tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 13 décembre 2023
Grande virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 6 décembre 2023
Une fresque nature au Jardin Scullion
le 22 novembre 2023
La Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean – Baie-Sainte-Marguerite
le 14 novembre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Sainte-Rose-du-Nord
le 18 octobre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Saint-Fulgence
le 11 octobre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 7 août 2023
Quand le soleil brille à sur la baie des Ha! Ha!
le 31 juillet 2023
La Grande-Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Saint-Félix-d’Otis
le 25 juillet 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 14 juin 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 31 mai 2023
Petit-Saguenay
le 24 mai 2023
Le tour de ma région en deux mois
le 18 avril 2023
Abitibi-Témiscamingue
le 12 avril 2023
L’Abitibi-Témiscamingue
le 27 mars 2023
Mes campings dans le monde – Namibie
le 21 mars 2023
Grands plaisirs et fabuleuses découvertes des Maldives
le 28 février 2023
Mes campings dans le monde
le 22 février 2023
Mes campings dans le monde
le 20 janvier 2023
Mes campings à travers le monde…
le 18 janvier 2023
Mes campings à l’étranger…
le 14 décembre 2022
Jordanie, une finale éblouissante !
le 8 décembre 2022
La Jordanie
le 22 novembre 2022
Mes aventures à travers le monde…
le 11 novembre 2022
Camper à travers le monde…
le 26 octobre 2022
Destination camping et kayak
le 19 octobre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 22 septembre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 1 septembre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 28 juillet 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 8 juillet 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 29 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 15 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard / Circuit côtier North Cape
le 2 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 26 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 17 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 20 avril 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 31 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 16 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 10 février 2022
Nouveau-Brunswick / Fundy… Une baie avec vues
le 27 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 12 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 9 décembre 2021
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 25 novembre 2021
La tournée Alantique : Grand Manan et l’Acadie
le 10 novembre 2021
LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)
le 21 octobre 2021
La tournée Atlantique : de Forillon à Percé (2)
le 12 octobre 2021
La tournée Atlantique
le 30 septembre 2021
Un bonheur simple, mais une expérience inoubliable
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 26 octobre 2022

Destination camping et kayak

Cap-aux-Meules / Belle-Anse

Sur le versant Nord de l’île de Cap-aux-Meules se trouve la quintessence des falaises de grès rouge avec les parois de La Belle-Anse. Un long rivage escarpé aux formes incroyables et audacieuses qui s’enflamme littéralement sous le soleil couchant. Année après année, le paysage y évolue sans cesse, créant des œuvres fabuleuses, mais rognant irrévocablement sur la côte qui rétrécit presque à vue d’œil. Les kayakistes sont sans nul doute ceux et celles qui sont le mieux en mesure d’en apprécier la majesté, même si les marcheurs peuvent accéder à plusieurs points de vue spectaculaires. On met d’ailleurs facilement les kayaks à l’eau à partir d’un site aménagé au bout du chemin P.-Thorne, dans Fatima. De là, on accède à un environnement géologique et marin absolument unique, composé d’une succession soutenue de baies encaissées, de cavernes petites ou immenses dans lesquelles les vagues viennent exploser avec fracas, de tunnels dans lesquels on peut pénétrer, de colonnes de pierre qui se dressent en mer ou qui forment encore des arches rattachées à la côte. Sur ce terrain qui peut s’avérer mouvementé, Michel Larocque et Philippe Morrissette, deux kayakistes aguerris qui font de la courte et de la longue excursion avec Expédition Odyssée, s’amusent comme des poissons dans l’eau. En s’abandonnant au rythme de la vague, ils se jouent d’un rivage où chaque détour leur amène un défi sportif ou un plaisir exaltant. Le point le plus fort de cette surenchère de merveilles demeure sans doute le Cap-au-Trou, une immense intrusion de la mer à l’intérieur des terres. L’érosion y forme un véritable cratère intérieur et ce n’est que la présence d’une passerelle de pierre qui empêche, pour l’instant, cette ouverture de se transformer en une grande crique.

