tab 1 FERMER

De la pluie verglaçante sur le panneau solaire


Question


J’ai une question par rapport à un panneau solaire. Dernièrement, il y a eu de la pluie verglaçante et le panneau qui se trouve sur notre autocaravane a en reçu une bonne couche. Quelle est la meilleure façon de l’enlever pour ne pas briser notre panneau ? Je me pose la question car je compte voyager au Mexique dans quelques mois.

Lise et René

Réponse


Les panneaux solaires sont des accessoires très fragiles. Le panneau composé de cellules photoélectriques est protégé et recouvert d’une mince couche de verre trempé. Comme vous prévoyez de partir pour le Mexique, laissez la nature faire son oeuvre. La couleur de fond du panneau solaire, un bleu noir, attirera les rayons du soleil et fera fondre cette glace de façon naturelle. Ne frappez surtout pas sur le panneau pour briser la glace, ceci pourrait l’endommager à tout jamais. Si la glace disparait avant votre départ, protégez votre panneau d’un plastique que vous enlèverez au moment du départ.

Gilles Courcelels


Antirouille : oui ou non ?


Question


Est-il conseillé de faire traiter avec un antirouille mon autocaravane de classe C Coachmen Orion 2018 montée sur un châssis Ford Transit ?

Daniel Lamirande

Réponse


L’utilisation que vous ferez de votre VR est de toute première importance. Certains ne se servent de leur véhicule récréatif qu’en été et l’entreposent pour l’hiver. D’autres font des séjours plus ou moins longs au bord de la mer, là où l’air salin contribue pour beaucoup à l’oxydation du métal utilisé pour le châssis du VR. Enfin, certains stationnent leur VR sur du gazon pendant de longues périodes, ce qui augmente considérablement l’humidité sous le véhicule. Tous ces facteurs constituent des éléments aggravants en matière de corrosion.

En contrepartie, la garantie de Ford est de cinq ans avec kilométrage illimité. Cependant, Ford précise que celle-ci s’applique en cas de perforation du métal, ce qui signifie qu’une corrosion de surface ne serait pas couverte. Évidemment, dans ce cas, il suffit d’un peu de peinture pour redonner au châssis son apparence originale.

Dans l’indécision où ces facteurs pourraient vous placer, il est certain que l’application d’un traitement antirouille vous apporterait une tranquillité d’esprit. Toutefois, un autre facteur doit également être pris en considération, soit la durée de possession de votre véhicule. Il est certain que si, dans deux ou trois ans, vous optiez pour un nouveau VR, le traitement antirouille que vous auriez appliqué ne constituerait pas vraiment une valeur ajoutée qui aurait permis de conserver une plus grande valeur de revente à celui-ci. Par contre, si vous avez fait cet achat en ayant à l’esprit de conserver votre VR pendant plusieurs années, un antirouille pourrait se révéler une bonne décision.

Paul Laquerre


Refaire les joints du toit


Question


J’aimerais savoir lequel de ces deux produits est le meilleur pour refaire les joints du toit sur mon autocaravane de classe C Sunseeker : le scellant pour toit Dicor ou encore le ruban Eternabond ? Mon toit est en fibre de verre.

Luc Forget

Réponse


Le ruban Eternabond est très efficace. Il ne faut cependant pas faire d’erreur lors de l’application, car il colle immédiatement et de façon permanente. Si la surface est lisse, ce ruban sera parfait. Par contre, si elle ne l’est pas – comme le toit de fibre de verre de mon ancienne autocaravane – le scellant Dicor sera un meilleur choix.

Rémi Guertin

Circuler dans les tunnels


Question


Selon Contrôle routier du Québec, il m’est interdit d’emprunter le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine parce que mon réfrigérateur est muni d’un pilote (sic). Est-ce exact ?

