tab 1 FERMER
Acheter un VR

Importer un camping-car d’Europe


Question


J’ai séjourné en Europe et j’adore leurs petits VR (van).
Est-ce possible d’importer ces véhicules ici ? Si oui, comment faire ?

Nicole

Réponse


Votre souhait est partagé par plusieurs autres caravaniers, qui salivent devant le désign, la facture et l’ingéniosité des véhicules récréatifs conçus et fabriqués en Europe. Malheureusement, cela risque fort de demeurer dans l’univers du rêve.

En 2012, alors qu’un fabricant québécois de véhicules récréatifs désirait réintroduire sur le marché nord-américain le fameux Westfalia, je m’étais rendu en Allemagne pour faire l’essai de ce VR construit non plus sur un van Volkswagen, mais plutôt sur un Ducato, le frère européen du ProMaster vendu en Amérique.

Malheureusement, à l’époque, Fiat-Chrysler ne voulait pas assurer le service du jumeau Ducato. Conséquemment, la frontière demeura fermée pour le petit bijou. Car, c’est un fait que pour pouvoir importer et vendre un véhicule européen, l’attitude chauviniste des États-Unis et, par ricochet du Canada qui ne souhaite pas provoquer son voisin, il faut que le constructeur dispose de son propre réseau pour assurer le service et honorer la garantie de ses produits.

Pour un consommateur qui souhaiterait malgré tout importer d’Europe le VR qui lui plait, les obstacles sont également très nombreux. Parmi ceux-ci, pensons à la nécessité de réaménager et adapter ce VR aux normes gouvernementales et aux habitudes des caravaniers. Par exemple, sur un VR européen, le courant électrique, les prises de branchement sont très différentes de ce que l’on trouve chez nous. En Europe, l’oscillation électrique n’est pas la même qu’ici. Les canalisations de plomberie ne sont pas du même type que les nôtres. La plupart des VR d’outre-mer comportent beaucoup moins d’accessoires que ceux qui roulent sur nos routes. Et, pour terminer, il serait difficile de trouver un endroit où faire effectuer l’entretien ainsi que la réparation du VR. En cas de bris, il faudrait faire venir les nouvelles pièces d’Europe, ce qui signifierait souvent de longs moments d’immobilisation du véhicule en attente d’être réparé.

De plus, les inspections mécaniques exigées au moment de l’arrivée du véhicule constitueraient elles aussi une autre difficulté de taille. Malgré tout, il est possible d’importer un camping-car. Transport Canada autorise cependant l’importation d’un VR à condition qu’il ait été fabriqué au moins 15 ans plus tôt. Comme si un véhicule aussi âgé devenait subitement à son quinzième anniversaire, plus sécuritaire qu’un modèle techniquement plus évolué qui vient tout juste d’être construit. Allez comprendre la logique de cette norme qui, à mon avis, découle d’un accord signé par le Canada et les États-Unis à propos de l’industrie automobile. Cet accord illustre bien combien le Canada est à la botte de son voisin et combien il ne peut affirmer sa souveraineté.

 Je sais que ma réponse vous décevra, mais elle témoigne des limites imposées par les normes gouvernementales en Amérique du Nord.

Paul Laquerre

Force du moteur et empattement


Question


J’aimerais savoir comment évaluer la force nécessaire en chevaux-vapeur d’un moteur diésel pour une autocaravane de classe A. Également, j’aimerais connaitre l’empattement idéal…

Un lecteur de longue date

Réponse


Si vous choisissez un moteur Caterpillar, Cummins ou Detroit, il s’agit généralement de moteurs à injection directe, en ligne, à 6 cylindres. Beaucoup sont turbocompressés avec des refroidisseurs d’admission. Les moteurs pour VR ont des capacités de puissance allant de 252 ch à 600 ch.

De façon générale, ce sont les fabricants de VR qui commandent le type de moteur et la transmission adéquate en fonction du poids estimé du véhicule à sa construction finale. Les fabricants mettent au point leurs propres critères et protègent jalousement ces données d’ingénierie.

Le meilleur moyen de tester la force du moteur reste de faire un essai routier avec des mises en situation d’effort. Si le véhicule répond à vos attentes, vous disposez d’un produit adéquat. Si vous êtes incertain, faites faire un essai routier par une personne d’expérience qui possède ce genre de véhicule. Il est toujours préférable d’avoir plus de puissance en réserve, car la consommation de diésel varie toujours en fonction de la puissance exigée.

Pour ce qui est de l’empattement des autocaravanes de classe A, il se situe généralement entre 234 cm et 259 cm (98-102 po). Le plus large possible est à considérer.

Gilles Courcelles


Acheter un VR dans une autre province


Question


Nous avons remarqué que le modèle de caravane que nous recherchions était moins cher en général en Ontario. Il y en a une qui nous intéresse actuellement, mais elle est à Ottawa. Cela reste au Canada et non pas aux États-Unis, mais il y a certainement des choses à savoir ou à vérifier lorsque nous achetons dans une autre province ?

