Untitled Document
tab 1 FERMER

Récit de caravaniers à la conquête de l’Ouest

Articles récents
Archives
le 27 juillet 2021
La Haute Côte-Nord
le 20 juillet 2021
Côte-Nord
le 25 juin 2021
Alberta – Région des Badlands
le 22 juin 2021
Alberta – la vallée de Drumheller
le 12 mai 2021
Alberta – Les Rocheuses dans toute leur splendeur
le 26 avril 2021
Alberta – Deux sites touristiques… Deux mondes différents !
le 15 avril 2021
Alberta francophone – Rivière-la-Paix : Le nouveau pays
le 7 avril 2021
Alberta francophone – Route de prairies et de forêt
le 11 mars 2021
L’Alberta francophone – Legal : L’histoire en images
le 25 février 2021
L’Alberta francophone
le 12 février 2021
Itinéraires de rêve : l’Alberta
le 25 janvier 2021
Ontario — Lac Supérieur : finale en Harmony et conclusion en nuances
le 8 janvier 2021
Lac Supérieur – Sur le chemin du retour…
le 15 décembre 2020
Ontario/Lac Supérieur – Vue d’en haut…
le 27 novembre 2020
Lac Supérieur/Ontario – Le Géant endormi
le 13 novembre 2020
Ontario — Lac Supérieur Les arrêts se multiplient
le 22 octobre 2020
Sur la Transcanadienne
le 16 octobre 2020
Le long de la rive du lac Supérieur
le 29 septembre 2020
En route vers le lac Supérieur
le 2 septembre 2020
Labrador et Terre-Neuve – Le quad, un mode de vie
le 27 août 2020
De St John’s jusqu’à la fin…
le 25 août 2020
Gros-Morne et autres beautés naturelles…
le 10 août 2020
Fogo Inn, un modèle unique de développement
le 7 juillet 2020
Terre-Neuve : Péninsule Nord et St Anthony
le 23 juin 2020
Fabuleuse Basse-Côte-Nord
le 12 juin 2020
Labrador et Côte atlantique
le 1 juin 2020
Road trip au Labrador et Terre-Neuve – On quitte Manic V vers la côte du Labrador
le 6 mai 2020
Labrador et Terre-Neuve Les icebergs… une pure merveille !
le 17 avril 2020
Road trip au Labrador, Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve – Un moment de réflexion avant le départ…
le 6 avril 2020
Côte-Nord — Labrador et Terre-Neuve : Les routes d’un nouveau monde !
le 18 mars 2020
Yellowstone : Un univers en ébullition
le 3 mars 2020
Lac Salé (Utah) — Yellowstone (Wyoming – Montana) : une route d’émerveillement !
le 20 février 2020
Utah… Grand Lac Salé, l’amorce du retour !
le 5 février 2020
Spectacle à grand déploiement en Utah !
le 18 décembre 2019
Capitol Reef — Utah
le 4 décembre 2019
Route 12 vers Torrey – Utah : LA route à découvrir
le 20 novembre 2019
Bryce Canyon National Park – Le plus extraordinaire entre tous
le 8 novembre 2019
Navajo National Monument et Zion
le 16 octobre 2019
Monument Valley… un des moments forts !
le 25 septembre 2019
La région du lac Powell
le 13 septembre 2019
Le Grand Canyon dans tous ses états
le 21 août 2019
Les gorges du Rio Grande
le 7 août 2019
Les villes du nord du Nouveau-Mexique
le 24 juillet 2019
Le désert blanc du Nouveau-Mexique
le 8 juillet 2019
Quelques étapes urbaines…
le 19 juin 2019
Route 66 — Revenons au début !
le 5 juin 2019
Get your kicks on Route 66…
le 22 mai 2019
Sous le charme de Chicago…
le 17 avril 2019
Se préparer avec méthode
le 27 mars 2019
Encore sur la route…
le 21 mars 2019
À venir
le 7 avril 2021

Alberta francophone – Route de prairies et de forêt

À 500 km au nord d’Edmonton, on entre dans la dernière région de colonisation à s’être ouverte en Alberta et, probablement, au Canada. Jusqu’à la fin des années 1950, des Québécois ont suivi leur pasteur sur cette terre promise.

Rivière-la-Paix (Peace River), au nord-ouest de l’Alberta, est la région habitée la plus nordique de la province si l’on excepte la ville champignon de Fort McMurray, au nord-est, où l’on exploite les fameux sables bitumineux.

A-26
Rivière-la-Paix, la plus importante région productrice de miel en Alberta. Ici, la plus grande abeille du monde à Falher.

Environ 70 000 km² de terres agricoles fécondes et de vastes forêts productives. Des champs à l’infini, parfaitement quadrillés et encadrés de routes de gravier tracées d’un trait à la règle. Une terre étonnamment prodigue si l’on tient compte du fait qu’elle se situe autour du 57e parallèle, soit à la latitude de Poste-à-la-Baleine (Kuujjuarapik) sur la baie d’Hudson. Ici, l’ensoleillement prolongé des jours d’été compense pour la courte saison chaude. Avec des machines gigantesques qu’on dirait sorties de films de science-fiction, un agriculteur seul y fait le travail qui exigeait autrefois la sueur de plusieurs familles. On y cultive les céréales traditionnelles et beaucoup de canola. Sur la route, on croise les plus importants ranchs de bisons de la région et il n’est pas rare d’apercevoir des troupeaux de lamas ou d’alpagas. Dans les portions de territoire les plus francophones, autour de Falher et de Saint-Isidore, la production du miel tient également une place de premier ordre puisqu’elle représente à elle seule 30% de la production canadienne.

