Untitled Document
tab 1 FERMER
Conduire son VR

Un problème de stabilité


Question


Pourquoi ma caravane oscille-t-elle de haut en bas sur l’attache de ma camionnette GMC 1500 ? S’il y a des vallons sur la route, eh bien la caravane oscille, tout comme la camionnette. C’est très désagréable, car le devant de la caravane bouge lui aussi de haut en bas. Même lorsque le VR n’est pas chargé, c’est le même problème. Serait-ce une bonne idée de rajouter une lame ou encore un ballon ?

Ma caravane est une Jay Flight longue de 7,9 m (26 pi). Son poids atteint 3 629 kg (8 000 lb) et son poids sur l’attelage est de 363 kg (800 lb). Elle est munie d’un très bon répartiteur de charge.

Un lecteur préoccupé

Réponse


Le problème semble dû à une suspension trop molle. L’ajout d’amortisseurs HD (Heavy Duty) ainsi que de ballons à l’arrière du véhicule tracteur aiderait à coup sûr, en plus de donner de la stabilité et du confort de roulement. Ne pas oublier de bien répartir les charges dans la caravane selon la formule 60/40, soit 60 % de la charge à l’avant des roues de la caravane et 40 % derrière les roues de la caravane. Si l’ensemble (véhicule tracteur et véhicule tracté) forme une ligne horizontale de niveau, l’ajout de lames de charge ne s’avèrera pas nécessaire. Autre chose : une pression adéquate des pneus est primordiale.

Gilles Courcelles


Question


Nous faisons des compétitions d’équitation et nous sommes à la recherche d’un équipement plus luxueux que notre remorque à  chevaux habitable. Je conserve ma camionnette RAM diésel 2500 HD. Je souhaite acheter une caravane à sellette d’une longueur maximale de 9,1 m à 9,8 m (30-32 pi) qui devra trainer une remorque dans laquelle logeront trois chevaux. Que me conseillez-vous ? Je m’intéresse, entre autres, au modèle Minnie Plus 27 RLTS de Winnebago. Évidemment, je pense devoir faire renforcer l’attelage de mon véhicule tracteur.

Michel Charrette

Réponse


Je serais plus que réticent à prendre la route avec une caravane à sellette derrière laquelle serait attachée une remorque transportant trois chevaux et leurs agrès. Le premier élément qui me rendrait nerveux est la masse que devrait remorquer la caravane à sellette. D’une part, celle-ci pourrait représenter une charge de près de 3 000 kg (6 614 lb) à remorquer, ce qui compliquerait énormément l’arrimage à la caravane à sellette. Je doute fort que le châssis d’une Minnie Plus 27 RLTS puisse offrir une résistance structurelle  suffisante pour tirer un poids aussi élevé. Outre la résistance limitée du châssis, des problèmes dynamiques et mécaniques se poseraient aussi, créant un déséquilibre dans la répartition des charges. Conjugués, ces trois facteurs favoriseraient un comportement routier instable mettant à risque la sécurité tant des passagers que des chevaux.

Au plan dynamique, le poids trainé par la caravane à sellette représenterait un ajout approchant les deux tiers de la masse totale en charge de la Minnie Plus envisagée. Le poids au timon de la remorque à chevaux ajouterait un poids vertical représentant de 10 % à 15 % de la remorque avec son chargement. Dans le cas d’une remorque prête à prendre la route, le poids ajouté à l’arrière de la caravane à sellette représenterait à lui seul un minimum de 300 kg (660 lb).

Au plan mécanique, le timon de la remorque serait beaucoup plus bas que le châssis de la caravane à sellette, ce qui obligerait à fabriquer un mécanisme sur mesure pour rendre le remorquage possible. La robustesse d’un tel appareillage ajouterait aussi un poids plus que significatif directement sur les deux essieux de la caravane à sellette. Chacun des essieux de la Minnie Plus 27 RLTS étant conçu pour supporter 2 359 kg (5 200 lb), je suis prêt à parier que cette limite serait largement dépassée. Les freins, mais surtout les roulements à billes des essieux, seraient mis à très rude épreuve.