Voici un extrait du guide : « Règles de circulation dans les tunnels. Vous ne pouvez pas circuler dans les tunnels visés si votre véhicule récréatif est muni d’un équipement qui génère une flamme nue (pilote). »

Robert Bureau

Réponse


J’ai déjà abordé cette question avec des responsables de Transport Québec et j’ai obtenu comme réponse que ce qu’ils nomment « pilote » (un anglicisme qui devrait s’écrire pilot light et qui se traduit par le mot « veilleuse ») n’est pas considéré comme une flamme nue. On m’avait dit qu’une correction serait apportée dans une prochaine révision de leur documentation à la suite de notre discussion. Dans l’esprit des fonctionnaires de Transport Québec, une flamme nue faisait davantage référence à un système qui serait en train de chauffer un réservoir de goudron servant à la réparation des toitures ou de la route.

Voilà pourquoi, à l’entrée de tunnels où s’appliquent des restrictions concernant le propane, la quantité de bonbonnes autorisées et le volume maximal de chacune sont les seuls éléments à figurer sur les panneaux d’affichage. Il n’est donc pas requis de fermer son frigo ou le système de chauffage du VR pour emprunter ces tunnels. Il en va différemment sur plusieurs traversiers où, en plus d’une limite de volume, il faut également éteindre les appareils qui fonctionnent au propane.

Paul Laquerre

L’hiver en Géorgie ou en Caroline-du-Sud


Question


Nous avons un projet de vacances pour le temps des Fêtes. Nous n’avons que 2 semaines de congé. Nous voudrions partir avec notre caravane ultra légère vers les États-Unis. Il s’agit de notre premier voyage dans le Sud en hiver. Afin de limiter le temps alloué au transport, nous ne voulons pas nécessairement nous rendre jusqu’en Floride. Nous cherchons un endroit où la température est confortable. Pas de plage, juste un endroit agréable où nous reposer pour 8 ou 9 jours.

Nous pensons à Savannah, en Géorgie ou Charleston, en Caroline-du-Sud. Ce n’est pas très loin et le trajet nous semble raisonnable pour le temps alloué. Ces villes me semblent belles et agréables à visiter. Selon les sites météo consultés, nous pourrions avoir des 15-16ºC le jour et des nuits de 5-6ºC, des températures équivalentes à notre automne. Juste assez pour être bien à l’extérieur avec une petite laine sans les bottes et parkas. Selon votre expérience, ces choix semblent-ils adéquats ?

Des lecteurs assidus

Réponse


Vous avez raison : beaucoup moins achalandées que la Floride, la Géorgie et la Caroline du Sud constituent des régions fort intéressantes à cette période de l’année. La température y est habituellement agréable et les villes de Savannah et Charleston sont des villes magnifiques à visiter.

Évidemment, d’une année à l’autre, il est difficile d’avoir une certitude absolue quant au temps qu’il fera à un moment précis. Puisque le temps des Fêtes se situe en hiver, il faut toujours garder en perspective que, partout en Amérique du Nord, la fin de décembre et le début de janvier font partie des moments les plus froids de l’année. Dans un tel contexte, il est majeur qu’avant de quitter le Québec, vous preniez en compte les prévisions météorologiques à moyen terme (14 jours) et, chaque jour, en vérifier l’évolution notamment à cause de leur impact potentiel sur la circulation routière.

Puisque vous mentionnez la Géorgie, je me permets de vous faire une suggestion qui vous amènerait à quitter l’autoroute I-95 à la sortie 29, environ une cinquantaine de kilomètres avant le début de la Floride. Il s’agit de Jekyll Island, où se trouve un camping fort tranquille au nord de l’ile. D’ailleurs, tant qu’à être rendu aussi loin, je vous souligne que la ville de St. Augustine, en Floride, véritable joyau historique de la côte est américaine, augmenterait d’environ 150 kilomètres votre trajet. Ayant déjà parcouru plus de 2 000 km, il s’agirait là d’un ajout minime considérant les nombreux attraits de cette ville. St. Augustine avait été le plus grand coup de coeur de ma conjointe et moi lors de notre premier voyage en Floride. Nous avions alors campé au Anastasia State Park.

Je vous encourage à réaliser votre projet. Bonne route !

Paul Laquerre