Untitled Document
tab 1 FERMER
En VR à Niagara-on-the Lake

Accueil

Parcourir tout le sud de l’Ontario en VR sans faire escale dans la vallée du Niagara et, plus précisément, à Niagara-on-the-Lake ? Impensable ! Les attraits de la région sont tels qu’il faut s’y arrêter, même si les campings ne se trouvent pas aussi près de la destination qu’on l’aurait souhaité…

À seulement 90 minutes de Toronto, la charmante petite ville de Niagara-on-the-Lake s’impose comme une étape essentielle. Quel plaisir que de passer quelques heures à arpenter la Main Street de Niagara-on-the-Lake ! Il s’y aligne nombre de magnifiques résidences loyalistes et surtout une multitude de boutiques, galeries, confiseries, cafés, pubs, terrasses et hôtels. Tout cela dans un décor lourdement fleuri alors qu’une véritable nuée de touristes internationaux joue du coude sur les trottoirs et dans les boutiques. Pourtant, l’endroit est loin d’être dénué d’intérêt. Bien au contraire. Il est vraiment agréable de fouiner dans tous ces commerces qui regorgent de produits du terroir issus de la région horticole par excellence au Canada. Quelques petits musées, dont le Musée historique de l’Apothicaire, sont particulièrement instructifs. La superbe façade de l’hôtel Prince of Wales, établi en 1864, résume le charme de ses riches édifices qui font la réputation de l’endroit. Peu d’entre eux ont été préservés de l’époque où Niagara-on-the-Lake était le siège du Parlement du Haut-Canada, de 1792 à 1796. Relativement rares également sont ceux qui ont été épargnés par la fameuse guerre de 1812, car ils étaient ici au coeur de l’action. La ville est quand même demeurée le havre de la bourgeoisie ontarienne, reliée à Toronto par le train et à un jet de pierre des États-Unis.

Parc et promenades

Niagara-on-the-Lake se situe à l’embouchure de la rivière Niagara, qui constitue la frontière naturelle entre le Canada et les États-Unis. La rive nord de la rivière est réputée pour sa promenade du Niagara qui s’étire jusqu’à Fort-Érié et qu’on peut parcourir en voiture ou en vélo, sur une magnifique piste cyclable. Au milieu de la promenade, on croise naturellement les chutes Niagara ainsi que plusieurs attraits naturels et historiques dignes d’intérêt. À Niagara-on-the-Lake, il faut aussi passer un moment au Queen’s Royal Park, deux rues au sud de la Main, qui offre un environnement verdoyant, parsemé d’arbres géants, à la rencontre du lac Ontario et de la rivière Niagara.

La visite des vignobles

Lorsqu’on a terminé son magasinage à Niagara-on-the-Lake et qu’on a vu les légendaires chutes Niagara, il reste à s’offrir le plaisir de la tournée avec dégustation de certains des 37 vignobles de la région. La formule est partout la même. Pour un montant variant entre 5 $ et 10 $, on vous propose trois ou quatre vins en dégustation, à choisir à la carte. Vous les savourez au comptoir pendant qu’on vous en décrit les caractéristiques. Certains producteurs proposent plutôt de passer au jardin et de déguster lentement au milieu du vignoble. Ensuite, s’il y a un ou deux vins qui vous ont fait bonne impression,  vous faites votre choix et vous passez à la caisse. Ne croyez pas réaliser ici de grosses économies, car la plupart des produits locaux ne sont pas donnés.  

 

Toutefois, ce qui est vraiment bien, c’est qu’on découvre dans des vignobles souvent très connus des productions de qualité grandement supérieure à ce qui nous est offert à la SAQ. Parfois de véritables révélations.

Mon préféré demeure le Château des Charmes, avec visite en français. J’ai découvert leur vin blanc à la LCBO il y a plusieurs années. Des vins savoureux à prix raisonnable. Le vignoble Stratus est le plus chic entre tous avec ses installations écologiques. Il produit chaque année des nectars blancs et rouges éblouissants. Inniskillin est réputé pour ses célèbres vins de glace, mais réalise aussi d’excellentes cuvées automnales. Jackson-Triggs, dont on ne connait que les vins bas de gamme au Québec, nous révèle une merveilleuse production haut de gamme. Les sportifs, quant à eux, ne pourront se retenir d’arrêter aux installations de Wayne Gretzky Estates. En fin de parcours, nous avons découvert la superbe microbrasserie Silversmith Brewing Company, installée dans une ancienne petite église sur Niagara Stone Road, avec sa devanture chargée de grappes de houblon.

La question du camping

Pour camper dans la région, on n’a pas le choix, il faudra se rapprocher de Niagara Falls. Nous avons bien aimé le Riverside Park Motel and Campground (riversidepark.net), ouvert à tous les types de VR, quoique l’exploitante ait exigé le tarif de fin de semaine pour un séjour du dimanche au lundi lors de notre passage. On y trouve une grande piscine, un terrain de jeu, des espaces verts dans lesquels s’arrêtent plusieurs espèces d’oiseaux, un petit magasin général et des blocs sanitaires où il est possible de prendre une douche chaude gratuitement.

Texte et photos : Yves Ouellet
Magazine Camping Caravaning, vol. 24 no 5, aout 2018

À lire aussi
●  Niagara : plus que des chutes
● La péninsule Bruce
● Parc provincial Samuel-de-Champlain
● Lac Érié : j’ai parcouru l’ile Pelée
●  Ontario : le parc Algonquin, un oasis
●  Prescott-Russel – Ontario
●  Ontario : les parcs provinciaux de la baie Georgienne
●  Montréal – Kingston – Ottawa : en VR comme en bateau
●  Niagara : au-delà des chutes, le vin

Les commentaires sont fermés.

Vélo sur le Canal Welland

À quelques dizaines de kilomètres de Niagara-on-the-Lake, il y a une sortie à vélo à ne manquer pour rien au monde. Depuis la ville de St. Catherines, le circuit cyclable du canal Welland (42 km) suit cet ouvrage titanesque qui permet aux laquiers, ces navires de 22 000 tonnes conçus pour naviguer les Grands Lacs, de « gravir les montagnes » d’écluse en écluse, du lac Ontario au lac Érié. À vélo, à pied ou en patins à roues alignées, on a tout le loisir d’admirer cette montaison de géants et de la comprendre au centre d’interprétation de l’écluse 3.

PROMOTION ABONNEMENT
« On veut la paix ! »