tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 13 décembre 2023
Grande virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 6 décembre 2023
Une fresque nature au Jardin Scullion
le 22 novembre 2023
La Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean – Baie-Sainte-Marguerite
le 14 novembre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Sainte-Rose-du-Nord
le 18 octobre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Saint-Fulgence
le 11 octobre 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 7 août 2023
Quand le soleil brille à sur la baie des Ha! Ha!
le 31 juillet 2023
La Grande-Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean / Saint-Félix-d’Otis
le 25 juillet 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 14 juin 2023
Grande Virée au Saguenay-Lac-Saint-Jean
le 31 mai 2023
Petit-Saguenay
le 24 mai 2023
Le tour de ma région en deux mois
le 18 avril 2023
Abitibi-Témiscamingue
le 12 avril 2023
L’Abitibi-Témiscamingue
le 27 mars 2023
Mes campings dans le monde – Namibie
le 21 mars 2023
Grands plaisirs et fabuleuses découvertes des Maldives
le 28 février 2023
Mes campings dans le monde
le 22 février 2023
Mes campings dans le monde
le 20 janvier 2023
Mes campings à travers le monde…
le 18 janvier 2023
Mes campings à l’étranger…
le 14 décembre 2022
Jordanie, une finale éblouissante !
le 8 décembre 2022
La Jordanie
le 22 novembre 2022
Mes aventures à travers le monde…
le 11 novembre 2022
Camper à travers le monde…
le 26 octobre 2022
Destination camping et kayak
le 19 octobre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 22 septembre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 1 septembre 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 28 juillet 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 8 juillet 2022
Les Îles-de-la-Madeleine
le 29 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 15 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard / Circuit côtier North Cape
le 2 juin 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 26 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 17 mai 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 20 avril 2022
Île-du-Prince-Édouard
le 31 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 16 mars 2022
Nouveau-Brunswick
le 10 février 2022
Nouveau-Brunswick / Fundy… Une baie avec vues
le 27 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 12 janvier 2022
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 9 décembre 2021
Nouveau-Brunswick / Baie de Fundy
le 25 novembre 2021
La tournée Alantique : Grand Manan et l’Acadie
le 10 novembre 2021
LA TOURNÉE ATLANTIQUE : Sur la route du Nouveau-Brunswick (3)
le 21 octobre 2021
La tournée Atlantique : de Forillon à Percé (2)
le 12 octobre 2021
La tournée Atlantique
le 30 septembre 2021
Un bonheur simple, mais une expérience inoubliable
le 8 septembre 2021
Minganie : La nouvelle route
le 26 août 2021
Minganie : Le bout du pays
le 24 août 2021
La Moyenne-Côte-Nord et la Minganie
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 11 novembre 2022

Camper à travers le monde…

La Terre-de-Baffin

Au cours de ma carrière de chroniqueur voyage et plein air, j’ai eu maintes fois l’occasion de réaliser des excursions de longue randonnée pédestre ou d’autres expériences professionnelles qui m’ont mené partout dans le monde.

Dans la plupart des cas, ces aventures incluaient des hébergements en auberge ou, comme disent les Français, chez l’habitant. Dans quelques cas toutefois, ces expériences incluaient des nuitées en camping. Ce qui, en même temps que je découvrais des milieux aussi radicalement différents que le désert, la jungle et l’arctique, me permettait de varier à l’extrême ma conception du camping qu’on dit rustique.

Ma plus ancienne histoire de camping dans un contexte qui ne se compare à rien de ce que je connaissais, se déroule au nord de la Terre-de-Baffin. C’est là que j’ai appris toutes les techniques de camping sous la tente, dans toutes les conditions imaginables. Laissez-moi vous y amener et remonter dans le temps jusqu’en 1992.

L’été arctique

Tournage d’une scène de chasse au narval.

Il est quatre heures du matin et les enfants courent encore à l’extérieur en riant. Le soleil est bien accroché au zénith. Il fait clair comme au beau milieu du jour. Nous sommes le 22 juin à Pound Inlet, la communauté la plus nordique de la Terre de Baffin. Ici, au 74e parallèle, nous nous retrouvons au pays du Soleil de Minuit.

Sur le toit du monde, la nuit ne refera son apparition subrepticement que dans plusieurs semaines et, avant qu’elle ne revienne, les Inuits profitent à plein de chaque instant de lumière et de chaleur durant un été trop court.

C’est le travail qui m’a conduit dans l’environnement le plus dépaysant qui puisse exister, dans le cadre du tournage d’un film documentaire sur une expédition partant à la rencontre de la Licorne des mers : le narval. Moi, le gars de chalet qui considérait les amateurs de camping comme du monde qui aiment se donner de la misère, j’allais passer un mois sous la tente. J’allais, de plus, avoir le privilège d’apprendre c’est quoi le camping avec les meilleurs maitres en la matière.

