Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 27 août 2020

De St John’s jusqu’à la fin…

Le pourtour de Terre-Neuve est constitué de gigantesques péninsules de centaines de kilomètres de longueur, au creux desquelles se détachent d’autres péninsules immenses puis toute une dentelle de baies abritées et une constellation d’îles.

C’est ce qui rend les déplacements routiers complexes puisque, même si parfois les distances marines sont faibles, il faut toujours revenir au cœur de l’île pour aller d’une péninsule à l’autre. En passant, l’autre facteur qui rend hasardeux les déplacements routiers, outre le vent, c’est le pitoyable état des routes sur lesquelles la conduite se résume à tenter d’éviter une succession infinie de nids de poules et de nids d’autruches.

Bonavista

Parlant péninsules, celle de Bonavista est riche en découvertes, surtout quant à sa nature particulière, sa géologie et son histoire qui remonte au tout début de la pêche sur les Grands Bancs de Terre-Neuve par les Basques, les Portugais, les Français puis les Anglais, il y a 500 ans.

Bonavista et Ryan Premises
Bonavista et Ryan Premises

Nous avons d’abord été séduits par le petit hameau de Trinity East ou se trouve l’un des plus extraordinaires sentiers pédestres côtiers qui soient : Sherwink Trail, qui suit le fil escarpé des falaises vertigineuses dont se sont écartés des monolithes massifs. L’effet des vents sur la forêt est aussi impressionnant. Non loin, il y a également Elliston, avec son fameux observatoire de macareux, qui s’affiche comme la capitale mondiale des caveaux à légumes. Et il y en a effectivement partout dans le décor.

Sherwink Trail à Trinity East
Sherwink Trail à Trinity East

La ville de Bonavista elle-même est d’un grand intérêt à cause de son rôle stratégique dans l’histoire de la pêche à la morue. Un rôle hyper documenté dans le fascinant site historique Ryan Premises, une ancienne entreprise de pêcherie qui a préservé la plupart de ses bâtiments patrimoniaux et où parc Canada présente une exposition qui touche vraiment tous les aspects des pêches. À cela s’ajoute le parc provincial Dunjeon avec ses arches creusées par la mer et ses chevaux… Puis son phare et encore plusieurs opportunités de randonnée.

Au retour, les débris d’un iceberg qui venait de vêler à Melrose nous ont encore émerveillés (on ne s’en fatigue pas) puis nous avons achevé notre cueillette de thé du Labrador qui n’est constitué que de jeunes pousses et de fleurs… Un vrai « first flush » labradorien !

La cueillette du thé du Labrador en fleur.
La cueillette du thé du Labrador en fleur.

St John’s

La capitale de Terre-Neuve, de la grosseur de la ville de Saguenay, a ceci de fascinant qu’elle tient à la fois de la ville et du village. Elle abrite effectivement quelques hameaux qui comptent parmi les plus pittoresques de l’île, dont Battery et Quidi Vidi. Elle demeure un centre urbain très actif malgré la crise économique qui sévit ici.

La capitale, St John's
La capitale, St John’s

Après 5 semaines à nous approvisionner dans les petites épiceries aux produits défraîchis et sur les quais, l’arrêt chez Sobbey’s nous a procuré une excitation rarement ressentie.

L’immense camping de Pippy Park se trouve en pleine ville, si bien que nous nous sommes rendus dans le centre-ville à pied pour notre première journée d’exploration.

St John’s s’étend sur le pourtour d’une vaste baie exceptionnellement bien protégée et dotée d’un seul accès étroit, le bien nommé « Narrow ». C’est au nord de ce goulot que le minuscule quartier de Battery s’accroche littéralement à la falaise avec ses ruelles serrées et ses escaliers.

Le hameau de Battery
Le hameau de Battery

De l’autre côté du cap, on rejoint Quidi Vidi (il y a une vingtaine d’explications quant au sens du nom) un irrésistible village sur une baie juste assez grande pour porter ce nom. On y trouve une magnifique galerie d’artisans et la microbrasserie Quidi Vidi dont j’ai sérieusement testé les produits. C’est elle qui brasse la bière Iceberg avec de l’eau de glacier. Dans une des plus anciennes résidences de la province, le restaurant du Mallard Cottage jouit d’une grande popularité. Nous y avons brunché avec appétit et bonheur.

La baie Quidi Vidi
La baie Quidi Vidi

St John’s est réputé pour ses maisons colorées qui donnent vraiment une signature singulière au paysage urbain. C’est aussi une ville de culture, avec son imposant musée The Rooms, de nombreuses galeries d’art et de la musique irlandaise qui résonne dans les très nombreux pubs et bars. On y trouve le restaurant le mieux coté au Canada, Raymond’s, et plusieurs autres excellentes tables.

À 12 km de la ville, Cape Spears est l’avancée terrestre la plus à l’est du continent nord-américain et un endroit spectaculaire ou la mer frappe violemment le roc du rivage. On y visite le plus ancien phare de l’île et on y est les premiers à voir le soleil se lever.

Cape Spears
Cape Spears

Le temps mauvais

Alors que tout le reste des Maritimes s’offre la canicule depuis plusieurs jours et que la chaleur sévit aussi au Québec, le mauvais temps, les vents épeurants, la pluie torrentielle et un mercure qui peine à s’élever au-dessus de 10 degrés nous forcent à improviser une nouvelle finale pour cette aventure qui s’achève.

Toute sortie en mer s’est avérée impossible ces derniers jours. Quoi faire, sinon attendre l’accalmie pour marcher un peu ? Comme nous l’avons fait depuis le départ, nous longeons la côte, cette fois de sud de la péninsule d’Avalon, en explorant chaque village.

Sur cette route aussi mauvaise et pourrie que les autres, nous nous avançons vers le traversier d’Argentia sur lequel nous montons bientôt pour une croisière de 16 heures en mer agitée. Le dernier cadeau nous est offert par un jeune, mais énorme orignal qui vient nous saluer au camping.

Croisière finale

Tout voyageur qui se rend à Terre-Neuve par la route doit forcément s’offrir une courte croisière en traversier entre le sud de l’île et la Nouvelle-Écosse. Marine Atlantic offre deux alternatives, soit une navigation plus courte (6 à 8 heures), entre North Sydney (Nouvelle-Écosse) et Port-aux-Basques, au sud-ouest de la province. Ou une traversée entre North Sydney et Argentia, au sud-est. Cette dernière s’étire sur 16 heures, dont une nuit durant laquelle il est possible de louer une cabine. Le choix s’impose selon la trajectoire projetée sur Terre-Neuve, Port-aux-Basques étant situé au sud du parc national du Gros-Morne alors qu’Argentia se trouve relativement près de St John’s et des principaux attraits. La traversée nocturne est plus dispendieuse, mais elle peut permettre de disposer d’une journée de plus et d’éviter un coucher sur la route.

Il faut souligner l’excellence et la grande efficacité du service de Marine Atlantic (marineatlantic.ca/fr) à l’embarquement, à l’accueil et durant la traversée. Les chambres sont d’une propreté irréprochable et les repas sont variés, délicieux et à prix raisonnable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *