Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 8 septembre 2021

Minganie : La nouvelle route

En continuant notre route en Minganie, nous faisons étape à la rivière Manitou pour une courte randonnée vers le pied des puissantes chutes de ce torrent déchaîné. Une marche facile et un spectacle magnifique lorsque nous atteignons le bas des chutes et nous en approchons assez pour bien sentir leur énergie.

Étape suivante : le plus que charmant village de Longue-Pointe-de-Mingan, pour aller camper chez la famille Loiselle, au Camping de la Minganie. Situé directement sur la plage, le petit camping est le point de départ parfait pour parcourir le village à pied sur l’interminable promenade de bois qui épouse le rivage. C’est un véritable privilège de pouvoir camper ainsi en symbiose avec le golfe du Saint-Laurent, juste devant les îles de Mingan. À Longue-Pointe, on trouve plein de gîtes, de chalets, un petit resto sympathique, Le Macareux, et plusieurs belles choses dans les petites boutiques de souvenir. La confiture de plaquebière de Madame Loiselle est à goûter entre autres. On peut aussi visiter le superbe Centre de recherche et d’interprétation de la Minganie, dirigé par Richard Sears, qui présente les grands mammifères marins qui fréquentent le golfe.

Dans l’archipel

Au loin, dans le brouillard, on distingue un phare et sa lumière, comme suspendus au-dessus des eaux. C’est l’île aux Perroquets, l’habitat privilégié du coloré macareux moine. Le lendemain matin, les Loiselle, qui opèrent plusieurs bateaux de croisière dans l’archipel de Mingan, nous y conduisent dans une grande barque à partir de la plage de Longue-Pointe. La plupart des bateaux de croisières qui vont dans l’archipel partent de Havre-Saint-Pierre. C’est toujours touchant de débarquer sur une île où se dresse un grand phare et ses bâtiments. Là où des familles, des générations, ont passé toute leur vie dans l’isolement total. C’est une sensation impossible à décrire que de sentir les fantômes entre nous et les vestiges. Tout autour, les macareux voltigent sans gêne et on admire sans problème leur bec aux couleurs étonnantes. De plus, un petit rorqual vient nous saluer de tout près, ajoutant la cerise sur le sunday. Il sort à plusieurs reprises le long de notre embarcation dont le moteur est arrêté, ce qui nous permet de bien entendre son souffle et de l’admirer dans un silence immense.

La route dans la plaine

Après l’indispensable visite de l’église montagnaise de Mingan et nos hommages à son constructeur Jack Monoloy, nous atteignons Havre-Saint-Pierre pour la visite et une pizza aux fruits de mer orgiaque Chez Julie. On s’engage alors sur la nouvelle portion de route construite en plein marécage. Attention aux petits valons qui font sauter la vaisselle dans les armoires lorsqu’on roule en autocaravane. Baie-Johan-Beetz  incarne toute la beauté de la Minganie. Devant les maisons blanches posées sur les rochers trône la célèbre résidence du naturaliste et artiste Johan Beetz, aujourd’hui proclamée monument historique. Sa visite constitue l’un des points forts du voyage. Son état de conservation est remarquable, tout comme les œuvres d’art ou le mobilier qui s’y trouve encore. La trace de ce personnage fabuleux qui l’a habité est encore tout à fait perceptible et on le sent bien vivant à travers les scènes de nature qu’il a peintes avec talent sur les murs et les portes.

Le village semble posé en plein environnement arctique, dénudé et si rocailleux qu’on n’a pas pu y installer de réservoir d’essence. Donc, pas de station-service. Depuis longtemps, la population a bénéficié d’un bout de route jusqu’à Natashquan pour aller s’approvisionner.

Natashquan, la muse

Presqu’au bout du chemin, à Natashquan, on comprend tout de suite la source de la poésie qui a alimenté l’œuvre de Gilles Vigneault lorsqu’on se promène sur la grève de la pointe aux Galets. La plage n’a pas de fin. La mer laisse des frissons sur le sable devant le petit groupe de cabanes qui donnent tout son cachet à ce panorama singulier. Et que dire du coucher de soleil à partir du quai : Un événement solennel !

Natashquan possède un superbe camping en bord de mer depuis que la route y vient. Il est possible de camper à Aguanish, à l’île Michon, à Baie-Johan-Beetz et la route se termine maintenant à Kégaska où l’on trouve également quelques opportunités de camping.

Au retour, je me suis aussi arrêté au Camping du Grand-Ruisseau de Rivière-Pentecôte, un endroit agréable, impossible à rater avec son phare, juste au bord de la mer et de la plage, histoire de prendre une dernière bouffée d’air salin et de grand espace.

 

Informations

  • ATR Duplessis : 1-888-463-0808
Commentaires fermés