Untitled Document
tab 1 FERMER
Acheter un VR


Question


J’ai lu quelque part que la caravane r-pod de Forest River était considérée comme un VR d’entrée de gamme, alors que l’Alto de Safari Condo serait un modèle haut de gamme. Comment ces catégories sont-elles définies ? Existe-t-il un site Web ou un document où l’on puisse trouver ce type de renseignements pour toutes les marques de VR ?

Jacques Lachance

Réponse


Pour dénicher plus de renseignements sur une marque ou un modèle précis de caravane, rien ne vaut l’internet. Le site web du fabricant de VR est une base, bien qu’il fasse garder en tête que celui-ci se concentrera sur la mise en vedette de son produit et tentera de gommer ses faiblesses ou inconvénients. Lorsque l’on désire avoir un portrait plus réel de ce que vaut un produit spécifique, rien ne vaut les groupes d’utilisateurs ou les forums, que ces derniers soient parrainés par la fabricant ou par des aficionados du véhicule récréatif en question.

Cependant, je comprends également que votre question s’intéresse particulièrement à des sites ou des outils établissant des comparaisons objectives de différents modèles d’une même catégorie. Malheureusement, un tel outil n’existe pas. Certes, dans le domaine de l’automobile, ce genre d’outil existe. Ainsi, dans le journal électronique La Presse, on en trouve un dans le cahier automobile qui permet de comparer trois véhicules à la fois. Cependant, l’automobile est un produit de consommation beaucoup plus répandu que ne le sont les VR. De plus, la plupart des grands quotidiens disposent de journalistes spécialisés dans l’automobile et les données concernant toutes les voitures sont faciles à compiler. Malheureusement, il n’en va pas ainsi pour les véhicules récréatifs.

En conséquence, il incombe donc à chaque consommateur d’effectuer ses propres recherches pour se faire une tête. Je conviens que cette tâche est plutôt ardue, d’autant plus que le novice ne sait ni où chercher ni quoi analyser. Ajoutons à ces difficultés le fait que chaque constructeur présente souvent ses données de façon différente de son compétiteur. Ce n’est donc qu’à partir de l’abondance de nos lectures et de la diversité des sources consultées que l’on en vient peu à peu à départager ce qu’il en est vraiment entre le vrai et faux, entre une donnée objective et un simple argument marketing.

Cependant, voici quelques observations à faire pour mieux départager un modèle d’entrée de gamme d’un autre haut de gamme.

Établir si les produits comparés sont de type production à grand volume ou à faible volume.
Ce premier indice constitue une information qui peut en dire long. Même si ce n’est pas toujours le cas, dans une production à volume, la vitesse d’exécution peut souvent prendre le dessus sur la qualité des gestes posés. J’ai connu des entreprises où les ouvriers pouvaient quitter pour la maison dès que le quota d’unités à produire fixé pour la journée était atteint. Inutile de vous dire que s’ils foraient un trou à la mauvaise place dans le plancher, le boucher aurait amené un ralentissement dans la cadence de production et retardé l’heure du départ. Ils se contentaient donc d’en forer un second à la bonne place en sachant que le tapis ou le linoléum qui serait par la suite collé sur le plancher, cacherait le défaut.

Porter attention aux accessoires intégrés au VR
Pour un modèle d’entrée de gamme, afin d’abaisser les coûts de production et conséquemment un prix de vente alléchant, les fabricants vont très souvent privilégier des accessoires plus basiques. À l’opposé, un VR haut de gamme offrir des appareils plus évolués sur le plan technologique et de meilleure qualité. Je prends un exemple que l’on a connu dans le monde de l’auto il y a quelques décennies, lorsque des voitures de marque Lada ont fait leur apparition sur le marché québécois. Fabriquées en Russie, on nous les vendait comme bien comme conçues pour affronter les rigueurs de l’hiver. Pourtant, à l’usage, les propriétaires déchantaient rapidement tellement elles étaient peu fiables. Ainsi, l’électricité dont elles avaient besoin pour fonctionner émanait d’un générateur alors que tous les modèles auxquels nous étions habitués avaient remplacé cette technologie désuète par des alternateurs. Peu connaissant de l’importance de ce qui se cachait sous le capot, il ne fallait pas beaucoup de temps à l’acheteur dont le premier critère d’achat était de trouver le prix le plus bas possible, pour se rendre compte de son erreur.

Surveiller les matériaux utilisés tant à l’extérieur qu’à l’intérieur et leur assemblage
La mode est aux VR légers. Cependant, la recherche du moins lourd possible se traduit souvent par une réduction de la solidité et l’utilisation de matériaux dont la rigidité laisse à désirer. Combien de fois peut-on entendre que les cloisons intérieures (penderies, murs de la chambre…) sont presque faites de carton ?

Prendre le temps de se renseigner sur la structure du VR
Plusieurs sites de compagnies présentent des documents photographiques, des schémas ou des vidéos expliquant de quoi et comment est construite l’ossature de leurs produits. Il s’agit là de documents précieux pour celui qui s’y attarde. En comparant différents constructeurs, on en vient à comprendre les nuances qui séparent leurs produits et ce que peut représenter l’utilisation d’un matériau ou d’un autre, par exemple l’aluminium plutôt que le bois, des matériaux synthétiques plutôt que des matériaux putrescibles.

Le prix affiché pour un VR
Bien que le prix ne soit pas un critère absolu pour témoigner de la qualité d’un produit, il demeure un indicateur important. Des produits comme la R-Pod, l’Alto ou l’Airstream affichent un prix suggéré par le manufacturier qui peut varie du simple au triple pour une même longueur de caravane. Cela devrait allumer un feu rouge dans l’esprit du consommateur et l’inciter à demander au vendeur ce qui justifie un prix plus élevé et, dans le cas du moins cher, comment sa compagnie arrive à produire un produit beaucoup moins cher. Certaines réponses pourraient s’avérer très éclairantes pour vous.

Pour conclure, l’importance du déboursé associé à l’achat d’une caravane mérite que l’on fasse ses devoirs avec attention. Poser des questions à des spécialistes comme il en est à la FQCC, discuter avec des propriétaires de ces VR pour s’enquérir de leur appréciation du produit, des défauts et faiblesses observés, s’inscrire à des groupes Facebook ou à de forums abordant ces questions sont toutes des démarches fondamentales.

Finalement, il est un dernier point que j’aimerais porter à votre attention. Peu importe le VR pour lequel vous opterez, sachez que le genre d’utilisation que vous en ferez, l’entretien préventif que vous lui accorderez sont autant de facteurs qui se traduiront par une satisfaction ou son contraire. Par exemple, utilisée par un caravanier de type saisonnier pour qui la caravane est presque un chalet, une caravane moins solide pourrait très bien le rendre heureux. Par contre, si son intention est de voyager beaucoup, sur toutes sortes de routes, la solidité générale, le type de suspension, la robustesse du châssis, la qualité des accessoires seront des éléments sur lesquels il lui faudra s’attarder pour arrêter sa décision.

Paul Laquerre 



Question


J’ai fait l’acquisition d’une autocaravane REV 24 RB qui est montée sur un châssis RAM ProMaster avec un moteur 6 cylindres de 3,6 L.

• Le concessionnaire nous offre une protection antirouille de 10 ans, une protection pour la peinture et une protection pour les tissus à 1 195 $.
• Il offre également une garantie additionnelle pour l’habitacle à 2 500 $. Après 7 ans, si aucune réclamation n’a été faite, la somme de 2 000 $ m’est remboursée.
• Il offre également une garantie prolongée pour l’habitacle et la mécanique à 3 500 $. Dans ce dernier cas, aucune somme n’est remboursable même si aucune réclamation n’est faite.

J’aimerais savoir si les garanties 1) et 2) sont pertinentes et devraient être prises. Je n’ai aucune expérience avec ce type de véhicule. Je ne connais pas la résistance de la peinture ni des tissus. Nous sommes retraités et n’avons pas d’animal de compagnie. Quant à la garantie 3), elle me semble moins intéressante. Il s’agit du plan offert par SAL Protection Plan. Elle comprend également un service d’assurance routière 24/7 avec remorquage jusqu’à 100  m. J’aimerais avoir votre opinion sur ces types de protection, leur rapport qualité-prix et surtout leur pertinence.

Michel Babin

Réponse


Tout d’abord, félicitations pour votre achat. J’ai personnellement eu l’occasion d’essayer ce véhicule à l’été 2016 et je l’ai beaucoup aimé : mécanique et motorisation fiable et éprouvée, aménagement intérieur fonctionnel et confortable, auvent électrique à grande projection à deux angles, grande salle de bain arrière… Voilà pourquoi je concluais mon article sur le sujet en affirmant que ce VR présentait un bon rapport qualité-prix.

Je ne suis pas un grand admirateur des garanties prolongées offertes tant par les concessionnaires automobiles que de véhicules récréatifs. Cela d’autant plus que la garantie originale du manufacturier de la plateforme sur laquelle est construit votre VR, Fiat Chrysler Automobile, vous protège sur 3 ans ou 60 000 km et qu’il est assez rare que les propriétaires de VR roulent beaucoup.

