Untitled Document
tab 1 FERMER

admin

Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !

Ce n’est pas tous les jours qu’apparaît sur l’échiquier des caravaniers un nouveau circuit de 7 000 km donnant accès, en partie, à un territoire vierge et à une population qui s’ouvre sur le monde. Nous ne sommes pas ici en Afrique ou en Amazonie, mais dans l’extrême Est-du-Québec et du Canada.

Après avoir exploré une bonne part de l’Ouest américain en détail (sauf la Californie et l’Orégon que je garde pour plus tard), je vous invite maintenant à monter à bord de notre VR pour un départ vers la découverte et le dépaysement qui nous conduira au Labrador, sur la Basse-Côte-Nord et à Terre-Neuve. Un voyage pour tous ceux et celles qui ont un instinct d’aventurier, qui carburent à la curiosité et qui n’hésitent pas à aller à la rencontre de gens qui vivent différemment dans des environnements qui peuvent parfois nous déstabiliser, mais qui risquent le plus souvent de nous émerveiller.

Route 510 et 389

C’est essentiellement la finalisation du lien manquant de la route 510, aussi appelée « Labrador Highway », qui rend possible cette loupe équivalente à la traversée de tout le Canada, de St John’s (TN) à Victoria (Colombie-Britannique) en termes de distance. Le nouveau segment, une route de gravier de près de 800 km, relie les communautés de Goose Bay, au cœur du Labrador, à Red Bay, sur la côte atlantique.

Déjà, on pouvait se rendre jusqu’au Labrador par la route 389, que plusieurs voyageurs connaissent puisqu’elle conduit au légendaire barrage Manic V. Cette dernière se continue jusqu’à la ville fantôme de Gagnon puis Fire Lake et au paysage apocalyptique de la mine ArcelorMittal, au mont Wright, tout près de la ville minière de Fermont, réputée pour son fameux « mur ». Il s’agit d’un bâtiment qui réunit appartements, hôtel, commerces et services publics (piscine, gymnase et autres) dans un concept architectural d’inspiration scandinave formant un écran de 1,3 kilomètre de longueur, qui protège des vents l’autre partie de la ville blottie derrière.

L’entrée au Labrador

À la limite du Labrador, à quelques kilomètres à peine de Fermont, le compteur affiche 566 km. Jusqu’à Manic V, la route aura été sinueuse, mais agréable alors que la suite réserve des conditions infernales sur quelques sections. Les pires des 7 000 km de l’ensemble du circuit. Une situation qui devrait être corrigée depuis.

Le beau pavage à l'entrè du Labrador - copieLa route 500 nous attend au Labrador où l’on traverse les villes voisines de Labrador City et Wabush avant de s’engager vers Churchill Falls et la municipalité de Happy Valley — Goose Bay. Plus de 550 km de bonheur sur un bitume en parfaite condition et dans un décor qui tend ostensiblement vers la nature nordique.

Familles d’ours noirs et orignaux nous regardent passer dans une relative indifférence.

Labrador Highway

Un petit détour vers Cartwright - copieAuparavant, certains voyageurs intrépides se rendaient jusqu’à Goose Bay et montaient à bord du traversier MV Sir Robert Bond pour une croisière de 36 heures jusqu’à Lewisporte, Terre-Neuve. Maintenant, on peut donc poursuivre sur la nouvelle route 500 et c’est là que l’aventure commence vraiment puisqu’il s’agit de 623 km d’une des routes les plus isolées d’Amérique du Nord. À cela s’ajoutent certaines bifurcations comme les 75 km pour se rendre à Cartwright, le point le plus nordique du périple, et d’autres embranchements qui rejoignent des villages côtiers.

On vient de compléter le pavage sur environ 70 km à partir de Goose Bay puis on retrouve l’asphalte entre 470 km et 750 km plus loin selon les endroits visités. Heureusement, la surface de gravier du Labrador Highway est de qualité optimale. C’est en montant sur l’asphalte à Red Bay que débute le chassé-croisé entre les nids de poule et les nids d’autruche qui se poursuivra malheureusement tout au long du Labrador Coastal Drive puis de presque toutes les routes de Terre-Neuve.

Basse-Côte-Nord, la sublime !

À Blanc-Sablon, 90 minutes plus tôt au décalage horaire, on se retrouve au Québec sur 69 km de la superbe portion finale de la route 138 qui relie Blanc-Sablon à Vieux-Fort et dont on attend toujours la prolongation qui connectera définitivement la Basse-Côte-Nord au reste du Québec.

On passera ensuite à Terre-Neuve par le traversier qui fait le lien entre Blanc-Sablon et St Barbe.

Cette route unique et fascinante crée conséquemment un nouveau road trip permettant d’explorer l’île de Terre-Neuve en faisant une loupe plutôt qu’en un aller-retour.

Le Labrador

Avec une population d’un peu plus de 28 000 habitants, dont 30 % d’origine autochtone (Innus, Inuits et Métis), le Labrador couvre une superficie de près de 300 000 km² comparable à la Nouvelle-Zélande ou à l’Italie.

Le Labrador est entré dans l’histoire dès le début du 16e siècle alors que les Basques viennent y pratiquer la chasse à la baleine, dans le secteur de Red Bay, pour en soutirer la graisse qui servait à éclairer les maisons et les rues.

Si vous remarquez que, sur les cartes, la ligne frontalière entre le Québec et le Labrador est en pointillé plutôt qu’en continu, c’est que ce territoire a fait partie du Québec jusqu’en 1927 alors que le Conseil privé de Londres lui retire sans consultation et sans dédommagement pour le céder à Terre-Neuve. Il a été démontré que 2 des 5 juges britanniques dans cette décision avaient des intérêts financiers dans l’affaire. Lors de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne, en 1949, la nouvelle province a exigé et obtenu que le Labrador lui soit intégré. Le Québec n’a jamais officiellement reconnu ce dépouillement, mais les positions politiques actuelles sur ce sujet sont, disons, beaucoup plus molles. Malgré le fait qu’il y existe un mouvement séparatiste, ce vaste territoire fait toujours partie de ce qu’on appelle la province de Terre-Neuve & Labrador.

Suivez-moi donc durant les prochains mois vers la côte Atlantique.

Je vous recommande un petit guide de voyage très pratique, publié chez Ulysse : Explorez Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon, 14,95 $/guidesulysse.com

Sur Internet : tourismlabrador.com/francais