Untitled Document
tab 1 FERMER


Question


Je souhaiterais connaitre la consommation d’essence et la fiabilité auxquelles on peut s’attendre de l’autocaravane de classe B+ Forest River Sunseeker 2390TS avec moteur V6 à essence ou au diésel.

Michel Richard

Réponse


Le moteur V6 à essence de 3,7 L utilisé dans le Ford Transit est en production depuis 2011 et sa consommation d’essence est très faible. J’ai le même moteur dans ma Mustang 2014 et il est très performant tout en étant économique. Dans une autocaravane de classe B+, on pourrait espérer une consommation d’essence se situant à 15-17 L/100 km.

Le moteur diésel de 3,2 L est produit depuis plusieurs années pour le marché européen et sa conception est éprouvée. Il est construit en Afrique du Sud et importé par Ford. Pour cette autocaravane, on pourrait obtenir une performance d’environ 13-14 L/100 km.

Notez que les frais de carburant ne sont qu’une petite partie de vos frais de caravaning. Le cout réel de votre VR sera sa dépréciation au cours des années. Il faut aussi compter l’entretien et les assurances du VR et le cout des terrains de camping.

Rémi Guertin 



Question


Auriez-vous des conseils à me donner avant que je fasse l’achat d’une autocaravane de classe B sur fourgon Sprinter, dont je compte me servir surtout pour me déplacer sur de longues distances et pour de courts séjours de camping ? Je me pose plusieurs questions. Est-ce une bonne idée de se procurer un modèle usagé ? Si oui, que faut-il vérifier avant l’achat ? Recommandez-vous un moteur en particulier ? Qu’en est-il des assurances ?

Richard Lachance

Réponse


Une autocaravane construite à partir d’une fourgonnette Sprinter constitue une valeur sure qui vous procurera des années de plaisir. Toutefois, votre demande manque un peu de précision sur votre projet de voyage. Ainsi, vous ne dites pas si vous serez seul ou en couple. Ce point est de toute première importance, car si vous êtes deux à bord, il faudra que le véhicule récréatif plaise à chacun. N’oubliez pas qu’un VR construit sur un fourgon Sprinter est relativement petit. J’ai déjà eu connaissance de couples s’étant lancés dans l’aventure pour que, quelques semaines plus tard, l’un des deux partenaires revienne en avion, ayant atteint son seuil de tolérance à vivre dans un environnement jugé trop exigu.

Il y a également un autre élément important à considérer, celui du budget que vous entendez consacrer à cette acquisition. Ainsi, dans le cas d’un véhicule neuf, un VR construit sur un châssis ProMaster de Fiat Chrysler Automobiles ou sur Transit de Ford coutera entre 10 000 $ et 20 000 $ de moins. Pourtant, tous ces véhicules vous mèneront aux mêmes endroits. Dans le cas du Transit et du ProMaster, vous pourriez opter pour une motorisation à essence ou au diésel.

Quant au Sprinter, ce dernier ne se décline qu’avec moteur diésel. Personnellement, mon VR est de ce type et, comme il s’agit du petit modèle, soit 5,8 m (19 pi), j’ai opté pour le moteur à 4 cylindres et à roues simples à l’arrière. Ce moteur est parfaitement adapté à mon VR et se révèle très peu gourmand sur le plan du carburant.

Si vous lorgnez du côté des véhicules d’occasion, les deux choses à considérer sont la condition mécanique et le fonctionnement des accessoires. Dans le cas d’une autocaravane de classe B, on oublie les infiltrations d’eau puisque la carrosserie présente la même étanchéité qu’un véhicule automobile. Ne vous laissez pas décourager par un kilométrage élevé, les moteurs diésel étant résistants et reconnus pour leur longévité. Cependant, assurez-vous que le vendeur vous fournisse les preuves de l’entretien de son véhicule. De toute façon, n’hésitez pas à le faire inspecter par un mécanicien en qui vous avez confiance. En ce qui concerne les accessoires, vous devez au minimum vous assurer qu’ils fonctionnent parfaitement. En cas de doute, consultez un technicien en VR pour éviter les mauvaises surprises.

Paul Laquerre 



Question


Nous avions une caravane Trillium 4500 que nous remorquions sans difficulté avec une berline Toyota Venza. Nous venons de faire l’acquisition d’une Trillium 5500 de 5,48 m (18 pi) dont le poids est de 1 270 kg (2 800 lb). Est-ce que la Venza dotée d’un moteur de six cylindres et de quatre roues motrices est suffisamment puissante pour la remorquer, en tenant compte du fait que nous prévoyons faire un voyage en Alaska ? Sinon, que penser de la Honda Ridgeline ? Ma femme préfèrerait éviter d’acheter une camionnette.