Ces formations rocheuses s’étendent sur plusieurs kilomètres, bien au-delà du chemin de la Belle-Anse et du Cap-du-Phare, presque jusqu’aux abords de l’anse de l’Étang-du-Nord.

Ile du Havre-Aubert

L’ile du Havre-Aubert ne manque pas d’endroits où réaliser de belles sorties en kayak de mer. La côte de l’Anse-à-la-Cabane y est éblouissante. On peut l’explorer sans problème à partir du quai de pêche entre autres. Le Bassin, où se trouve le Centre nautique de l’Istorlet, représente également un autre plan d’eau remarquable à explorer, d’autant plus qu’il est très souvent protégé des vents qui sévissent. Les gens de l’Istorlet, une colonie de vacances axée vers les activités nautiques, ont d’ailleurs été parmi les tout premiers à offrir des excursions en kayak de mer aux Iles, après l’époque glorieuse de la planche à voile, un sport qui est d’ailleurs loin d’être mort au Havre-Aubert. L’Istorlet réalise encore un nombre impressionnant de sorties en kayak avec des touristes et c’est à leur suite que nous nous sommes aventurés sur l’un des sites les plus extraordinaires des Iles, le Sandy Hook. Cette longue pointe de dunes et de plage constitue, du côté de la mer, le prolongement de la dune du Bassin et de la plage du Havre. Au total, on y longe près d’une quinzaine de kilomètres de plages fantastiques sur lesquelles on se retrouve le plus souvent dans la plus bienheureuse des solitudes.

Selon les vents et les conditions de mer, on peut y naviguer sur une rive ou l’autre, dans des eaux peu profondes, limpides et chaudes. On accède au versant du golfe en empruntant le Goulet qui permet de sortir de la baie intérieure du Bassin, ou l’on se rend au bout du chemin du Sable où, après avoir enjambé la dune, on atteint la plage sur laquelle se déroule chaque année le fameux concours de châteaux de sable des Iles. Pour naviguer à l’intérieur de la baie de Plaisance, on met à l’eau au quai situé à l’entrée de la Petite-Baie (Cap Gridley) ou à partir de la Pointe-à-Fox.

Secteur Old-Harry dans l’Est de l’archipel

Il faut se réserver une journée chaude et calme, s’il s’en trouve, pour vivre cette expérience voluptueuse qui consiste à naviguer paisiblement sur des eaux dont la couleur rivalise avec l’émeraude des autres iles beaucoup plus au sud. Du sable blond à n’en plus finir. Du ciel bleu à s’en mettre plein l’horizon. Puis l’opportunité irrésistible d’accoster sur ce rivage paradisiaque pour monter la bâche ou pour s’étendre sous le soleil dans la plus jouissive des oisivetés.

Phénomène irréversible, le Sandy Hook s’allonge ostensiblement d’année en année. Il s’étire en recueillant le sable arraché par l’érosion aux côtes des Iles. Tant et si bien que le passage qu’empruntaient encore récemment les traversiers entre L’Île-d’Entrée et l’archipel est en train de se refermer, obligeant les bateaux de fort tonnage à contourner L’Île-d’Entrée. Cette dernière devrait donc être rattachée à l’archipel dans un avenir prévisible. Pour les kayakistes, cette situation rend L’Île-d’Entrée accessible en kayak à partir du Sandy Hook. Dans de bonnes conditions, on peut effectivement envisager de longer le Sandy Hook jusqu’à ses dernières émergences, au bout de la Pointe-du-Bout-du-Banc, puis de continuer à naviguer dans des eaux peu profondes jusqu’à l’ile voisine, avec, comme difficulté principale, la traversée du chenal de La Passe où l’on observe généralement de forts clapotis. Une fois aux abords de L’Île-d’Entrée, on entre dans un autre univers…

Île-d’Entrée

Île-d’Entrée -Manifestation spectaculaire de l’érosion incessante des Îles

Petit univers clos, recroquevillé sur lui-même, l’ile d’Entrée apparait au loin comme une plaque rocheuse inclinée, surmontée de quelques buttes dont la plus haute élévation de l’ensemble de l’archipel : le Big Hill (177 mètres). Quelques maisons qui reflètent les rayons du soleil couchant puis quelques lumières qui scintillent dans la nuit nous rappellent qu’il s’agit de la seule ile habitée qui soit détachée de l’archipel. Une petite communauté anglophone d’environ 150 personnes, principalement d’origine écossaise, pêcheurs et agriculteurs, occupe ce rocher émergé de 4 km par 2½ km.

