Untitled Document
tab 1 FERMER
Conduire son VR


Question


J’ai fait l’achat d’une autocaravane Chateau de 7,3 m (24 pi) neuve, moteur Ford 350 V10 6,8 L. Elle est munie de pneus Michelin. L’hiver dernier, je suis allé en Floride et elle se comportait bien sur l’autoroute. Toutefois, quand il y a du vent, elle bouge beaucoup et elle est difficile à contrôler, surtout quand un gros véhicule me dépasse.

J’ai vérifié la pression des pneus et tout était normal. Une fois sur place, j’ai fait vérifier le parallélisme de mon VR et je n’ai pas senti de changement. Des campeurs avec le même modèle ont fait installer des ballons sur leur autocaravane et m’ont dit que ça améliore beaucoup la stabilité du VR. Qu’en pensez-vous ?

Jean

Réponse


Votre autocaravane, comme la majorité des modèles d’entrée de gamme, souffre d’un comportement erratique chaque fois que vous êtes à proximité d’un poids lourd sur une grand-route. La masse en charge autorisée d’environ 5 670 kg de votre Thor Chateau à moteur Ford et châssis E-350 met à rude épreuve chacun des éléments de sa suspension. Il n’est donc pas surprenant que les turbulences de l’air causées par de plus gros véhicules modifient son comportement routier.

Vous mentionnez rouler sur des pneus Michelin. Dans un premier temps, assurez-vous que ceux-ci sont convenablement gonflés, c’est-à-dire tout près de la pression maximale autorisée par le fabricant.

D’autres causes peuvent également être responsables des turbulences ressenties. Comme vous le soulignez, des ballons, idéalement dotés d’un compresseur permettant d’ajuster automatiquement leur pression interne, amélioreraient sensiblement la tenue de route.

L’ajout d’un correcteur de louvoiement contribuerait à stabiliser le train avant du véhicule en réduisant les manoeuvres de correction du volant requises pour garder le cap. Cet accessoire pourrait aussi vous valoir un confort accru, mais surtout une réduction de la fatigue et du stress éprouvés chaque fois que vous prenez la route.

Cependant, avant d’engager toute dépense, je vous suggère fortement une vérification par un spécialiste compétent de l’état et de la qualité de vos amortisseurs. Souvent, des amortisseurs bas de gamme peinent à remplir leur mission lorsqu’ils sont poussés à leurs limites.

Jean Bétournay 



Question


J’ai acheté un système de répartition du poids Husky Center Line d’une capacité de 635 kg (1 400 lb) au timon. Je possède une caravane Wildwood Heritage Glen 292FK et elle mesure 10,3 m (33 pi 10 po), son poids à sec atteint 3 583 kg (7 900 lb) et son poids sur le timon, 499 kg (1 100 lb). Est-ce un bon achat comparativement à un système Equal-i-zer ? J’ai actuellement une attache-remorque ordinaire avec des chaines et deux barres antilouvoiement d’une capacité de 4 536 kg (10 000 lb) et lorsque ma vitesse dépasse 90 km/h, ça louvoie…

Jean-Claude Gauthier

Réponse


Le système de répartition du poids Center Line de Husky fonctionne selon les mêmes paramètres que celui d’Equal-i-zer. Ce système est très efficace pour obtenir une combinaison stable, une fois bien ajusté. Tous les caravaniers à qui je l’ai recommandé en sont fort satisfaits.

Si votre combinaison est peu stable, il y aurait lieu d’ajuster les chaines différemment. Après quelques sorties, ces barres s’affaissent un peu, d’où la nécessité de les recalibrer… Je crois que vous aussi serez satisfait du système Center Line.

Rémi Guertin



Question


Je possède une caravane Harmony de Sunny Brook 26FBS 2010, dont le poids nominal brut est de 3 176 kg (7 000 lb). Mon véhicule tracteur est une camionnette Toyota Tundra 2010, 4X4, cabine double SR5 standard, 5,7 L, qui « théoriquement » peut tracter 4 670 kg (10 295 lb). La commande de frein installée à l’achat est un modèle ESCORT Sensor DP.

En septembre 2013, lors d’un voyage à Tadoussac avec retour par Charlevoix, j’ai constaté que les freins de la Tundra sautillaient ou vibraient fortement lors du retour à la maison, à Saint-Jérôme. S’ensuivit une visite chez mon concessionnaire qui m’informa que les freins avaient chauffé, mais qu’ils étaient encore efficaces. Je n’ai pas pris de risque : il s’agissait des freins d’origine et je les ai fait changer par Toyota. L’odomètre de la Tundra indiquait alors 44 376 km. Début de l’été 2015, nous allons installer la caravane au lac Simon et au retour (sans le VR), les freins de la Tundra sautillent à nouveau. Le concessionnaire m’explique que les freins ont « saisi » et qu’ils sont « voilés ». Voilà ! On nettoie les freins et tout est beau, sauf que… ça vibre encore un peu lors des freinages.

Habituellement, lorsque nous roulons, j’ajuste régulièrement la commande de frein pour qu’ils ne bloquent pas sec en ville, tout en m’assurant qu’ils agissent suffisamment sur l’autoroute, en testant avec la glissière manuelle de l’appareil. Lorsque nous descendons des côtes, j’utilise la compression moyennement. Autres informations : nous voyageons toujours avec les réservoirs d’eau vides et nous considérons être chargés sans excès. Nous ne possédons pas de génératrice. Nous transportons peu d’équipement ; à l’occasion, deux vélos sur un support installé à l’avant de la caravane. Comme nous n’avons pas l’intention de changer nos freins de camionnette après chaque voyage, nous vous posons la question suivante : notre équipement est-il trop lourd pour la capacité réelle des freins de notre Tundra ou le problème est-il ailleurs ?

