Untitled Document
tab 1 FERMER

Un problème de stabilité


Question


Pourquoi ma caravane oscille-t-elle de haut en bas sur l’attache de ma camionnette GMC 1500 ? S’il y a des vallons sur la route, eh bien la caravane oscille, tout comme la camionnette. C’est très désagréable, car le devant de la caravane bouge lui aussi de haut en bas. Même lorsque le VR n’est pas chargé, c’est le même problème. Serait-ce une bonne idée de rajouter une lame ou encore un ballon ?

Ma caravane est une Jay Flight longue de 7,9 m (26 pi). Son poids atteint 3 629 kg (8 000 lb) et son poids sur l’attelage est de 363 kg (800 lb). Elle est munie d’un très bon répartiteur de charge.

Un lecteur préoccupé

Réponse


Le problème semble dû à une suspension trop molle. L’ajout d’amortisseurs HD (Heavy Duty) ainsi que de ballons à l’arrière du véhicule tracteur aiderait à coup sûr, en plus de donner de la stabilité et du confort de roulement. Ne pas oublier de bien répartir les charges dans la caravane selon la formule 60/40, soit 60 % de la charge à l’avant des roues de la caravane et 40 % derrière les roues de la caravane. Si l’ensemble (véhicule tracteur et véhicule tracté) forme une ligne horizontale de niveau, l’ajout de lames de charge ne s’avèrera pas nécessaire. Autre chose : une pression adéquate des pneus est primordiale.

Gilles Courcelles

Une pesée après chargement est-elle nécessaire ?


Question


Je viens d’acheter une autocaravane neuve et le concessionnaire m’a fait signer un document m’engageant à aller faire vérifier le parallélisme des roues (« alignement ») de mon nouveau VR après avoir chargé tout mon équipement à l’intérieur. On me dit que cette vérification a été faite à vide et qu’il faut la faire faire à nouveau lorsque le véhicule est plein. Qu’en pensez-vous ?

Yannck Gagnon

Réponse


Votre concessionnaire a raison. Vous pourriez ajouter jusqu’à 1 000 kg (2 205 lb) en équipement, essence, eau et propane, ce qui écrase le VR et pourrait modifier la calibration de la suspension. Faire vérifier le parallélisme des roues garantira une meilleure durée de vie des pneus. Cette vérification confirmera également que le châssis est construit selon les normes d’origine.

Rémi Guertin

Durée de séjour et assurance


Question


Votre dossier sur les séjours hors Québec, paru dans le numéro d’octobre-novembre 2019, était vraiment très bien. J’aimerais attirer votre attention sur un autre calcul à faire qui concerne les voitures automobiles, les véhicules récréatifs et les motos.

Mon assureur me dit que j’ai le droit de passer 180 jours à l’extérieur du Québec dans une année. Toutefois, il ne sait pas s’il s’agit d’une « année assurance » ou d’une « année civile ». Est-ce que vous pouvez vérifier ces informations ?

Daniel Gingras

Réponse


Merci d’avoir apprécié l’article en question. Votre assureur a raison, normalement les véhicules automobiles et les VR ne peuvent passer plus de six mois consécutifs aux États-Unis. L’emploi du mot consécutif montre bien que cette période n’a aucun lien avec la notion d’année civile. Seuls la RAMQ et les différents ministères du revenu (canadien, québécois et américain) remettent le compteur à zéro chaque année au 1er janvier. Toutes ces variantes démontrent avec force combien la bureaucratie peut compliquer les choses.

Il peut être intéressant de noter qu’Aviva, par l’entremise de son courtier Leclerc Assurances, peut accorder une dérogation à la règle des six mois, mais ce privilège ne peut se répéter chaque année. D’autres assureurs offrent également ce service, mais dans la plupart des cas, il y a un supplément à débourser. Vérifiez donc auprès de votre courtier.

Paul Laquerre

Magnésium ou aluminium ?


Question


Au printemps, je devrai remplacer l’anode du chauffe-eau de notre caravane, une Vintage Cruiser 23 RSS 2020. La marque est Suburban et le modèle, SW6DE. Le fabricant offre deux types d’anodes, soit en magnésium ou en aluminium. Quelles sont les différences entre les deux ? Est-ce qu’une se révèle meilleure que l’autre ?

Martial Gourde

Réponse


Pour protéger un réservoir en acier comme votre chauffe-eau, on installe une tige de magnésium, qu’on appelle anode sacrificielle. Dans l’eau, quand deux métaux différents sont immergés, l’un des deux métaux se fait gruger par la corrosion et émet des électrons (donc un courant) qui protègent l’autre métal.

Quand on a une tension fournie par une anode sacrificielle, les électrons ne peuvent circuler, ce qui empêche la formation de corrosion dans un réservoir en acier. Que l’anode soit en aluminium ou en magnésium importe peu, car les deux font très bien le travail. Pour ma part, je considère que la tige en aluminium a des caractéristiques supérieures, mais son prix est plus élevé d’environ 35 %. Autre facteur à considérer, si l’on séjourne dans un camping qui fournit une eau de puits souterrain (eau saumâtre), l’anode en magnésium a tendance à se désagréger plus rapidement et à rendre l’eau brunâtre.

Tout ceci relève de la chimie des métaux. Pour le dire simplement, une anode en aluminium est un bon investissement, mais l’anode en magnésium est la plus utilisée dans les réservoirs Suburban.

Gilles Courcelles


Question


Nous faisons des compétitions d’équitation et nous sommes à la recherche d’un équipement plus luxueux que notre remorque à  chevaux habitable. Je conserve ma camionnette RAM diésel 2500 HD. Je souhaite acheter une caravane à sellette d’une longueur maximale de 9,1 m à 9,8 m (30-32 pi) qui devra trainer une remorque dans laquelle logeront trois chevaux. Que me conseillez-vous ? Je m’intéresse, entre autres, au modèle Minnie Plus 27 RLTS de Winnebago. Évidemment, je pense devoir faire renforcer l’attelage de mon véhicule tracteur.

Michel Charrette

Réponse


Je serais plus que réticent à prendre la route avec une caravane à sellette derrière laquelle serait attachée une remorque transportant trois chevaux et leurs agrès. Le premier élément qui me rendrait nerveux est la masse que devrait remorquer la caravane à sellette. D’une part, celle-ci pourrait représenter une charge de près de 3 000 kg (6 614 lb) à remorquer, ce qui compliquerait énormément l’arrimage à la caravane à sellette. Je doute fort que le châssis d’une Minnie Plus 27 RLTS puisse offrir une résistance structurelle  suffisante pour tirer un poids aussi élevé. Outre la résistance limitée du châssis, des problèmes dynamiques et mécaniques se poseraient aussi, créant un déséquilibre dans la répartition des charges. Conjugués, ces trois facteurs favoriseraient un comportement routier instable mettant à risque la sécurité tant des passagers que des chevaux.

Au plan dynamique, le poids trainé par la caravane à sellette représenterait un ajout approchant les deux tiers de la masse totale en charge de la Minnie Plus envisagée. Le poids au timon de la remorque à chevaux ajouterait un poids vertical représentant de 10 % à 15 % de la remorque avec son chargement. Dans le cas d’une remorque prête à prendre la route, le poids ajouté à l’arrière de la caravane à sellette représenterait à lui seul un minimum de 300 kg (660 lb).

Au plan mécanique, le timon de la remorque serait beaucoup plus bas que le châssis de la caravane à sellette, ce qui obligerait à fabriquer un mécanisme sur mesure pour rendre le remorquage possible. La robustesse d’un tel appareillage ajouterait aussi un poids plus que significatif directement sur les deux essieux de la caravane à sellette. Chacun des essieux de la Minnie Plus 27 RLTS étant conçu pour supporter 2 359 kg (5 200 lb), je suis prêt à parier que cette limite serait largement dépassée. Les freins, mais surtout les roulements à billes des essieux, seraient mis à très rude épreuve.

Cependant, ma plus grande inquiétude vient de la modification de l’équilibre de l’ensemble. Le poids considérable appliqué sur la partie en porte-à-faux à l’arrière de la caravane à sellette aurait pour effet direct d’alléger l’avant de celle-ci, ce qui diminuerait d’autant le poids vertical normalement appliqué sur la sellette d’attelage. L’arrière de votre camionnette s’en trouverait allégé, réduisant son adhérence au sol en raison du déséquilibre ainsi créé. Comme les deux véhicules tractés seraient obligatoirement équipés de freins, advenant une situation d’urgence, la commande de freins pourrait peiner à gérer la répartition de l’intensité du freinage qui devrait s’appliquer à la caravane et à la remorque, ce qui pourrait entrainer un comportement erratique et dangereux de l’ensemble.

Paul Laquerre