue facile à lire ou à comprendre », racontent-ils en riant. Sur la route, les voyageurs ont dû apprendre à rouler sur des voies étroites, souvent peu fréquentées. La courtoisie des Islandais les a marqués.

Ces quelques semaines passées en Islande ont tellement plu aux deux caravaniers qu’elles leur ont donné envie d’adopter à nouveau la formule : peu après leur retour, ils sont partis en direction du Yukon et de l’Alaska, encore une fois en circuit-caravane.

Isabelle et Pierre : l’Autriche et la Bavière

Grands voyageurs ayant choisi de découvrir le monde de mille-et-une façons – en VR, en voiture, en pénichette sur les canaux de France, à l’hôtel, en maison louée et… en circuit-caravane –, Isabelle Dupuis et Pierre Gauthier ne se lassent pas de s’immerger dans les beautés de l’Europe. L’officier militaire et l’infirmière à la retraite adorent les voyages qui les mènent à la fois dans les grandes villes et à la campagne. Ils se laissent toujours envouter par les paysages grandioses et les routes serpentant à l’infini les font rêver. « Nous avons pris part au circuit-caravane Le grand tour du Portugal il y a trois ans et nous avons tant aimé l’expérience que nous avons voulu en faire un autre », explique Isabelle. Le couple a choisi le circuit Autriche Bavière pour revisiter une région que Pierre a connue il y a 40 ans, alors qu’il était en poste en Allemagne. « Ça s’est avéré une bonne décision, car nous nous sommes arrêtés à plusieurs endroits où je n’avais jamais mis les pieds », révèle ce dernier.  

 

Leur grande surprise : l’emplacement des campings le long du circuit. Ces établissements donnaient presque tous un accès privilégié aux transports en commun et à d’impeccables pistes cyclables. « De l’un des campings, nous avons pu nous rendre directement au coeur de Vienne en autobus, y passer la journée et revenir sans tracas, après une soirée mémorable à l’opéra », se rappelle Pierre. Cet atout leur a permis de partir à la découverte des grandes villes de façon détendue, ce qu’ils ont fort apprécié. « Si c’était à refaire, nous aurions loué des vélos au départ pour voir du pays de façon différente pendant les moments libres du circuit », commente Isabelle. Leurs coups de coeur ? La visite de châteaux dignes de contes de fées et les paysages époustouflants, particulièrement en région montagneuse, de même que les visites guidées pour découvrir les grandes villes.

La formule en quelques mots

Développée par l’agence Voyages FQCC, la seule agence de voyages au Québec à se spécialiser dans le tourisme caravanier, la formule du circuit-caravane a longtemps été réservée aux voyages organisés sur le continent nord-américain, nous explique Valérie Joubert, la directrice de l’agence. Cette façon originale de découvrir du pays, créée en 1997, continue d’ailleurs de jouir d’une popularité indéfectible. Depuis 2013, l’agence propose chaque année un ou deux circuits en Europe. Le désormais classique Venise, Toscane et la Méditerranée est offert tous les deux ans, en alternance avec d’autres destinations.

« Dans tous les cas, il s’agit d’un produit clés en main », affirme Valérie Joubert, qui a elle-même supervisé le développement des itinéraires. « Toutefois, nos circuits-caravanes en Europe diffèrent en quelques points de ceux qui se déroulent au Canada et aux États-Unis », remarque-t-elle. Celle-ci explique qu’en Europe, les groupes de caravaniers qui prennent part à l’aventure sont plus petits, comptant de 8 à 12 couples maximum. De plus, sur la route, les participants se déplacent habituellement en sous-groupes de deux VR, les convois étant interdits outre-Atlantique. « La dimension réduite des groupes permet de créer une ambiance chaleureuse très rapidement, note Mme Joubert. En outre, le fait de voyager à quatre a comme conséquence que l’on attend moins longtemps qu’en groupe pour entrer dans les attractions populaires. » Finalement, pour éviter les frais exorbitants associés au transport d’un VR outre-mer pour un séjour de courte durée, les participants voyagent à bord d’un camping-car de location plutôt que dans leur propre VR.

Pour le reste, la formule qui a fait ses preuves demeure la même, que la destination soit le Portugal ou l’Alaska. Elle inclut les nuitées dans tous les campings, plusieurs repas, de même que des visites organisées. « Les circuits-caravanes qui se déroulent en Europe ont tous lieu à la fin de l’été, une période de l’année où le temps est encore beau et chaud et où la présence des touristes se fait plus discrète », précise Valérie Joubert.

La clientèle intéressée par l’Europe n’est pas nécessairement la même que celle qui participe à un circuit-caravane en Amérique du Nord, soutient Mme Joubert. « En général, ce sont des gens qui ont beaucoup voyagé au Canada et aux États-Unis de façon autonome, mais qui aiment l’idée d’avoir un peu plus d’encadrement en Europe, notamment à cause de la barrière de la langue », explique-t-elle. La liberté qu’offre le fait de voyager à deux couples pendant la journée leur plait aussi beaucoup, note-t-elle, de même que la possibilité de se familiariser avec des cultures et traditions variées.

Par Sophie Marsolais
Magazine Camping Caravaning, vol. 25 no 1, mars-avril 2019

 

 À lire aussi
● Voyager en pénichette
●  Longer le Saint-Laurent en VR : onze propositions de balades !
 Les pénichettes
● Europe – l’option maisonnette
● Le nord de l’Italie
● L’Australie en autocaravane
● Portugal – Setúbal

Les commentaires sont fermés.

Quelques faits intéressants sur ces voyages

Les circuits-caravanes en Europe incluent souvent le vol, la location du camping-car, le kilométrage illimité, l’assurance VR, l’assistance routière, les nuitées sur les terrains de camping et en hôtel si nécessaire (au début ou à la fin du circuit) et la présence d’accompagnateurs francophones qui connaissent bien le pays visité. Quelques repas sont souvent inclus, de même que des visites guidées, des excursions, un journal de bord et d’autres documents d’information remis à destination. Il est important de bien lire les inclusions avant le départ.

De façon générale, ne sont pas inclus : le carburant, les péages routiers et les assurances (médicale, annulation). Les participants doivent évidemment avoir en main un passeport en règle, valide au moins jusqu’à six mois après le retour au Canada. Cette règle peut changer selon le pays visité. De plus, chaque personne qui conduira un VR loué devra avoir en sa possession un permis de conduire international valide.

Encadre1 Encadre2
     La tour de Belem, au Portugal

Camper en Europe : À quoi s'attendre

Encadre3

Les campings européens sont différents des établissements nord-américains. Certains sont situés dans des zones sauvages, sans arbres, comme en Islande, alors que d’autres sont de véritables centres de villégiature, incluant restaurants, piscines et maisonnettes en location. Plusieurs sont beaucoup plus petits que les campings du Canada et des États-Unis.
Les véhicules récréatifs de location utilisés pour les circuits-caravanes sont d’une longueur d’environ 6,4 m (21 pi). Ils ont tous une transmission manuelle et sont dotés d’un moteur diésel.
Le cout de la vie est élevé en Europe (encore plus sur une ile comme l’Islande, qui doit importer bien des produits du continent). Les voyages en circuit-caravane permettent d’économiser sur le cout des restaurants, les achats pouvant être faits à l’épicerie et les repas pris dans le VR.
• Les Canadiens ont généralement une excellente réputation auprès des Européens. Attendez-vous à être accueillis chaleureusement !
• Dans bien des pays, les us et coutumes sont différents de ce qui se pratique en Amérique du Nord. Les accompagnateurs des circuits ont comme mission de mettre les participants au parfum. Une chose est sure : il faut s’attendre à souper tard !

PROMOTION ABONNEMENT
Que nous réserve 2020 ?