Untitled Document
tab 1 FERMER


Question


Je suis présentement en négociation avec un particulier pour l’achat d’un ensemble de camping comprenant une caravane à sellette et une camionnette et je me questionne sur la capacité de remorquage de cette dernière. Voici quelques renseignements concrets.

La caravane est de marque Keystone 2013 modèle Springdale 249FWBHSSR. Sa longueur hors tout est d’environ 8 m (26 pi 6 po) et son PNBR est de 3 672 kg (8 095 lb) avec capacité de cargo de 777 kg (1 715 lb).

La camionnette est une GMC Sierra 2015 4X4 multiplaces, moteur 8 cylindres 5.3 L, rapport de pont 3:42. Je me questionne sur la capacité de remorquage du camion et j’aimerais savoir s’il s’agit d’un ensemble sécuritaire à remorquer.

Bob Paré 

Réponse


La caravane pèse 2 903 kg (6 400 lb) à vide avec un poids de 497 kg (1 095 lb) sur la sellette. C’est là une caravane idéale pour cette camionnette de série 1500. La capacité de traction du camion est de 4 355 kg (9 600 lb). Je crois que vous aller voyager en toute sécurité !

Rémi Guertin  



Question


Je possède une caravane Harmony de Sunny Brook 26FBS 2010, dont le poids nominal brut est de 3 176 kg (7 000 lb). Mon véhicule tracteur est une camionnette Toyota Tundra 2010, 4X4, cabine double SR5 standard, 5,7 L, qui « théoriquement » peut tracter 4 670 kg (10 295 lb). La commande de frein installée à l’achat est un modèle ESCORT Sensor DP.

En septembre 2013, lors d’un voyage à Tadoussac avec retour par Charlevoix, j’ai constaté que les freins de la Tundra sautillaient ou vibraient fortement lors du retour à la maison, à Saint-Jérôme. S’ensuivit une visite chez mon concessionnaire qui m’informa que les freins avaient chauffé, mais qu’ils étaient encore efficaces. Je n’ai pas pris de risque : il s’agissait des freins d’origine et je les ai fait changer par Toyota. L’odomètre de la Tundra indiquait alors 44 376 km. Début de l’été 2015, nous allons installer la caravane au lac Simon et au retour (sans le VR), les freins de la Tundra sautillent à nouveau. Le concessionnaire m’explique que les freins ont « saisi » et qu’ils sont « voilés ». Voilà ! On nettoie les freins et tout est beau, sauf que… ça vibre encore un peu lors des freinages.

Habituellement, lorsque nous roulons, j’ajuste régulièrement la commande de frein pour qu’ils ne bloquent pas sec en ville, tout en m’assurant qu’ils agissent suffisamment sur l’autoroute, en testant avec la glissière manuelle de l’appareil. Lorsque nous descendons des côtes, j’utilise la compression moyennement. Autres informations : nous voyageons toujours avec les réservoirs d’eau vides et nous considérons être chargés sans excès. Nous ne possédons pas de génératrice. Nous transportons peu d’équipement ; à l’occasion, deux vélos sur un support installé à l’avant de la caravane. Comme nous n’avons pas l’intention de changer nos freins de camionnette après chaque voyage, nous vous posons la question suivante : notre équipement est-il trop lourd pour la capacité réelle des freins de notre Tundra ou le problème est-il ailleurs ?

Pierre 

Réponse


Il me semble que les freins du Tundra sont trop sollicités. Alors, en premier lieu, il faudrait s’assurer que les freins de la caravane fonctionnent de façon appropriée. Un centre de service de votre région pourra confirmer ceci. Une fois les tambours déposés, il sera facile de voir si les freins travaillent ou non.

La commande de frein devrait être réglée au départ et on ne devrait plus avoir à « jouer » avec. Je vous recommande le modèle Prodigy, un produit que j’aime bien. Dans la majorité des cas, on commence par le régler à 6 (sur 10) et cela donne normalement de bons résultats, en ville comme sur la route. On pourra peaufiner le réglage au besoin.

Rémi Guertin  



Question


Je désire changer d’équipement. En 2000, j’avais une caravane à sellette Terry de 7,6 m (25 pi) et en 2006, j’ai opté pour uneautocaravane de classe A Georgetown de 10,5 m (34 pi 6 po). J’aimerais revenir à mes anciennes amours et je souhaite obtenir vos conseils afin de choisir le bon véhicule tracteur.

Les deux caravanes à sellette que j’envisage d’acquérir mesurent environ 10 m (32 pi 10 po), sont d’une hauteur de 3,55 m (11 pi 8 po) et d’une largeur de 2,44 m (96 po). La caravane à sellette Chaparral Lite 29 MKS 2016 a un poids sur la sellette de 630 kg (1 390 lb) et un poids nominal brut de 5 125 kg (11 300 lb) alors que la Chaparral X Lite 31 RLS 2016 a un poids sur la sellette de 590 kg (1 300 lb) et un poids nominal brut de 4 491 kg (9 900 lb).