Cependant, ma plus grande inquiétude vient de la modification de l’équilibre de l’ensemble. Le poids considérable appliqué sur la partie en porte-à-faux à l’arrière de la caravane à sellette aurait pour effet direct d’alléger l’avant de celle-ci, ce qui diminuerait d’autant le poids vertical normalement appliqué sur la sellette d’attelage. L’arrière de votre camionnette s’en trouverait allégé, réduisant son adhérence au sol en raison du déséquilibre ainsi créé. Comme les deux véhicules tractés seraient obligatoirement équipés de freins, advenant une situation d’urgence, la commande de freins pourrait peiner à gérer la répartition de l’intensité du freinage qui devrait s’appliquer à la caravane et à la remorque, ce qui pourrait entrainer un comportement erratique et dangereux de l’ensemble.

Paul Laquerre


Question


Nous envisageons de faire l’acquisition d’une nouvelle caravane. Nous hésitons entre quelques modèles dont la longueur varie entre 7,6 m et 8,5 m (25-28 pi). Le véhicule tracteur serait un VUS Mercedes GLE. Je n’ai pas trop d’inquiétude pour ce qui est du poids, car ce véhicule peut remorquer au minimum 2 994 kg (6 600 lb). Cependant, l’empattement du véhicule est relativement court et je me demande s’il est sécuritaire pour remorquer une caravane de 8,5 m (28 pi). Est-ce qu’une caravane avec des essieux plus éloignés serait plus appropriée comparativement à un modèle aux essieux rapprochés ?

Robert Lapierre

Réponse


Avec un empattement de 292 cm (114,8 po), on devrait opter pour une caravane plutôt courte. Comme vous envisagez l’achat d’une caravane mesurant de 7,6 m à 8,5 m (25-28 pi), je vous recommande de vous en tenir à un modèle proche d’une longueur hors tout de 7,6 m (25 pi), ce qui devrait répondre à vos besoins.

C’est l’ajustement des barres de répartition de poids qui est important dans ces cas-là. On obtient généralement la combinaison la plus stable possible en ajustant les barres de façon à ce que l’avant du véhicule tracteur descende autant que l’arrière lorsque la caravane est arrimée et que les barres sont sous tension, toujours comparativement aux mesures prises avant d’atteler. Je doute qu’une caravane dotée d’essieux plus éloignés soit plus stable, car la flexion se produit au niveau des pneus…

Rémi Guertin


Question


J’ai lu dans un grand quotidien que chaque surplus de 25 kg (55 lb) au poids du véhicule automobile augmente de 1 % sa  consommation de carburant. C’est pour cette raison que l’on nous conseille souvent d’enlever le support à vélo ou un porte-bagage lorsqu’il n’est pas utilisé.

J’ai une autocaravane de classe B (Safari Condo Promaster XL Plus 2017) qui pèse 3 400 kg (7 495 lb). J’ai l’impression que l’augmentation de la consommation de carburant dont il est question est calculée en fonction du poids moyen d’un véhicule automobile, soit de 1 500 à 2 200 kg (3 307-4 850 lb). Par conséquent, l’impact d’un surplus de 25 kg (55 lb) sur mon VR serait inférieur à 1 %.

Pour un VR, plusieurs préconisent de ne remplir qu’à moitié le réservoir d’eau potable. Notre réservoir est de 100 L. Je comprends très bien le raisonnement. Mais, dans cette logique, faudrait-il aussi ne remplir que la moitié du réservoir à essence ? Qu’en pensez-vous ?

Yves Hudon

Réponse


Il est vrai que l’augmentation de la masse totale de tout véhicule a un impact direct sur sa consommation. La présence d’un coffre porte-bagage fixé sur la toiture me semble toutefois dépasser le simple facteur du poids. Je crois qu’il est un autre aspect beaucoup plus important en rapport avec ce coffre vide laissé en permanence sur le véhicule, soit celui de sa résistance aérodynamique. Certes, si ce coffre est rempli d’objets lourds, son poids ajoutera à la consommation de carburant. Cependant, même vide, le coffre aura un impact sur celle-ci. Ainsi, la consommation d’une autocaravane Safari Condo ayant un climatiseur sur le toit sera plus affectée par la résistance produite par cet accessoire que par le poids qu’il ajoute à l’ensemble.

