Si la nature et les grands espaces vous font envie, le Parc Aventures Cap Jaseux au Saguenay vous tiendra en haleine dans un environnement quasi sauvage, avec des activités qui s’harmonisent avec l’environnement. En proposant la pratique d’activités nature en camping, ce parc est en voie de créer un modèle de séjour qui risque…. de faire jaser.

Bienvenue aux caravanes

Si le parc est un terrain de prédilection pour les autocaravanes de classe B, tentes-caravanes, tentes ou tout autre habitacle léger sur roues, il y a lieu de prévenir les propriétaires de grosses montures (autocaravanes et autres caravanes à sellette) qu’ils devront s’y aventurer avec prudence. Il faut parcourir3 kmde pente corsée, dont les deux tiers à 22 % d’inclinaison, qui mènent à l’entrée de la base depuis la route 172 à Saint-Fulgence. Comme pour certaines des activités proposées, il importe ici de prendre son temps et de se servir de sa tête (et de ses freins) sans rien précipiter. La découverte n’en sera que plus appréciée.

Camping à saveur sauvage

Le parc comporte deux aires distinctes de camping. Un site dit aménagé n’a que quelques emplacements à deux services et un seul emplacement à entrée directe. Le second site est purement sauvage. Sa faible fréquentation pourrait entrainer le déménagement éventuel des six petits chalets rustiques en location vers le bord de l’eau. Cela permettrait d’agrandir l’aire du camping aménagé dont les sanitaires et buanderies sont déjà très bien.

L’offre d’hébergement comprend également deux petits chalets dans les arbres qui sont fort prisés des Européens. Imaginez ma cabane au Canada, au surcroit dans les feuillus ! Pas surprenant que l’aménagement d’autres petites maisonnettes en altitude, sans aucun clou, en tout respect des arbres sur lesquels ils sont installés, soit dans la mire des promoteurs du parc.

Gestion rigoureuse, activités à revendre

En tant que gestionnaire des infrastructures, de l’hébergement et de la promotion, la Coopérative de solidarité du Cap Jaseux confie à des partenaires aguerris la responsabilité des activités. Elle s’assure ainsi de la meilleure expertise qui soit.

Ces partenaires sont astreints à un rigoureux protocole qui touche, entre autres, la formation du personnel qui atteint 50 personnes en haute saison. L’encadrement des moniteurs est exemplaire et témoigne du souci de ne rien laisser au hasard.

Cette rigueur s’illustre notamment sur le parcours de la via ferrata. En l’absence de règles de sécurité au Québec pour cette nouvelle activité en falaise — déjà implantée dans une demi-douzaine d’autres endroits en province —, le promoteur Parcours Aventure n’a pas attendu que le gouvernement légifère. Il s’est rendu dans le berceau de cette activité grisante venue d’Europe afin de prendre les devants.

La via ferrata est un circuit d’environ deux heures et demie en falaise. Sur un parcours aménagé, l’aventurier bien sanglé éprouve les sensations de l’alpiniste en accrochant des mousquetons aux pitons en anneau déjà rivés au roc. Le tout se pratique sous l’étroite surveillance d’un accompagnateur bien formé dans un climat de calme et de sérénité qui n’en stimule pas moins une certaine poussée d’adrénaline.

Parc Aventures offre également des demi-journées d’initiation à la voile et au kayak de mer en tandem. Juste assez pour se mettre en appétit, diront ces curieux en mal d’en faire l’essai d’un jour. Ils sont tout de même nombreux à se présenter avec leurs propres kayaks juchés sur le toit de leur véhicule.

L’Association Cap Jaseux (AACJ Qc Inc.) veille pour sa part à la bonne marche du parcours Fjord en arbres. Il s’agit de l’un des 27 du genre au Québec. Il se distingue de tous les autres en offrant le seul parcours extrême sur filet en Amérique du Nord et parce qu’il comporte un total de 34 défis. « Une conjugaison d’orgueil et de robustesse », affirme le directeur général de Cap Jaseux depuis 2006, Jérôme Gouron.

Mais attention, en aval de ce parcours, il y en a d’autres mieux adaptés aux moins téméraires. Le circuit complet comporte 8 tyroliennes dont la plus longue du genre au Québec avec 160 m. Celle-ci offre une vue imprenable sur le Saguenay avec un ralenti délibéré avant d’atteindre la plateforme de réception afin de mieux apprécier la vue.

Enfin, que dire des divers sentiers ? Certains mènent au belvédère du Cap Jaseux tandis qu’un autre permet d’atteindre en moins d’une heure une magnifique cascade surplombée d’une niche d’observation.

En tout respect d’un héritage

Ce succès croissant a déjà sa petite histoire qui repose d’abord sur une famille qui a voulu redonner à sa région, puis sur des visionnaires ayant su perpétuer cet héritage.

John Murdoch était l’un de ces richissimes hommes ayant fait fortune dans l’industrie des pâtes et papier au Saguenay. À son décès, il légua entre autres à son fils Paul un vaste territoire sauvage de 4 km2, avantageusement situé le long de la rivière Saguenay à Saint-Fulgence.

En 1977, Paul léguait à la municipalité cette pointe qui surplombe le majestueux cours d’eau. Ce don était toutefois assorti de conditions strictes afin qu’il devienne accessible au public et qu’il serve de lieu de sensibilisation à la nature.

Sous la vigilance de la fille de Paul, Josette, l’endroit a d’abord servi comme camp de jeunes. Puis en 1992, le secteur s’est développé grâce à la création de l’organisme Parcours Aventure initié par Marcel Savoie. C’est alors qu’ont été créés l’école de kayak et les camps de jour, tandis que le parcours aérien faisait son apparition en 2002.

L’avenir

La COOP du Cap Jaseux peut compter sur un conseil d’administration fort imaginatif et novateur, souligne Jérôme Gouron. Les idées pullulent, mais devront attendre le coup de pouce des instances publiques pour se concrétiser. Qu’il suffise de mentionner l’aménagement de quais qui s’inscrivent dans un projet de navettes maritimes permettant aux croisiéristes d’atteindre par voie d’eau plutôt qu’en autocar les diverses activités offertes le long du littoral. D’autres maisonnettes dans les arbres seront construites, le camping bonifié et le volet éducatif accentué. Le Cap Jaseux n’a pas fini de faire jaser !

Texte et photos : Roger Laroche
Magazine Camping Caravaning, vol 16/no 3, juin 2010.

 

À lire aussi
● Tour d’hélico sur le fjord du Saguenay
● Rendez-vous à la cime : Camper dans les arbres