Adaptation

Petit déjeuner sous la bâche

Premier phénomène d’adaptation à surmonter : le temps. L’alternance du jour et de la nuit est inscrite dans nos gènes, mais, dans l’Arctique, cette notion n’existe plus. Il est incroyable de constater à quel point nous pouvons résister à cette sécurité avant de finir par oublier nos montres. Dans ce contexte, on se trompe en tentant de maintenir des cycles réguliers dans nos vies et les Inuits l’ont compris depuis toujours. Il faut donc travailler ou voyager tant qu’on le peut. Manger quand on a faim. Dormir quand on est fatigué. Récupérer quand il fait mauvais. Cela engendre une difficulté imprévue quant aux repas. Comment préserver l’alternance déjeuner – diner – souper et maintenir l’équilibre des provisions quand on passe deux jours à dormir et qu’on prend plusieurs petits-déjeuners successivement lors des moments d’éveil ?

La température, quant à elle, peut grimper au-dessus de 20 degrés, mais elle se maintient habituellement autour de 10 degrés avec des écarts de la neige à la pluie.

Notre campement au nord de la Terre-de-Baffin

Nos déplacements d’un site de camping à l’autre s’effectuent à pied ou en motoneige sur les glaces du détroit Éclipse. Dans le paysage le plus fabuleux qui soit, de gigantesques langues glaciaires viennent à la mer l’une après l’autre. L’absence de végétation haute nous fait perdre toute notion de distance. L’ours blanc qui vient au loin est-il à deux ou à cinq kilomètres de distance ? Impossible de l’évaluer sans référence connue.

Les rares sites de campement dans cet environnement sont connus et fréquentés par les Inuits depuis plusieurs millénaires. Des familles y passent l’été sous la tente depuis on ne sait plus combien de générations. On y trouve autant de petits ossements de phoque que de pierres et de galets. Sur un sol rocailleux, nous montons et ancrons nos tentes doubles et nos précieuses bâches qui nous servent de cuisines et d’abris.

La vie de camping

Le chef d’expédition, Gilles Couët et moi à droite.

Je me souviens encore de plein de petits détails qui faisaient notre quotidien. Lorsque nous arrivions sur une berge où le chef d’expédition décidait d’établir le campement, la première chose que nous faisions .tait de monter la bâche et d’y mettre tout notre matériel à l’abri. Comme nous étions jumelés à un autre membre de l’expédition avec lequel nous logions sous la tente, le moment venait ensuite de nous trouver un site le plus droit possible et d’y monter solidement notre abri en attachant les cordes à de grosses pierres. Nous ne devions pas trop nous éloigner du groupe afin de ne pas devenir un appât pour les ours polaires. Puis nous déroulions le matelas de sol Thermarest et le sac de couchage avant de placer nos bagages chacun de son côté. Nous avions toujours du linge à sécher, ce qui constituait tout un défi dans ce minuscule espace, surtout lorsque l’humidité persistait durant des jours et que rien ne voulait sécher. Nous pouvions passer ainsi plusieurs jours au même endroit, si bien que nous en étions venus à aménager notre extérieur avec une petite terrasse de dalles plates, ce que nous trouvions extrêmement amusant. On s’amuse avec ce qu’on peut…

Relations individuelles

Lors d’une telle aventure en camping, le plus grand défi consiste à maintenir l’harmonie dans le groupe. Fatigue, inconfort, conflits et frustrations contribuent à cumuler les frustrations qui finissent par trouver un exutoire. Rien n’est simple. Se laver à l’eau glacée. Dormir sous le soleil. Manger accroupis sur des pierres un menu de plus en plus répétitif. Faire ses besoins tranquilles. Passer plusieurs jours dans des vêtements mouillés ou humides. Avoir toujours la goutte au nez. C’est dans le désir de retrouver un confort minimal que naissent les différends. Les petits détails de la vie quotidienne prennent une importance démesurée, créent des situations de grand stress et des frictions irraisonnées. De là l’importance d’instaurer une hiérarchie solide et d’avoir des chefs d’expédition respectés qui savent intervenir avec psychologie… Main de fer dans gant de velours.

Malgré les ours polaires. Malgré la banquise partie à la dérive avec notre campement. Malgré bien des choses… Cette expérience demeure la plus extraordinaire et la plus déterminante de ma vie. Côtoyer le narval, cette petite baleine avec sa longue défense torsadée… Vivre avec les Inuits… Découvrir un environnement si grandiose que tous les mots sont trop faibles pour le décrire. Quelle extraordinaire façon d’être initié au camping !

Les commentaires sont fermés.