Dans le cas précis que vous évoquez, seule la variable poids peut influer sur la consommation de votre VR puisque le réservoir, intégré dans la carrosserie, n’ajoute aucune résistance aérodynamique. On peut donc conclure que voyager avec un minimum d’eau dans sa réserve aide à obtenir une meilleure consommation, tout comme prendre la peine de vider ses réservoirs septiques avant de prendre la route.

Cependant, voyager avec un réservoir à demi plein vous obligerait à faire des arrêts plus fréquents à la pompe. L’impact de ce poids moindre sur la consommation devrait alors être pondéré par le fait que des arrêts fréquents suivis d’autant de départs auraient également un impact, à la hausse cette fois, sur la consommation, l’usure des freins… Je serais donc enclin à penser que l’économie réelle générée par un réservoir rempli à moitié serait bien moins significative que le calcul théorique effectué à partir du poids ajouté ou retranché au VR.

Paul Laquerre


Question


J’ai une caravane à sellette de 11,6 m (38 pi) dont le poids atteint 4 808 kg (10 600 lb). Mon problème est le suivant : il y a toujours un pneu qui éclate et il s’agit toujours de celui situé sur la roue arrière de la sellette, côté conducteur. Connaissez-vous quelqu’un qui a déjà vécu une situation similaire ?

Un lecteur désemparé

Réponse


Sans que nous ayons été informés d’un problème récurrent de crevaisons sur le pneu de l’essieu arrière côté conducteur de caravanes à sellette, voici quelques éléments qui pourraient sans doute vous aider à trouver la cause du problème.
1. Faites une inspection rigoureuse de la jante de la roue en cause. Une possible fuite d’air, due à une petite entaille sur le pourtour de la jante, pourrait causer une baisse de pression significative dans le pneu qui lui est fixé.
2. La jante est peut-être faussée. Dans ce cas, cela pourrait entrainer un comportement erratique de la roue lorsque vous roulez. Cela aurait pour conséquence d’augmenter l’intensité des tensions normalement subies par un pneu.
3. Il est également possible que votre essieu arrière ne soit pas parfaitement parallèle avec l’autre. Une vérification du parallélisme de roues dans un atelier spécialisé vous donnerait l’heure juste à cet égard.
4. Un mauvais équilibrage de la roue et du pneu pourrait être la cause, ce qui ferait trop sautiller le pneu sur la chaussée.
5. Rendez-vous à une balance publique comme on en voit du long de certaines autoroutes au Québec et faites peser votre caravane de deux façons.

Premièrement, placez les essieux chacun sur un plateau différent. Ainsi, vous saurez exactement si l’un des essieux est en surcharge comparativement à l’autre. Après avoir pris note du poids supporté par chaque essieu, procédez à une seconde pesée. Si votre caravane possède trois essieux, prenez soin de la déplacer pour avoir un aperçu de la masse supportée par chacun.

Deuxièmement, placez les roues du côté conducteur juste à l’extérieur des plateaux. En soustrayant ce résultat du précédent, alors que les deux essieux reposaient sur chacun des plateaux, vous déterminerez le poids réel que supporte chacune des roues. S’il existe une différence notable entre une roue de droite et une de gauche, vous pourriez tenter de corriger la situation en répartissant les bagages ou certains accessoires de façon à recréer un certain équilibre entre chaque côté.

Évidemment, en vous suggérant ces vérifications, je tiens pour acquis qu’avant toute chose, vos pneus correspondent à la charge qu’ils doivent supporter, qu’ils sont de qualité sur le plan de l’usure et qu’ils sont correctement gonflés.

Paul Laquerre