Untitled Document
tab 1 FERMER

PAUL LAQUERRE

Le progrès a ses contraintes

Ça y est, la nouvelle mouture de Camping Caravaning a fait son entrée sur le web en milieu de semaine, la version papier devrait être dans la poste en début de semaine. Jusqu’à maintenant, vous vous êtes faits plus que discrets, muets même, dans vos commentaires et impressions.

Un nouveau format de magazine amène toujours son lot de contraintes, je l’ai constaté à la lecture du premier numéro de 2020. Un lecteur avait sollicité mon opinion sur le véhicule récréatif artisanal qu’il s’était aménagé tout en remettant en question des arguments avancés dans certains de mes écrits antérieurs.

Évidemment, je lui ai répondu et ma réponse, du moins une partie — comme sa question d’ailleurs — apparaît dans la chronique Parole de campeur du magazine. Dans les deux cas, des contraintes d’espace ont fait en sorte que seulement des extraits de nos propos furent retenus.

Pour remédier à la situation, j’ai choisi ce matin de publier sur ce blogue la version complète — avec ses coquilles — de notre échange.

M. Paul Laquerre a déjà fait mention des vr dit « homemade », disant dans son communiqué que le choix de la personne qui fabrique son propre vr ne correspondrait peut-être pas au goût d’un éventuel acheteur…. personnellement je pourrais aussi ajouter que les VR d’un manufacturier comme safari condo, ou vr prestige ne correspond peut-être pas non plus au goût d’un éventuel acheteur.

Quoiqu’il en soit, pour ma par, j’ai parcouru plusieurs exposition de véhicules récréatif, pour en venir à la conclusion que la pauvre qualité des matériaux que l’on y retrouve i.e. Portes d’armoire shaker comme dans une grosse cuisine qui ne va pas avec l’exiguïté d’un vr ou encore absence d’un faux plancher lorsque l’on ouvre les portes du comptoir, Fantastic fan bas de gamme climatisation manuelle etc…. m’ont convaincu que pour être heureux dans mon futur vr, je devrais le fabriquer moi-même.

L’idée de sauver de l’argent était même secondaire. Ce que je désirais avant tout était la qualité et le confort. Divan en cuir ‘Edelman’ et non cuirette, air climatisé automatique, toilette en porcelaine chauffe-eau électrique et au gaz, auvent électrique etc.  etc.

J’insère une photo de mon vr « homemade » et vous pouvez aussi regarder les autres photos sur ma page Facebook. J’aimerais recevoir l’avis de monsieur Laquerre sur ce travail accompli, car j’ai beaucoup de respect pour lui et ce qu’il fait…
Merci à l’avance.
Jacques Lagueux

Jacques,

Loin de moi l’idée de dénigrer les véhicules récréatifs construits de façon artisanale. J’ai regardé attentivement toutes les photos que vous avez publiées sur votre page Facebook et je dois dire que le résultat me semble de belle facture et de bon gout. Cependant, comme vous le dites si bien, «m’ont convaincu que pour être heureux dans mon futur VR, je devrais le fabriquer moi-même», ce VR a été pensé en fonction de vos attentes et de vos besoins personnels, ce qui ne veut pas dire qu’une autre personne s’y identifierait avec la même passion que vous.

Voilà pourquoi j’avais mentionné dans mes écrits qu’au moment de la revente, il faudrait alors trouver un caravanier partageant ces mêmes gouts. Les VR fabriqués par des compagnies spécialisées se déclinent en plusieurs modèles, aménagements et options pour rejoindre un segment de marché le plus vaste possible. Dans votre cas, il s’agit d’une œuvre unique et possiblement de meilleure qualité que plusieurs VR de classe B fabriqués aux États-Unis.

Puisque vous avez aménagé le fourgon Promaster, vous en connaissez tous les secrets et ressources. Il n’en sera pas de même pour le client qui, dans plusieurs années, souhaitons-le, s’en portera acquéreur au moment où vous vous en départirez. Advenant un bris ou une difficulté quelconque, il ne pourra se référer à la compagnie qui l’a conçu puisque celle-ci n’existe pas. Il se retrouvera alors laissé à lui-même et d’une certaine façon orphelin en matière de service. De plus, plusieurs ateliers de concessionnaires bien établis, se montrent très réticents à s’aventurer à réparer un VR pour lequel ils ne disposent pas des plans de conception ou même d’une entente de service avec le fabricant.

J’ai personnellement éprouvé un tel problème dans un centre de service Camping World où, mon chauffe-eau de marque Suburban, encore sous garantie pour plus de 11 mois, avait cessé de fonctionner. Même si Camping World était un point de vente et de services accrédité par Suburban, on refusa de jeter un coup d’œil à l’appareil défectueux. La raison que l’on me donna était que Camping World n’avait aucune entente de services avec la compagnie québécoise Safari Condo qui avait aménagé mon classe B. Heureusement, ayant préalablement identifié la pièce défectueuse, je l’avais achetée sur place et, dix minutes plus tard, après l’avoir remplacée moi-même, directement dans le stationnement de ce commerce, je reprenais la route.

Il est également une autre difficulté que les propriétaires de véhicules artisanaux peuvent aussi rencontrer. Il y a quelques semaines, un caravanier se présente au John Prince County Park à Lake Worth, FL. On lui refuse l’entrée au camping, car on n’y accepte pas les véhicules de fabrication artisanale. Le camping estime que ceux-ci peuvent être plus à risque, notamment en matière d’incendie. Seuls les véhicules de compagnies et portant le sceau de conformité RVIA sont acceptés.

Pourtant le caravanier en question ne voyageait même pas à bord d’un véhicule artisanal, mais plutôt dans un Safari Condo 1998. À l’époque, les VR de cette compagnie québécoise n’étaient pas certifiés par une quelconque organisation, ce qui n’est plus le cas depuis 2003. Malgré cela, un employé par trop pointilleux s’opposait à laisser entrer le VR à cause de l’absence du sceau de certification sur les Safari Condo de l’époque. J’avais alors suggéré que le caravanier affiche sur sa tablette ou son téléphone, le site web de Safari Condo pour prouver que son VR était bien de fabrication professionnelle, ce qui avait permis de dénouer l’impasse.

Il est toutefois peu probable que vous aurez à vivre de telles situations, mais, même marginales, elles demeurent quand même possibles. Heureusement, ces risques mineurs n’entraveront pas le plaisir et la satisfaction que vous aurez à vous promener dans un véhicule de votre création que vous connaissez bien d’un parechoc à l’autre et dont vous appréciez la qualité.

Je vous souhaite donc de belles années d’aventures et de découvertes

Pour les intéressés, rendez-vous sur la page Facebook de Jacques Lagueux, ex-ébéniste d’avionique chez Bombardier, pour visionner les photos de ce joli petit VR ; du travail très bien fait qui n’a rien à envier aux aménageurs industriels.

Ah oui, j’oubliais, le magazine, vous en pensez toujours rien ?