Pierre 

Réponse


Il me semble que les freins du Tundra sont trop sollicités. Alors, en premier lieu, il faudrait s’assurer que les freins de la caravane fonctionnent de façon appropriée. Un centre de service de votre région pourra confirmer ceci. Une fois les tambours déposés, il sera facile de voir si les freins travaillent ou non.

La commande de frein devrait être réglée au départ et on ne devrait plus avoir à « jouer » avec. Je vous recommande le modèle Prodigy, un produit que j’aime bien. Dans la majorité des cas, on commence par le régler à 6 (sur 10) et cela donne normalement de bons résultats, en ville comme sur la route. On pourra peaufiner le réglage au besoin.

Rémi Guertin  



Question


J’ai été informé que le service d’inspection routière du Québec a arrêté plusieurs véhicules récréatifs dans la région de Charlevoix et plus particulièrement dans la grande côte avant d’arriver à Baie-Saint-Paul. Le motif était que les caravaniers ne faisaient pas d’arrêt comme les véhicules commerciaux pour vérifier leurs freins avant d’entreprendre la descente de la côte.

Au début, les inspecteurs donnaient des avertissements, mais par la suite, il semble qu’ils remettaient des contraventions.

Je possède des véhicules récréatifs depuis près de 20 ans. J’ai toujours cru, peut-être à tort, que nous n’étions pas tenus aux mêmes règles que les véhicules commerciaux.

Pouvez-vous m’éclairer sur le sujet ? Compte tenu du nombre de personnes arrêtées, je crois que je ne suis pas seul à ne pas être au courant de cette règle.

Denis Bédard

Réponse


Je comprends votre questionnement concernant la vérification des freins imposée par le Code de la sécurité routière en certains endroits. Vous avez raison d’affirmer que les véhicules récréatifs ne sont pas soumis aux mêmes règles que les poids lourds. Cependant, à l’approche de certaines descentes, par exemple en direction est avant d’arriver à Baie-Saint-Paul ou encore à Baie-Sainte-Catherine, on peut voir des affiches sur le bord de la route demandant aux poids lourds, mais aussi aux véhicules récréatifs de plus de 3 000 kg (6 615 lb), si ma mémoire ne me fait pas défaut, de procéder à une vérification de l’efficacité du système de freinage. Comme les véhicules récréatifs en remorquage sont nommément mentionnés sur ces affiches, il faut donc se conformer à ce qui est prescrit.

Bien sûr, la vérification des freins imposée à un véhicule lourd est beaucoup plus exhaustive que celle demandée aux caravaniers. Je pense qu’un caravanier qui s’immobilise et vérifie si les fils qui relient le tracteur à la remorque sont bien fixés et opérationnels, que les feux de frein s’allument sur les deux véhicules et qu’en activant la commande de frein dans sa voiture, il constate que les roues de la caravane bloquent, cela devrait suffire pour respecter ce qui est demandé.

Vous avez également raison, il fut un temps où les contrôleurs routiers faisaient preuve d’une grande tolérance envers les caravaniers, le temps que ceux-ci prennent conscience de ce qui leur était demandé. Cependant, ces affiches sont là depuis des années et il semble que l’on en ait terminé avec la période de rodage et de tolérance.

Paul Laquerre  



Question


Nous sommes présentement à Cape Cod et nous nous questionnons sur une infraction que nous aurions possiblement commise lors de notre déplacement. Comme nous n’arrivons pas à obtenir une information précise et que nous ne souhaiterions pas faire la même erreur au retour, nous nous demandions vous ne pouviez pas nous venir en aide. Nous sommes passés dans le Big Dig (le projet autoroutier souterrain) afin d’éviter le centre-ville de Boston. Nous remorquions une caravane dans laquelle se trouvait une bonbonne de 20 L. Un couple d’amis voyageait avec nous à bord de leur autocaravane qui contenait, elle, une bonbonne de 36 L. Était-ce permis ? Par ailleurs, nous projetons d’acheter un nouveau GPS pour nos voyages en VR. Les modèles 660 et 760 de Garmin sont-ils les meilleurs choix ?

Lucie Buist / Alain Marchessault

Réponse


De ce que je décode de votre demande, vous croyez avoir contrevenu à la règlementation lorsque vous avec utilisé le tunnel Thomas O’Neil (Big Dig) avec votre véhicule récréatif pour éviter d’avoir à rouler dans la circulation dans la ville de Boston. Toutefois, il semble que nous n’ayez pas été interpellé par les agents chargés de faire respecter la loi, tant mieux pour vous.

Il est en effet interdit de rouler dans le Big Dig avec du propane à bord d’un véhicule. Même si les bonbonnes sont fermées, cela est interdit. Conséquemment, vous et votre copain étiez donc dans l’illégalité. Je vous conseille de ne pas miser davantage sur la chance et d’utiliser une autre route pour votre retour.

Quant à votre décision de vous procurer un GPS adapté aux véhicules récréatifs, les modèles de Garmin que vous mentionnez sont de très bon choix. Sachez cependant qu’aucun appareil fabriqué par Garmin ne prend en considération le fait de transporter du propane dans un véhicule lorsqu’il établit une route à suivre. Les seuls appareils qui intègrent cette fonction sont ceux de Rand McNally que j’hésite à conseiller à cause d’une résolution de l’écran inférieure à celle offerte par Garmin, mais surtout à cause de la déficience linguistique du guidage vocal qui rend presqu’impossible de comprendre tout nom de rue autre qu’un nom à consonance anglaise.

Paul Laquerre