Comme véhicule tracteur, j’envisage d’acheter une camionnette Dodge Ram 1500, 2016, 4X4, moteur 5,7 L, transmission 8 ou 6 vitesses, différentiel autobloquant 3,92, suspension pneumatique aux 4 roues, avec l’ensemble complet de remorquage du fabricant. Le PNBC avec la transmission 6 vitesses est de 4 622 kg (10 190 lb) et avec la transmission 8 vitesses, de 4 608 kg (10 160 lb). Quant à la charge utile, elle est de 698 kg (1 540 lb) avec la transmission 6 vitesses et de 689 kg (1 520 lb) avec la transmission 8 vitesses.

Avec tous ces chiffres, je suis perdu. Ma question est : le véhicule tracteur est-il approprié pour l’un de ces VR ?

Denis Robidoux

Réponse


Je crois que la charge utile du Ram 1500 n’est pas suffisante pour ces deux caravanes. Le poids sur la sellette va augmenter avec l’ajout du propane, des batteries et de votre équipement dans la caravane. Disons d’environ 136 kg (300 lb) pour commencer. À ceci, on doit ajouter le poids de la sellette de 79 kg (175 lb) et le poids des passagers. De plus, la charge utile citée est souvent pour un modèle de base et elle est moindre pour un modèle plus luxueux.

Vérifiez la charge utile du Ram qui vous intéresse, indiquée sur l’autocollant affiché dans l’embrasure de la porte du conducteur. Je crois qu’un Ram 2500 serait un meilleur choix…

Rémi Guertin  



Question


J’ai été informé que le service d’inspection routière du Québec a arrêté plusieurs véhicules récréatifs dans la région de Charlevoix et plus particulièrement dans la grande côte avant d’arriver à Baie-Saint-Paul. Le motif était que les caravaniers ne faisaient pas d’arrêt comme les véhicules commerciaux pour vérifier leurs freins avant d’entreprendre la descente de la côte.

Au début, les inspecteurs donnaient des avertissements, mais par la suite, il semble qu’ils remettaient des contraventions.

Je possède des véhicules récréatifs depuis près de 20 ans. J’ai toujours cru, peut-être à tort, que nous n’étions pas tenus aux mêmes règles que les véhicules commerciaux.

Pouvez-vous m’éclairer sur le sujet ? Compte tenu du nombre de personnes arrêtées, je crois que je ne suis pas seul à ne pas être au courant de cette règle.

Denis Bédard

Réponse


Je comprends votre questionnement concernant la vérification des freins imposée par le Code de la sécurité routière en certains endroits. Vous avez raison d’affirmer que les véhicules récréatifs ne sont pas soumis aux mêmes règles que les poids lourds. Cependant, à l’approche de certaines descentes, par exemple en direction est avant d’arriver à Baie-Saint-Paul ou encore à Baie-Sainte-Catherine, on peut voir des affiches sur le bord de la route demandant aux poids lourds, mais aussi aux véhicules récréatifs de plus de 3 000 kg (6 615 lb), si ma mémoire ne me fait pas défaut, de procéder à une vérification de l’efficacité du système de freinage. Comme les véhicules récréatifs en remorquage sont nommément mentionnés sur ces affiches, il faut donc se conformer à ce qui est prescrit.

Bien sûr, la vérification des freins imposée à un véhicule lourd est beaucoup plus exhaustive que celle demandée aux caravaniers. Je pense qu’un caravanier qui s’immobilise et vérifie si les fils qui relient le tracteur à la remorque sont bien fixés et opérationnels, que les feux de frein s’allument sur les deux véhicules et qu’en activant la commande de frein dans sa voiture, il constate que les roues de la caravane bloquent, cela devrait suffire pour respecter ce qui est demandé.

Vous avez également raison, il fut un temps où les contrôleurs routiers faisaient preuve d’une grande tolérance envers les caravaniers, le temps que ceux-ci prennent conscience de ce qui leur était demandé. Cependant, ces affiches sont là depuis des années et il semble que l’on en ait terminé avec la période de rodage et de tolérance.

Paul Laquerre  



Question


Nous nous dirigeons vers l’Ouest canadien et nous désirons acheter du vin dans la vallée de l’Okanagan. De Vancouver, nous nous dirigerons vers Seattle, dans l’État de Washington. Avec combien de bouteilles de vin pouvons-nous traverser la frontière des États-Unis ?

Lorsque je reviendrai au Canada, deux semaines plus tard, puis-je rapporter mes deux bouteilles achetées aux États-Unis ?

Francine Leclerc

Réponse


Lorsqu’on traverse la frontière pour aller aux États-Unis, il n’y a pas de restriction au vin que vous pouvez apporter. C’est au retour qu’il existe une limite de vin que l’on peut importer au Canada. Cette limite est de deux bouteilles par personne. Cependant, si le vin que vous comptez rapporter a été acheté au Canada, vous ne devriez pas être embêtée par les douaniers puisque la restriction s’applique aux seules bouteilles achetées chez nos voisins.

Par mesure de prudence, vous seriez avisée de conserver avec vous la facture prouvant que votre achat de vin a été fait au Canada. Toutefois, si vous n’avez pas conservé cette facture, vous pourriez, à condition d’avoir utilisé une carte de crédit, montrer au douanier canadien qui vous pose des questions sur cet achat le relevé de compte sur lequel figurent la transaction et sa date.

Au plaisir, et n’oubliez pas de boire un verre à ma santé !

Paul Laquerre