La cuisinette | Camping Caravaning
INSCRIVEZ-VOUS À L'INFOLETTRE
Untitled Document
tab 1 FERMER
La cuisinette
…. sous toutes ses coutures

On n’a jamais autant vu de cuisinettes avec moustiquaire sur les terrains de camping. Greffée à l’autocaravane ou démontable comme une tente, quand on y a gouté, on ne peut plus s’en passer

La cuisinette, communément appelée « abri-moustiquaire » ou « tonnelle », s’impose désormais comme le plus heureux compromis entre l’intérieur et l’extérieur. Lorsqu’on veut sortir de son véhicule récréatif et vivre au grand air, elle permet de garder les insectes à bonne distance. Elle protège de la pluie et des grands vents. Elle agrandit considérablement l’espace vital, surtout d’une petite autocaravane de classe B. Elle offre aussi une ambiance conviviale propice au rapprochement. Grâce à elle, on peut étirer la saison de camping en demeurant plus au chaud, même à l’extérieur.

La cuisinette n’a rien de nouveau. Son modèle classique, de forme carrée ou rectangulaire, avec une toiture en pente, fait le bonheur des familles depuis belle lurette. Nous ne parlons pas ici des fameuses bâches bleues de Canadian Tire, que nombre de campeurs utilisent comme double toit ou comme abri, jusqu’à ce que le vent les arrache ou qu’elles s’écroulent sous la pluie. Il n’est pas question non plus des bâches de la marque Chlorophylle, 100 % nylon, parfaitement adaptées aux besoins des amateurs de plein air, mais quand même ouvertes au vent et aux maringouins.

Sur mesure

Mettons aussi de côté les installations permanentes de style véranda. Jetons un coup oeil aux cuisinettes faites sur mesure pour s’adapter à l’auvent à rouleau ou à ressort d’un VR. Plusieurs entreprises confectionnent ces abris qui s’adaptent parfaitement à votre auvent ainsi qu’à la forme et la hauteur de votre véhicule récréatif. Le plus souvent, ils sont faits d’une toile qui recouvre entièrement l’auvent et se fixe à des ancrages à chaque bout du boitier de rangement de l’auvent. Trois panneaux de moustiquaire ferment les côtés et le devant, où se trouve la fermeture à glissière de l’entrée. Certains modèles comportent une seconde toile étanche, qu’on déploie par-dessus la moustiquaire en cas de pluie ou de vent. Même avec la moustiquaire seule, il est étonnant de constater à quel point ces abris conservent bien la chaleur. Toutefois, il est indispensable de bloquer avec une autre toile le dessous du véhicule, par où peut entrer beaucoup de vent. Les avantages de ce genre d’équipement sont nombreux et l’installation se fait en quelques minutes. Les inconvénients ? On ne peut bouger le véhicule sans démonter l’abri et si on choisit des matériaux trop épais, on s’encombre d’un sac volumineux et lourd pour le rangement.

En évolution

Concentrons-nous maintenant sur ces nouveaux modèles de haute technologie de cuisinettes démontables qui conjuguent légèreté, facilité de montage et de démontage, volume de rangement réduit, meilleur ancrage au sol et prise du vent atténuée par leurs formes arrondies.

La cuisinette démontable a connu une évolution technologique aussi rapide que sa hausse de popularité. Quand on observe les anciennes screenhousesde l’entreprise Camp Trail, par exemple, on constate à quel point les nouveaux modèles innovent. Récemment, Camp Trail s’est mise au gout du jour en adaptant son modèle ordinaire, maintenant doté de moustiquaires antibrulots et de rabats amovibles. C’est d’ailleurs l’introduction de ces deux éléments qui a amorcé la révolution. L’utilisation de nouveaux matériaux, comme le polyéthylène, l’aluminium ou le carbone pour les montants, contribue à diminuer le poids des abris, tandis que des tissus plus résistants et à l’épreuve des rayons ultraviolets accroissent leur durabilité. On jouit maintenant d’abris pouvant accueillir une grande table de piquenique ou deux petites et 10 à 12 personnes, en ne pesant que de 8 kg à 9,5 kg (de 18 lb à 21 lb). Fini les gros sacs et les paquets de tubes d’acier… Tout cela entre dans un sac de taille plus que raisonnable et se range facilement, même dans les compartiments d’un VR de classe B ou dans le coffre d’une voiture pour les campeurs sous la tente.  