L’ensoleillement prolongé des jours d’été compense pour la courte saison chaude
L’ensoleillement prolongé des jours d’été compense pour la courte saison chaude

Plus de 50 000 personnes vivent dans la région de Rivière-la-Paix. Des anglophones en grande partie. Des Autochtones et bon nombre de francophones tricotés serrés, regroupés dans plusieurs villages. Ils y partagent une prospérité notoire, à cause des industries agricoles et forestières

Encore sur la route

Rouler en Alberta est une expérience en soi, particulièrement lorsqu’on se dirige vers le Nord puisque le paysage évolue de façon marquée en une succession d’environnements très différents. Dès Edmonton, on pourrait mettre la vitesse et la direction sur le pilote automatique puisque la route # 2 semble droite à n’en plus finir. Des champs et encore des champs qui défilent à 120 km/h alors que la vitesse limite est de 110 km/h sur les routes principales. Des champs qui sont parsemés de petits étangs puisqu’ils se drainent difficilement. L’approvisionnement en eau constitue d’ailleurs le problème numéro un sur tout ce grand territoire et les sécheresses sont toujours dévastatrices. Comme j’ai l’intention de me rendre dans les Rocheuses à la suite de ma visite dans la région de Rivière-la-Paix, c’est un parcours d’environ 1 300 km (sans compter les détours) qui s’annonce, toujours sur la route #2. Jusqu’à Slave Lake, une ville de service et un centre industriel (moulin à papier) important, je me sens définitivement dans les Prairies avec toute l’imagerie que cela suppose… Silos à grains. Puits de pétrole. Ranchs, coyotes et gros pick up. Toutefois, à partir de cette étape, le paysage se met à changer radicalement. La route ne cesse de prendre de l’altitude. J’entre dans une région montagneuse d’abord recouverte d’une forêt mixte dense qui se transforme en parterre de conifères. Il passe rarement plus de quelques minutes sans que je croise un camion géant chargé d’immenses troncs de peupliers complets. Des feux de forêt ont aussi laissé des territoires entiers complètement ravagés. Voilà qui change de la plaine ennuyante. D’autant plus qu’apparaît finalement le Petit-Lac-des-Esclaves (Lesser Slave Lake) qui, malgré son nom, en impose par ses dimensions. On se trouve ici en plein paradis de villégiature, d’ornithologie et de pêche. Je note la présence de plusieurs parcs provinciaux, dont le Lesser Slave Lake Provincial Park qui possède de belles plages, des sentiers de randonnée pédestre et un grand terrain de camping. D’ailleurs, à ce chapitre, il n’y a pas à s’inquiéter dans la région. Elle fourmille de terrains de camping, de lieux de services (vidange et eau) et on se montre partout très tolérant envers les campeurs qui, à défaut de camping, s’installent sur des emplacements appropriés.

Le Petit-Lac-des-Esclaves (Lesser Slave Lake) qui, malgré son nom, en impose par ses dimensions.
Le Petit-Lac-des-Esclaves (Lesser Slave Lake) qui, malgré son nom, en impose par ses dimensions.

Tout près de Slave Lake, j’ai d’ailleurs trouvé un petit terrain de camping sympathique, à Canyon Creek. Situé près du quai, il s’avère parfait pour les amateurs de pêche et de sports nautiques.

Présence francophone

À l’extrémité ouest du lac, je passe nom loin du village de Grouard… Un nom inhabituel que j’entendrai souvent par la suite puisque c’est là que l’épopée francophone a commencé dans la région de Rivière-la-Paix. Grouard a connu son heure de gloire au début du 20e siècle en étant le point de départ des colons qui y empruntaient un sentier pour se rendre à Peace River. Il n’en reste plus qu’un village fantôme et l’ancienne mission cri.

Je traverse ensuite la petite ville de High River avant que la route ne bifurque vers le nord. Voilà que le panorama se renouvelle à nouveau. D’un coup, les champs réapparaissent et se succèdent des villages dont les noms ne trompent pas : Guy, Falher, Girouxville, Jean-Côté, Marie-Reine ainsi que Saint-Isidore, ma destination finale. Il y a aussi McLennan et Donnelly dont les noms sont anglais, mais qui comptent un fort pourcentage de francophones. Tous ces villages se sont installés le long de la voie ferrée. Le chemin de fer y a déversé son lot de colons et il repart aujourd’hui avec le fruit de leurs labeurs.

Le train et les grains. Une scène typique des Prairies albertaines.
Le train et les grains. Une scène typique des Prairies.

Guides de voyage :

Ouest canadien, Ulysse, 29,95 $/www.guidesulysse.com

Fabuleux Ouest canadien, Ulysse, 29,95, un ouvrage très illustré.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *