Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 26 avril 2021

Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !

Avant de se diriger vers les Rocheuses albertaines, après être grimpé au Nord jusqu’à la rivière de la Paix, laissez-moi vous parler de deux attraits qui ont retenu mon attention lors de mon passage dans cette province et que vous apprécierez probablement.

Ils ont beau être voisins, les sites du parc national du Canada Elk Island et celui du Village Héritage Culturel Ukrainien n’ont rien en commun, si ce n’est une clôture. Cela ne les empêche pas tous deux d’être fascinants.

Situés à 45 km à l’est d’Edmonton, ces deux attraits touristiques majeurs sont orientés, pour l’un, vers la nature des Plaines et des Prairies, ou, pour l’autre, sur l’histoire d’une communauté culturelle qui a joué un rôle important dans l’Ouest canadien : les Ukrainiens. Ensemble, ils proposent une journée d’activité fort bien remplie, d’autant plus que le camping du parc national nous permet de séjourner sur place, dans un environnement des plus agréables.

Elk Island

La grande vedette du parc national Elk Island est indiscutablement le bison, qu’il soit des plaines ou de la forêt. Malgré que le parc s’étende sur près de 200 km², il faudrait être bien malchanceux pour ne pas y apercevoir quelques représentants de ces deux groupes qui paissent dans les environs et se promènent même parfois sur la route avec la plus totale indifférence. Le parc compte d’ailleurs près de 700 bisons des Plaines et un peu moins de 400 bisons forestiers, le plus grand mammifère terrestre d’Amérique du Nord dont le poids peut dépasser une tonne. Au moins cinquante millions de bisons parcouraient autrefois les vastes étendues du centre du continent alors qu’il n’en reste plus aujourd’hui que quelques milliers. Et ce, en grande partie grâce à des sites de préservation comme Elk Island National Park. La harde d’Elk Island est issue du dernier troupeau de race pure, identifié en 1957, et la plupart des bisons sauvages qu’on trouve actuellement en Amérique du Nord proviennent de ce groupe. Les écosystèmes du parc abritent également près de 800 wapitis, 400 cerfs et orignaux, des coyotes, des castors et plein d’autres mammifères.

De plus, pour les ornithologues amateurs, on a identifié 253 espèces aviaires à ce jour, dont de nombreux spécimens sont aisément observables des rives du lac Tawayik qui se trouve au cœur du territoire. Plusieurs des naturalistes du parc sont d’ailleurs de véritables fanatiques d’ornithologie et peuvent vous confirmer du premier coup d’œil que la tache blanche au lointain est bel et bien un cygne trompette, grand oiseau emblématique qui a frôlé l’extinction et dont on a amorcé ici un programme de réintroduction à partir de 1987.

Le parc possède aussi 11 sentiers de moyenne et longue randonnée (2,5 à 16,5 km) qui permettent d’explorer la quasi-totalité de son territoire.

Ukrainian Cultural Heritage Village

Lorsqu’on traverse le Canada, on croise une multitude de ces villages retraçant l’histoire des pionniers qui ont colonisé le territoire. Toutefois, rares sont les sites historiques qui présentent autant d’intérêt que l’Ukrainian Cultural Heritage Village. Un peu comme le Village d’Antan de Drummondville, si on veut faire une comparaison, il regroupe plus d’une trentaine de bâtiments patrimoniaux qui ont été déménagés sur place et magnifiquement restaurés. Cela va de la petite maison rurale primitive jusqu’au gigantesque élévateur à grain, en passant par les principaux commerces et les incontournables églises qui présentent ici l’architecture particulière des lieux de culte chrétiens orthodoxes. La région revendique d’ailleurs le titre de « Capitale nord-américaine des églises ».

cP1070818

Le village historique ukrainien propose aussi un programme d’animation extrêmement riche avec de comédiens parfaitement crédibles, sympathiques et documentés bien qu’il soit à peu près impossible d’avoir de l’information ou de communiquer en français.

La présence ukrainienne dans l’Ouest canadien remonte à la fin du 19e siècle alors que le gouvernement canadien, une dizaine d’années après la création de la Confédération de 1867, cherche à étendre son influence sur la Terre de Rupert qui deviendra plus tard la région des Prairies canadiennes. Pour parvenir à ses fins, la construction du Canadian Pacific Railway devient l’outil unificateur d’est en ouest. La création de la Police montée va venir à bout des prétentions des Autochtones et des Métis alors que l’immigration massive va assurer l’occupation du territoire en même temps que la marginalisation des francophones.

C’est dans ce contexte qu’arrivent en 1891 les tout premiers immigrants ukrainiens vivant alors sous la botte des Russes et subissant une répression qui a engendré un exode important. Les deux premiers colons, Iwan Pylypow et Wasyl Eleniak, acceptent l’invitation du gouvernement canadien qui offrait gratuitement une terre aux nouveaux arrivants désirant s’installer à l’Ouest. En moins de cinq ans, la nouvelle s’est répandue dans les villages d’origine de ces pionniers et les premiers établissements ukrainiens des Prairies commençaient à prendre forme. Tout aussi rapidement, les villages se sont mis à pousser dans un corridor qui s’étendait du Manitoba à l’Alberta. Les Ukrainiens sont devenus des Canadiens tout en conservant précieusement les principales caractéristiques de leur culture : la religion, la langue, la danse, la cuisine, l’habillement et l’artisanat. C’est ce que nous révèle l’Ukrainian Cultural Heritage Village et ce qui s’avère particulièrement intéressant pour nous, Québécois, qui sommes aussi éloignés et ignorants de cette réalité que les habitants de l’Ouest peuvent l’être de la nôtre.

En camping :

Les campeurs ou les voyageurs qui veulent vivre une expérience originale peuvent faire escale au parc national Elk Island où ils trouveront des emplacements sans services pour les tentes et les VR. On trouve à proximité de l’eau et un site de vidange pour les VR ainsi que des installations sanitaires avec douches et toilettes.

Le parc offre aussi le camping dans de magnifiques tepees récemment aménagés et équipés de lits de camp avec abris moustiquaires.

Information et réservation

Parc national du Canada Elk Island : 1 877 737-3783/ www.elkisland.ca

Ukrainian Cultural Heritage Village : (780) 662-3640 / https://ukrainianvillage.ca/

-30-

Aucun commentaire »