Cependant, j’observe de plus en plus ces dernières années la piètre qualité de la peinture utilisée par les constructeurs de VR. Depuis que la mode a imposé une grande variété de couleurs foncées sur la partie avant de la capucine, nombreux sont les caravaniers qui constatent des modifications dans la couleur de la peinture sur l’avant de leur véhicule. Aussi, par mesure de prudence, je pourrais, si je me procurais un tel VR, songer à prendre la première des trois assurances qui vous sont proposées. Toutefois, je prendrais bien soin de faire préciser que celle-ci couvrira tout type de décoloration pouvant affecter la surface peinte.

De cette façon, vous vous mettrez à l’abri des tracas auxquels un tel incident pourrait vous exposer : tractations et négociations à n’en plus finir avec un constructeur qui continuellement cherche à se défiler.

Paul Laquerre


Question


Auriez-vous des conseils à me donner avant que je fasse l’achat d’une autocaravane de classe B sur fourgon Sprinter, dont je compte me servir surtout pour me déplacer sur de longues distances et pour de courts séjours de camping ? Je me pose plusieurs questions. Est-ce une bonne idée de se procurer un modèle usagé ? Si oui, que faut-il vérifier avant l’achat ? Recommandez-vous un moteur en particulier ? Qu’en est-il des assurances ?

Richard Lachance

Réponse


Une autocaravane construite à partir d’une fourgonnette Sprinter constitue une valeur sure qui vous procurera des années de plaisir. Toutefois, votre demande manque un peu de précision sur votre projet de voyage. Ainsi, vous ne dites pas si vous serez seul ou en couple. Ce point est de toute première importance, car si vous êtes deux à bord, il faudra que le véhicule récréatif plaise à chacun. N’oubliez pas qu’un VR construit sur un fourgon Sprinter est relativement petit. J’ai déjà eu connaissance de couples s’étant lancés dans l’aventure pour que, quelques semaines plus tard, l’un des deux partenaires revienne en avion, ayant atteint son seuil de tolérance à vivre dans un environnement jugé trop exigu.

Il y a également un autre élément important à considérer, celui du budget que vous entendez consacrer à cette acquisition. Ainsi, dans le cas d’un véhicule neuf, un VR construit sur un châssis ProMaster de Fiat Chrysler Automobiles ou sur Transit de Ford coutera entre 10 000 $ et 20 000 $ de moins. Pourtant, tous ces véhicules vous mèneront aux mêmes endroits. Dans le cas du Transit et du ProMaster, vous pourriez opter pour une motorisation à essence ou au diésel.

Quant au Sprinter, ce dernier ne se décline qu’avec moteur diésel. Personnellement, mon VR est de ce type et, comme il s’agit du petit modèle, soit 5,8 m (19 pi), j’ai opté pour le moteur à 4 cylindres et à roues simples à l’arrière. Ce moteur est parfaitement adapté à mon VR et se révèle très peu gourmand sur le plan du carburant.

Si vous lorgnez du côté des véhicules d’occasion, les deux choses à considérer sont la condition mécanique et le fonctionnement des accessoires. Dans le cas d’une autocaravane de classe B, on oublie les infiltrations d’eau puisque la carrosserie présente la même étanchéité qu’un véhicule automobile. Ne vous laissez pas décourager par un kilométrage élevé, les moteurs diésel étant résistants et reconnus pour leur longévité. Cependant, assurez-vous que le vendeur vous fournisse les preuves de l’entretien de son véhicule. De toute façon, n’hésitez pas à le faire inspecter par un mécanicien en qui vous avez confiance. En ce qui concerne les accessoires, vous devez au minimum vous assurer qu’ils fonctionnent parfaitement. En cas de doute, consultez un technicien en VR pour éviter les mauvaises surprises.

Paul Laquerre 



Question


Nous sommes deux adultes à la retraite. Nous recherchons une autocaravane de classe B+. Nous avons visité et aimé la Rev 24RB de Dynamax. Nous avons cependant une inquiétude concernant la force du moteur. Elle est dotée d’un châssis Ram ProMaster de 280 ch, d’un moteur 3,6 L et d’une transmission 6 vitesses. Son poids atteint 4 245 kg (9 350 lb) et elle a des roues simples à l’arrière. L’autocaravane de classe B+ Winnebago Trend a le même châssis.

Les forums semblent dire que le poids n’est pas équilibré par rapport au châssis. Pourtant, il semble que ce moteur soit utilisé depuis longtemps en Europe. Pouvez-vous nous aider à prendre notre décision ?

Claude Fréchette

Réponse


Le chiffre que vous mentionnez lorsque vous évoquez le poids de l’autocaravane est la masse brute maximale du VR (en anglais, GVWR), soit le poids qu’il peut atteindre avec les passagers, l’eau, le propane et votre équipement à bord. Vous pourrez vérifier la charge utile du VR auprès du vendeur, cette donnée n’étant pas indiquée sur le site du manufacturier.

Personnellement, je crois que la puissance du moteur est adéquate. Il faut considérer que les moteurs modernes produisent plus de couple sur une plage étendue, grâce à la technologie des arbres à cames variables et de l’injection électronique. Faites un essai sur la route, ce qui vous donnera une bonne idée de la performance du VR. J’ai discuté avec un plombier qui utilise le même fourgon avec une charge assez lourde. Il est fort satisfait de la performance et la consommation de carburant est de 50 % moindre qu’avec son ancien Ford Econoline…

NDLR Le moteur sous le capot du Rev de Dynamax est un moteur nord-américain qui n’est pas exporté en Europe pour les fourgons Ducato. Il s’agit du Pentastar, un moteur développé et utilisé par Chrysler depuis plusieurs années dans plusieurs de ses véhicules. Ce moteur a une excellente réputation, d’autant plus que sur la dernière génération, la puissance, mais surtout le couple a été revu à la hausse. Nous avons fait un essai routier de ce véhicule l’été dernier, dont vous trouverez le compte rendu en page 112 de ce numéro du magazine.

Rémi Guertin  



Question


Dans quelques mois, ma conjointe et moi seront retraités. Nous désirons voyager dans l’Ouest Canadian, dans le sud des États-Unis, notamment en Arizona, et au Mexique. Nous avons déjà eu une autocaravane de classe B de 8,2 m (27 pi). Nous sommes à la recherche d’un VR beaucoup plus grand et spacieux, car le temps du voyage, nous y vivrons à temps plein. On a commencé à regarder pour un pusher diésel. Il semblerait que ce soit le meilleur choix en matière de conduite et d’entretien et que la durabilité du moteur soit excellente. Est-ce exact ? Les modèles qui nous intéressent sont Crescendo de Gulf Stream et Dutch Star de Newmar. Nous aimerions nous déplacer toutes les deux semaines. On s’interroge toutefois à propos de la longueur. Jusqu’à maintenant, ceux de 12,2 m (40 pi) semblent plus spacieux. Quels seraient les inconvénients d’une telle longueur ? Selon notre budget et les prix du marché de ce type de VR, l’autocaravane aura une dizaine d’années. À quoi doit-on s’attendre quant aux frais d’entretien et de réparation pour ce genre de véhicule récréatif ?

G. Oullette

Réponse


Vous avez raison, une autocaravane à moteur diésel arrière, tout en offrant un espace intérieur plus grand, présente plusieurs autres avantages comme la fiabilité, la durabilité et le plaisir de conduire résultant d’un couple-moteur puissant. Cependant, les frais d’entretien s’avèrent habituellement plus importants que pour les autocaravanes à motorisation à essence. Cela n’empêche pas que ces véhicules récréatifs attirent un très grand nombre de caravaniers qui font du voyage un mode de vie.

Des deux modèles que vous envisagez, le Dutch Star semble plus intéressant. Ce modèle est fabriqué par Newmar, une compagnie qui jouit d’une bonne réputation et d’une grande notoriété. Ces deux facteurs contribuent à maintenir une bonne valeur de revente, un facteur important lorsque vient le moment de se départir de son VR. Vous me dites vouloir principalement bouger toutes les deux semaines, ce qui dans le cas d’un moteur diésel s’avère fort à propos pour le maintenir en forme.

Quant à la longueur, je ne crois pas que vous serez limité dans les régions qui suscitent votre intérêt. Nombreux sont les véhicules récréatifs de cette dimension et même plus longs qui y circulent sans aucun inconvénient. Dans les États du sud-ouest et dans tout le territoire américain, les terrains de camping sont généralement conçus pour les véhicules de gros gabarit. Évidemment, avec un tel VR, vous devrez envisager de remorquer un youyou pour faire les courses et des visites locales.

Vous vous inquiétez également à propos des frais d’entretien et de réparation d’un véhicule récréatif de plus de dix ans. Il s’agit d’une question délicate et à laquelle il est difficile de répondre puisque ceux-ci seront en corrélation directe avec l’état du VR et de la façon dont son propriétaire antérieur l’aura bichonné. Le conseil le plus important que je puisse vous prodiguer à cet égard serait de faire faire une inspection complète du véhicule par un technicien compétent avant d’acheter. Vérification mécanique certes, mais également des accessoires et appareils installés à bord du véhicule. Un des points majeurs à surveiller sera la qualité et l’entretien des joints d’étanchéité reliant les différents éléments de la structure. Idéalement, vous pourriez faire effectuer un examen à l’aide d’un appareil qui effectue un balayage électronique du véhicule permettant afin de détecter toute infiltration d’eau difficilement visible à l’oeil nu.

Paul Laquerre