Réjean Robidoux

Réponse


Il est certain que votre Venza va transpirer à remorquer votre nouvelle Trillium, d’autant plus que vous comptez vous rendre prochainement dans les Rocheuses pour atteindre l’Alaska. Votre Venza est dotée d’un moteur atmosphérique, dont le couple est plutôt bas. Pour compenser ce manque de puissance, elle doit donc rétrograder fréquemment, ce qui a un impact direct sur sa consommation et sur le bruit du moteur. Notez également qu’un moteur atmosphérique perd 1 % de sa puissance chaque fois que l’altitude grimpe de 100 m. Cela signifie que dans les Rocheuses, si vous grimpez à une altitude de 3 000 m, vous aurez perdu 30 % de la puissance que vous aviez avant d’entreprendre la montée. Ce phénomène, propre aux moteurs atmosphériques, s’explique par la raréfaction de l’air.

Votre hypothèse de remplacer votre actuelle Venza par une camionnette de marque Honda n’est pas mauvaise. Cependant, même si ce véhicule offre une plus grande capacité de traction, il présente toujours les mêmes lacunes que la Venza : faible couple, moteur atmosphérique. Comme vous ne voulez pas aller vers une camionnette de grand format, je serais porté à vous conseiller de jeter un coup d’oeil au modèle Canyon de GMC. Un modèle similaire est également offert par Chevrolet. Cette camionnette de format intermédiaire offre une capacité de remorquage qui excède vos besoins actuels, mais qui pourrait s’avérer précieuse si jamais vous optiez pour une caravane plus lourde que votre Trillium 5500. De plus, elle s’avère très agréable à conduire et, lorsqu’on est au volant, on oublie rapidement qu’il s’agit d’une camionnette.

La raison pour laquelle je vous mentionne ce modèle est qu’il offre en option une motorisation turbo diésel. Il s’agit d’un moteur Duramax à quatre cylindres de 2,8 L au couple impressionnant qui atteint 356 lb-pi à un régime aussi bas que 2 000 tr/min. Comme il dispose d’un turbo, cela signifie que l’altitude n’a pas d’emprise sur lui, ou bien peu. En effet, le turbocompresseur, comme son nom l’indique, augmente la pression d’air à l’intérieur des cylindres, cela même si l’air se raréfie à l’extérieur. Conséquemment, vous n’auriez aucun problème dans les longues montées alors que le Ridgeline s’essoufflerait beaucoup plus facilement. N’oubliez pas qu’un moteur qui peine à grimper a tendance à chauffer, un facteur qu’il faut surveiller avec attention.

Paul Laquerre 



Question


J’ai fait l’achat d’une autocaravane possédant une génératrice et deux batteries à décharge profonde. Auparavant, j’avais une caravane.

Est-ce que les deux batteries se rechargent automatiquement en roulant ou faut-il absolument les recharger avec la génératrice ?

Par ailleurs, j’ai remarqué qu’il y a un bouton pour mettre les batteries en fonction. Doit-on le mettre à OFF chaque fois que l’on roule ou que l’on est branché sur le réseau (HQ) ? Devrait-on plutôt le laisser toute la saison en position ON ou le mettre en fonction uniquement lorsqu’on fait du camping autonome ?

Sylvie Tremblay

Réponse


L’alternateur du châssis recharge les batteries maison en roulant sur la route. Si la charge des batteries est basse en raison d’une utilisation des appareils de l’habitation, on pourra recharger les batteries à l’aide de la génératrice.

L’interrupteur des batteries doit être en position ON afin de recharger les batteries sur la route, sinon les batteries n’emmagasineront pas d’énergie. Même chose pour faire fonctionner les appareils domestiques. Et l’interrupteur doit encore être en position ON lorsque le VR est branché au secteur, ce qui permet de recharger les batteries. Le seul moment où vous mettrez les batteries hors tension avec cet interrupteur, c’est lors du remisage du VR. Cela vous évitera que les batteries se déchargent à cause des pertes fantômes qu’occasionnent le détecteur de propane et les voyants de la radio, par exemple.

Rémi Guertin 



Question


J’ai une caravane à sellette et j’aimerais savoir s’il est suffisant de lubrifier les roulements de roue en utilisant seulement un pistolet graisseur. Serait-il préférable de toujours faire le gros travail de désassembler, nettoyer, lubrifier et réassembler ?

Denis Pageau

Réponse


La technique qui consiste à lubrifier les roulements en les graissant simplement à l’aide d’un pistolet graisseur n’est pas la bonne. Je vous recommande plutôt de déposer les roues et tambours, ce qui vous permettra de confirmer le bon état des freins, ainsi que leur bon fonctionnement. Une usure inégale indique qu’un des freins ne fonctionne pas. On nettoie aussi les tambours et les garnitures à l’aide d’un vieux pinceau ou d’une petite brosse.

Pour les grands voyageurs, comme les caravaniers migrateurs (snowbirds) par exemple, la procédure devrait être effectuée une fois par année. Ceux qui ne font que des sorties de fin de semaine et pendant leurs vacances peuvent la faire tous les deux ans. Sur une tente-caravane, je recommande de la faire tous les ans, car les petites roues, ça tourne vite ! Par ailleurs, en cas de bruits anormaux, on effectue l’inspection et le travail dès que possible.

Rémi Guertin