Jessika Therrien et Marc-Etienne Choquet

Réponse


Comme vous le soulignez, il peut exister une différence dans le prix affiché pour un même modèle de caravane au Québec et en Ontario. Différents facteurs peuvent justifier un tel écart. Le premier vient du fait que de multiples options étant offertes pour une caravane, certains commerçants peuvent préférer commander un modèle plus dépouillé plutôt qu’un modèle dont la liste d’options est plus élaborée. Une telle stratégie de vente permet d’attirer un plus grand nombre de personnes séduites par un prix affiché moins élevé.

Une fois le client assis devant le vendeur, ce dernier met parfois la pression pour convaincre l’acheteur éventuel d’ajouter plus de confort à son VR par des options dont il fait miroiter le caractère essentiel, ce qui évidemment en fera grimper le prix. L’objectif d’un prix annoncé plus bas étant d’attirer le client à son bureau des ventes et de le détourner de celui d’un autre revendeur de la même marque.

Plusieurs commerçants québécois connaissant bien les préférences et besoins de leur clientèle vont souvent commander un véhicule avec des options installées lors de sa construction. Évidemment, cette pratique amène un prix annoncé plus élevé, car l’équipement embarqué est plus complet. Il peut aussi arriver qu’un commerçant obtienne de meilleurs prix du fabricant s’il achète plusieurs unités d’un même modèle. Ces économies de volume lui permettent d’annoncer un prix moins élevé qu’un revendeur concurrent n’ayant pas les moyens de se procurer autant d’exemplaires du fabricant.

Finalement, l’achat d’une caravane à Ottawa ne représente pas de difficultés supplémentaires puisqu’il vous sera possible d’obtenir une immatriculation temporaire (communément appelée transit) qui vous permettra de finaliser l’immatriculation dans un bureau accrédité par la SAAQ.

Paul Laquerre

Acheter d’occasion au Manitoba


Question


Je souhaite faire l’achat d’un VR d’occasion au Manitoba chez un commerçant. Connaissez-vous les démarches à suivre ou encore auriez-vous un courtier à me recommander ?

Guy Tremblay

Réponse


Normalement, vous ne devriez pas avoir besoin d’un courtier pour acheter votre VR, le commerçant pouvant lui-même s’acquitter de toutes les formalités. Si le VR est homologué selon des normes RVIA et ACNOR-CSA, il satisfait normalement aux exigences qui en autorisent la vente au Canada. Dans votre cas, l’idéal serait qu’au moment de finaliser la transaction chez le commerçant, vous optiez pour une immatriculation temporaire qui vous permettra de ramener le véhicule au Québec. Une fois revenu ici, vous pourrez acquitter la TVQ et obtenir une plaque d’immatriculation québécoise dans un bureau de la SAAQ (ou chez l’un de ses mandataires). Au moment de l’achat au Manitoba, vous n’auriez que la taxe fédérale (TPS) à acquitter.

Par contre, si ce VR ne dispose pas des homologations mentionnées au début, il vous sera demandé de procéder à une inspection mécanique dans un atelier accrédité par la SAAQ. Ce n’est qu’après cette étape que vous pourrez l’immatriculer au Québec.

Paul Laquerre


Évaluer la solidité des caravanes de parc


Question


Avant de l’acheter, j’aimerais savoir s’il existe des problèmes avec la marque de caravanes de parc Northlander. Sont-elles assez solides pour traverser nos hivers québécois ? Je m’intéresse particulièrement au modèle Reflection.

Ghislain Bérubé

Réponse


La compagnie canadienne Northlander se spécialise dans les résidences préfabriquées et leur modèle Reflection entre dans la catégorie que l’on nomme « modèle de parc ». Dans la réalité, ces maisons sont dites mobiles parce qu’on peut les transporter pour les installer de façon permanente ou semi-permanente. Elles ne sont pas considérées comme des véhicules récréatifs, d’une part parce qu’elles ne sont pas des véhicules et d’autres part, qu’elles ne sont pas conçues pour être déplacées sur une base régulière.

Puisque des modèles de parc comme la Northlander Reflection ne sont pas conçus pour se promener sur la route, hormis lors de leur livraison, ils présentent beaucoup moins de vulnérabilité que les caravanes ou les caravanes à sellette. Lors des voyages, ces dernières sont constamment soumises à des forces physiques qui, considérant certaines faiblesses d’assemblage, peuvent causer certains problèmes, notamment à cause du stress imposé à leur structure.

La construction d’un modèle de parc fait appel à des techniques qui s’apparentent beaucoup plus à celles appliquées dans une maison traditionnelle. La charpente n’est pas la même que celle des VR. La structure du toit, la plomberie, les fenêtres y sont très différentes. Contrairement aux caravanes, les modèles de parc ne présentent pas autant de joints de silicone, ce qui les rend beaucoup moins vulnérables aux infiltrations d’eau. Un joint de silicone constitue la partie la plus vulnérable sur un véhicule, notamment au stress de la route.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner relativement à votre achat, serait de faire comme si vous achetiez une résidence traditionnelle et de faire faire une inspection par un inspecteur en bâtiment.

Paul Laquerre