tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 15 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard / Circuit côtier North Cape
le 2 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 26 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 17 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 20 avril 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 31 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 16 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 10 février 2022
Nouveau-Brunswick / Fundy… Une baie avec vues
le 27 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 12 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 9 décembre 2021
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 25 novembre 2021
La tournée Alantique : Grand Manan et l’Acadie
le 10 novembre 2021
LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)
le 21 octobre 2021
La tournée Atlantique : de Forillon à Percé (2)
le 12 octobre 2021
La tournée Atlantique
le 30 septembre 2021
Un bonheur simple, mais une expérience inoubliable
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 15 juin 2022

Île-du-Prince-Édouard / Circuit côtier North Cape

Là d’où vient le vent…

Le circuit touristique qui nous conduit sur 300 km jusqu’à l’extrême pointe nord de l’Île-du-Prince-Édouard nous amène dans la région des huitres et dans celle des Acadiens tout en convergeant vers une pointe effilée qui arrive à fendre les forts vents du large.

Si l’on aborde ce parcours par le versant atlantique, au nord, on croise d’abord deux baies géantes recouvertes d’alignements de bouées comme une armée de casques colorés au bord d’un débarquement. Le nom de l’une d’elles, à lui seul, fait savourer les épicuriens : Malpèque.

Un terrain d’essai

Les immenses moulins à vent au-dessus d’un amoncèlement de cages à homard.

Chemin faisant, on arrive au bout du bout. Sur une pointe qui ne cesse de rétrécir entre deux falaises rougissantes. L’ambiance est diffuse sur cette terre de vent reconnue comme l’une des plus exposées au pays. Malgré ce souffle qui se manifeste avec arrogance, le brouillard s’accroche obstinément. Derrière le cheval couché au milieu d’un cercle de terre nue, l’ombre d’une grande éolienne se démarque à peine. On distingue mieux les immenses moulins à vent au-dessus d’un amoncèlement de cages à homard qui ruissèle à l’humidité. Nous sommes ici dans un vaste champ d’expérimentation peuplé de géants qui font sans arrêt des grands signes avec leurs bras pour saluer le vent. Pour eux, Éole n’est pas rien que du vent… C’est aussi, et surtout, de l’énergie. Le Terrain d’essais éoliens de l’Atlantique convertit depuis vingt ans le souffle de la mer en énergie renouvelable et il analyse scientifiquement toutes les facettes de cette alchimie. On ne saurait imaginer pires conditions. Exposées sur 300 degrés de circonférence, les éoliennes subissent sans arrêt les assauts brutaux du golfe Saint-Laurent, le sel corrosif et la glace paralysante. Certaines d’entre elles battent au vent depuis deux décennies et leur allure austère de poteau de tôle, comme on les voyait à côté de granges isolées, trahit leur âge. D’autres font figure de Goliath et nous laissent entrevoir ce que seront les barrages à vent du futur prochain, dans moins de 15 ans peut-être, alors que l’Île-du-Prince-Édouard devrait tirer la totalité de son énergie électrique de systèmes éolien-diésel. Pour l’instant, le Terrain d’essais éoliens de l’Atlantique accueille des ingénieurs et des scientifiques de partout qui viennent observer les hélices qui battent au vent. Les touristes aussi sont bienvenus sur le site à l’heure des visites guidées très intéressantes.

Sentant le vent tourner, on a aménagé Le Centre d’interprétation de North Cape qui présente des expositions interactives sur le vent, l’énergie éolienne et les technologies développées pour l’optimiser. Il s’agit du genre d’endroit où l’on entre avec l’air d’avoir déjà tout vu et où on finit par se laisser prendre par des bébelles qui font monter des balles dans des tubes. Comme tout est bilingue, on y apprend plein de choses à la fin.

Dehors, on avance de plus en plus vers la pointe ultime, mais, avant de tomber à l’eau, il y a le phare de North Cape (1866). Certainement l’un des plus utiles de toute la province puisque, à ces pieds s’étire le plus long récif en Amérique-du-Nord à qui on doit un véritable cimetière d’épaves. Une flèche rocheuse qui se dégage sur près d’un kilomètre à marée basse et sur laquelle on peut même marcher. De part et d’autre de cet éperon, deux masses marines prodigieuses se heurtent sans ménagement. Les eaux glaciales du golfe du Saint-Laurent et celles qui s’échappent du détroit Northumberland. Afin d’admirer cet affrontement naturel de même que cette côte que le vent a découpé en fine dentelle, le sentier pédestre Black Marsh longe la crête et est parsemé de panneaux informatifs bilingues qui traduisent la rudesse de l’environnement.

La mousse d’Irlande

La récolte de la mousse d’Irlande.

Lorsque je m’éloigne un peu de la pointe, je remarque un petit camion qui est descendu sur la plage par je ne sais où ? Autour de lui, un homme en imperméable ramasse avec une fourche les algues que le vent a poussées sur la berge. Son camion bordé de ridelles est d’ailleurs plein à ras bord. On appelle cette manne irish moss… La mousse d’Irlande. À ne pas confondre avec la mousse d’Espagne, spanish moss, qu’on trouve dans les bayous louisianais.  On en fait une sorte de gélatine sans gout et sans calories, le carragène, qui sert dans la préparation d’une foule d’aliments à base de produits laitiers. Le plus pittoresque d’entre eux demeure une spécialité locale étonnante, la tarte aux algues. Le Café Irish Moss de Miminegash est le spécialiste en la matière. Son dessert ressemble un peu à une tarte à la meringue. Un fond de gâteau blanc. Une gelée de carragène aromatisée aux fruits puis une bonne épaisseur de crème fouettée. On est loin de la gastronomie, mais, après y avoir gouté, on peut au moins se vanter d’avoir mangé de la tarte aux algues. Le Café propose la visite de son petit centre d’interprétation de la mousse d’Irlande, très bien fait et très instructif.

Pioneer Farm

À la limite du territoire d’O’Leary, on peut visiter la Ferme du Pionnier.

Non loin de West Point, le village d’O’Leary propose la visite d’un musée qui est tout à fait à sa place sur l’Île-du-Prince-Édouard : le Centre d’interprétation de la patate. Un musée qui aborde en anglais et en français toutes les particularités de cette culture extrêmement importante sur l’ile, qui présente l’évolution de la machinerie et qui déborde sur l’extérieur en expliquant le rôle de certains bâtiments du village liés à cette industrie.

Et ce n’est pas tout. À la limite du territoire d’O’Leary, en bordure de la mer, on peut visiter la Ferme du Pionnier (Pioneer Farm), y vivre une expérience hors du commun et même y résider. Judy et Jim Bertling ne sont pas des hillbillies ou des hippies attardés. Ils ont fait carrière dans des secteurs hyper compétitifs et ont atteint un seuil d’écœurement qui les a poussés au décrochage radical. Jim, un Ontarien d’origine, et Judy, qui vient d’Angleterre, ont alors acheté leur petit paradis sur l’Île-du-Prince-Édouard et y ont aménagé leur ferme où ils vivent en autosuffisance ainsi que dans le respect rigoureux des principes écologistes les plus sévères. Ils ont redécouvert le bonheur et la pais avec leurs animaux qui sont devenus leur famille et qu’ils appellent tous par leur nom. Le couple fait visiter la ferme aux enfants et aux touristes, sans programme préétabli ni discours préparé à l’avance. Ils présentent simplement leurs animaux un à un et parlent de leurs relations avec eux. Ils permettent à leurs visiteurs de caresser les chèvres et les lamas, d’entrer dans l’univers de la vache et du cheval, de soulever la couverture sur les poussins et de s’amuser du comportement bon enfant de toute cette bassecour. Ils en parlent avec une passion qui séduit les citadins et un langage accessible à tous. En même temps, on découvre leurs efforts pour produire leur propre énergie éolienne ou pour disposer proprement de leurs déchets. Ce ne sont pas des intégristes, loin de là. Le tracteur fonctionne à l’essence et les cochons deviendront jambon à l’automne.

On peut passer quelques jours sur la ferme pour partager la vie des pionniers.

Jim et Judy proposent une expérience singulière aux amateurs de randonnée. Une sortie en compagnie des alpagas qui sont des animaux utilisés pour le transport des bagages dans les Andes. Ici, ils transportent le piquenique et permettent aux marcheurs d’avoir un contact particulier avec cet animal docile. Il est également possible de passer quelques jours sur la ferme et, si on le souhaite, de partager la vie des pionniers en vaquant aux travaux de la ferme avec les propriétaires. On a accès à une plage magnifique ainsi qu’à un banc de sable isolé. Une expérience différente.

Pour en savoir plus :

  • Terrain d’essais éoliens de l’Atlantique : awts.pe.ca
  • The Pionneer Farm : 1835, MacDonald Road (Route 176), Glenwood RR2, O’Leary

Les commentaires sont fermés.