Le design

L’aspect le plus frappant de la progression technologique des cuisinettes est leur apparence. Le design de ces abris a été complètement bouleversé par des fabricants comme Woods, Northern Breeze, Coleman, Eureka, Kelty, Camp Trails et autres. Les formes se sont arrondies afin de réduire la prise du vent. Coleman, par exemple, a développé le système Windstrong, qui allie toiture et évents, cordes et amortisseurs pour les poteaux d’ancrage, manchons et haubans pour un abri robuste, résistant et sécuritaire. Il faut voir ces cuisinettes réagir aux forts vents pour comprendre les applications de la technologie. Comme le roseau, elles ne se dressent pas contre le vent, elles ploient plutôt. Elles se tordent et se déforment littéralement, se couchent presque au sol, se redressent ensuite comme si de rien n’était.  La possibilité de rabattre une toile sur les quatre côtés complète la protection, quoique cet avantage favorise surtout le confort. Cela protège de la pluie, mais on apprécie aussi le fait de couper le vent en baissant le rabat du côté exposé à la brise. Au bord d’un lac, on peut baisser trois toiles et préserver la vue sur le coucher de soleil. Une simple chandelle réduira l’humidité ambiante, alors qu’un petit système de chauffage portatif au propane ou à l’électricité vous permettra d’utiliser la cuisinette jusqu’en octobre.

Le pare-éclaboussure, un genre de bavette au sol entourant l’abri, contribue à réduire les infiltrations d’eau. Les poteaux extérieurs s’installent très rapidement, surtout s’ils sont dotés de la technologie Inst-Clip.

Il est très étonnant de découvrir à quel point on réussit maintenant à intégrer la cuisinette à la tente. On remarque de plus en plus de ces grands modèles de tentes qui comportent une section cuisinette avec moustiquaire. Voilà qui permet de passer de la tente à la cuisinette sans se mouiller ou se faire dévorer par les bibittes.

Il est aussi possible de monter sa cuisinette entre deux autocaravanes en déployant les auvents, ce qui permet aux occupants de chaque VR de pénétrer dans l’abri par l’entrée située de son côté tout en restant protégé.

Quelques précautions

La cuisinette a tellement d’avantages qu’on en oublie certaines précautions de base. La plus importante reste sans doute de la ranger sèche et propre. Cela n’est pas toujours possible, surtout lorsqu’on décampe le matin, avant que la rosée ne se soit dissipée. Il faut alors ressortir la toile et l’étendre au soleil pour la faire sécher. L’humidité peut favoriser la moisissure plus vite qu’on ne le croit et si cette moisissure atteint les coutures, c’est l’étanchéité de l’abri qui risque d’être compromise. On suggère d’ailleurs d’appliquer généreusement un produit imperméabilisant comme du silicone ou de la cire sur toutes les coutures. Les moustiquaires, pour leur part, sont efficaces mais très fragiles, ce qui oblige à beaucoup de minutie au montage et au démontage, pour éviter les coins de table de pique-nique et les branches d’arbres, en particulier. Il semble de plus que certaines entreprises, dont Woods, éprouvent de la difficulté avec le crochet central, qui soutient toute la cuisinette à la croisée des quatre tiges et qui ne serait pas assez résistant.

Les prix maintenant ? On trouve bien des cuisinettes à moins de 100 $ sur le marché, mais celles de bonne qualité se détaillent entre 200 $ et 450 $, les modèles à 200 $ faisant amplement l’affaire dans la plupart des cas.

Par  Yves Ouellet
Magazine Camping Caravaning, vol. 14/no 3, juin 2008. Acheter ce numéro.

 

 

À lire aussi
● VR et accessoires… Pas si accessoires que ça !
● Le propane : tout ce qu’il faut savoir
● Parlons frigo

Les commentaires sont fermés.

Autres articles dans cette catégorie
AFFICHER PLUS D'ARTICLES