N’ayez aucune crainte, la révolution dont je parle aujourd’hui, n’a aucun rapport avec la situation politique tumultueuse qui agite les États-Unis depuis le supposé vol de l’élection présidentielle évoqué par Donald Trump. Même si les coups de canon de la révolution ont tonné cette semaine en Floride, ils ne provenaient pas de Mar-A-Largo, mais plutôt de la côte ouest de l’état. C’est en effet du plus important salon de véhicules récréatifs de la Floride, qui a lieu à Tampa chaque année en janvier, que les coups de semonce furent entendus.

Pour la première fois dans l’histoire du VR, deux géants ont présenté des concepts de véhicules récréatifs du futur. Tout d’abord, Thor, plus important fabricant au monde, a fait tonner le canon deux fois plutôt qu’une en présentant à la fois une caravane tractée et une une autocaravane de classe B. De son côté, moins tonitruant, Winnebago s’est contenté d’un VR de classe B. 

Même si, dans les deux cas il ne s’agit encore que de prototypes, on peut désormais affirmer que la course à l’électrique est officiellement lancée, du moins en Amérique du Nord. Car, il faut le reconnaître, depuis un an ou deux, des fabricants européens avaient déjà un pied à l’étrier de la révolution électrique, même si leurs créations n’avaient aucune chance de traverser l’Atlantique.

L’acquisition de Hymer par Thor a cependant permis à ce dernier d’accéder à des innovations technologiques nettement plus avancées que celles disponibles en Amérique et de conclure de nouvelles alliances porteuses d’espoir. Ainsi, grâce à une entente récemment signée avec ZF (Zahnrad Fabrik), un important équipementier automobile allemand, Thor possède dorénavant l’exclusivité de la technologie développée par ZF en matière de caravanes tractées.

D’ailleurs, à proprement parler, la caravane de Thor, révélée mercredi dernier au salon de Tampa, n’était pas la première puisque sa filiale européenne Hymer, elle aussi liée à ZF, avait sur plusieurs centaines de kilomètres, mis à l’essai un véhicule de même type remorqué par une Audi e-tron. 

Évidemment, pour se retrouver sous les feux des projecteurs médiatiques de notre continent, Thor ne pouvait s’en tenir à une quelconque caravane européenne. Il lui fallait donc frapper… et très fort. Quoi de mieux alors que d’installer cette technologie d’avant-garde sur une Airstream, la caravane l’iconique par excellence d’Amérique ; ce qu’il fit. La nouvelle venue de la marque Airstream hérite aussi d’un nouveau nom rappelant ses origines célèbres, mais affirmant aussi avec force son caractère distinct qui la démarque de tout ce qui ce que l’on trouve actuellement sur le marché. La eStream est née !

L’essieu de la eStream sera doté de deux moteurs, ce qui permettra non seulement de créer une harmonie parfaite de la propulsion de la caravane avec celle de son véhicule tracteur. Rendu à destination, le caravanier pourra détacher la caravane et, à l’aide d’une appli téléchargée sur ont téléphone, la stationner avec aisance et sécurité, sans risque d’un torticolis, assis au volant de son VUS ou de sa camionnette.

Des batteries placées à l’intérieur des membres latéraux du châssis alimenteront les deux moteurs, ce qui signifiera qu’ainsi propulsée, cette caravane, faisant le pont entre véhicule motorisé et véhicule tracté, marquera le début d’une nouvelle catégorie de VR. 

Le plus grand avantage annoncé de cette technique est qu’il réduira à néant l’effort de traction appliqué au véhicule tracteur. Qu’il soit électrique, à essence ou à gazole, son autonomie demeurera intacte et possiblement meilleure que celle prévue initialement par son constructeur puisque l’apport de caravane amènera à zéro la résistance aérodynamique.  

Je ne m’attarderai pas ici à vous décrire en détail les caractéristiques de la eStream, la plupart d’entre-elles n’étant même pas encore arrêtées par le fabricant. Nous parlons d’un prototype, souvenez-vous, alors oublions aussi de supputer sur ses dimensions et la date de son éventuelle mise en marché. Contentons-nous de fantasmer. D’ailleurs, pour vous aider, voici deux liens à cliquer qui se chargeront de prendre ma relève : 

www.thorindustries.com/innovation-estream, et

www.thorindustries.com/innovation.

En utilisant le second lien, vous pourrez également reluquer l’autocaravane électrique développée par Thor. Encore désignée comme Thor Vision Véhicule pour bien faire comprendrequ’il s’agit de la projection de l’avenir des VR telle que perçue par Thor, au fur et à mesure que le projet prendra forme, il héritera d’un nom plus spécifique.

Ici non plus je n’entrerai pas dans les détails, me contentant de rappeler que Thor vise une autonomie de 500 km pour son nouveau véhicule récréatif. Toutefois, même si la forme extérieure de ce VR présente des ressemblances avec le Transit de Ford, Thor précise qu’il s’agit d’une toute nouvelle coquille créée et mise au point par ZF. Là aussi, les caractéristiques seront dévoilées au compte-goute, à mesure que projet s’ancrera davantage dans la réalité.

Comme je le précisais plus haut, en présentant ces prototypes ambitieux, l’objectif de Thor visait avant tout à faire la démonstration que la compagnie revendiquait avec raison le titre de chef de file de l’électrification des véhicules récréatifs. Aussi, ne cherchez pas à comprendre où et comment se rangent les vélos et les kayaks dans le VR montré sur la vidéo. Ce qui compte, c’est de susciter le plus de wow possibles et de faire rêver. Or, la logique cartésienne trouve rarement sa place dans le rêve.

Non, je n’oublie pas Winnebago, même si son véhicule électrique fait un peu piètre figure avec ses 200 km d’autonomie comparativement aux 500 du Thor. Plus modeste dans son gabarit, ce Classe B, avec son toit relevant et sa toile, rappelle les légendaires Westfalia des années 60 à 94 qui avaient d’ailleurs inspiré l’aménageur québécois Daniel Nadeau pour ses premiers Safari Condos.

Bonne lecture en ce dimanche un peu frisquet ici en Floride, mais tellement plus tolérable que la froidure polaire que vous subissez au pays.