On ne peut considérer l’Île-Entrée comme une destination kayak populaire ou facile, mais, avec un peu d’organisation, les bons kayakistes arrivent à s’offrir cette perle incomparable qu’on découvre avec beaucoup d’émotion, tant de la terre que de la mer. La traversée peut s’effectuer en kayak de mer à partir du Sandy Hook ou des ententes peuvent être prises avec les bateliers de Cap-aux-Meules pour le transport des embarcations à l’aller ou au retour. Une fois sur place, il faut une météo au beau fixe et une mer paisible pour envisager le tour complet de l’ile. Ceux et celles qui profitent de ce privilège peuvent admirer mieux que quiconque les grands caps d’albâtre sur lesquels nichent de nombreuses colonies d’oiseaux marins, dont quelques Macareux, des Fous de Bassan, des sternes et plusieurs espèces plus communes. Le secteur se trouvant entre le Cap-Rouge et le Cap-Noir rappelle les falaises de Belle-Anse avec son enchainement de cavernes et de formations étonnantes dont une grande arche formée dans un rocher isolé sur la pointe du Cap-Rouge. Le spectacle d’une nature grouillante de vie y est parfois bouleversant tant il réunit d’éléments exceptionnels. D’autre part, les kayakistes qui veulent mieux comprendre la géomorphologie des Iles et l’impact de l’érosion sur l’expansion du Sandy Hook doivent absolument réaliser l’ascension du Big Hill du sommet duquel on a une vue imprenable sur l’ensemble de l’archipel par beau temps. On y voit même en transparence dans l’eau bleue la pointe de sable qui termine la barkhane du Sandy Hook et qui s’avance irrémédiablement vers L’Île-d’Entrée.

Havre-aux-Maisons

Pause en kayak à la Dune du Sud

Pointe-Basse / Dune du sud / Lagune

On n’aurait pas assez de tous les beaux jours d’un été pour explorer à fond l’ile du Havre-aux-Maisons et son immense lagune dont chaque recoin nous réserve de merveilleuses surprises. En mettant à l’eau à partir de la Petite-Baie ou près de la Pointe-Nelson, de part et d’autre du pont, on accède rapidement à des environnements excessivement différents. Celui de la Petite-Baie nous offre tout le loisir de reluquer les superbes maisons et leurs couleurs criardes. L’entrée de la baie est fermée par la verdoyante ile Paquet sur laquelle sont installées une colonie de sternes et une autre de goélands. Bien visible de la route et voisin de l’ile Paquet, le rocher de l’ile Rouge est littéralement recouvert de cormorans et de Goélands à manteau noir qui, en juin, demeurent sur leurs nids ou tout près pour protéger leurs petits encore tout duveteux. On s’approchant délicatement, il est possible non seulement de respirer l’odeur acide des excréments qui recouvrent le rocher, mais, ce qui est infiniment plus agréable, de contempler les oisillons malhabiles des goélands qui pataugent au bord ou les jeunes cormorans déjà couverts de noir, mais qui trahissent leur âge en s’élançant des parois dans un vol extrêmement incertain.

La Dune-du-Nord se profile au large et invite à des dizaines de kilomètres de navigation au bord de la plage puisqu’elle se poursuit jusqu’au bout de l’archipel, vers Grosse-Île et Grande-Entrée.

Avec ce texte, nous quittons à regret l’archipel des Îles-de-la-Maleine après y avoir vécu nombre d’émotions fortes et de moments émouvants. On ne peut penser qu’à y revenir…

Les commentaires sont fermés.